II.1.2 - Comparaison de la voiture et du bus en ville : quel espace ? quel temps de trajet ?

Niveaux conseillés

CE2, CM1, CM2, 6e

Résumé

à l’aide de miniatures, les élèves comparent l’espace pris par la voiture et par le bus pour transporter le même nombre de personnes. Ils s’interrogent alors sur la manière de se déplacer en ville.

Notions

• Le temps de trajet augmente dans les villes.
• L’étalement urbain entraine la perte d’espaces naturels ou agricoles, et un rallongement des distances parcourues quotidiennement.

Modalité d'investigation

Modélisation

Matériel

Pour chaque élève :
• Photocopie de la fiche 20 (Les déplacements en France)
Pour la classe, au choix :
• Soit 83 petites voitures + un bus (demander aux élèves de les apporter)
• Soit 3 photocopies de la fiche 21 (Vignettes bus et voitures)

Lexique

Surface, étalement urbain, temps de trajet, trafic

Durée

45 min

Avant-propos

Demander aux élèves, quelques jours avant de démarrer cette séance, de rapporter dans la classe des petites voitures et un bus pour ceux qui en possèdent.

Étude documentaire (collectivement)

L’enseignant démarre la séance en distribuant une photocopie de la fiche 20 (Les déplacements en France). Après un temps de lecture individuelle, l’enseignant s’assure que le vocabulaire ne pose pas de problème (trafic fluide, trafic saturé notamment). Chaque document est analysé collectivement.

  •  Le premier montre que la voiture est de loin le transport dominant en France et qu’elle est de plus en plus utilisée, au détriment de la marche et du vélo. Il montre également que les transports en commun, pourtant objets de nombreux investissements, n’augmentent pas dans les usages.
  •  Le second document montre une conséquence de la prééminence de la voiture sur les autres moyens de transport : le trafic est souvent saturé (embouteillages), rallongeant les temps de trajet.

L’enseignant explique qu’il y a environ 38 millions de voitures en France, pour environ 28 millions de ménages [Sources : Comité des constructeurs français d’automobiles / INSEE.].
La classe peut alors discuter des autres conséquences de la présence massive de la voiture dans nos villes : bruit, pollutions, dangers, etc. La discussion peut alors porter sur un autre aspect : la place (au sens « l’espace ») prise par les voitures dans une ville (routes, parkings, garages, stations-service, etc.). Cette place est prise au détriment des habitants (chaussées pour les piétons, pistes cyclables, espaces verts…).

Modélisation (collectivement)

L’enseignant demande : Combien peut-on transporter de personnes dans une voiture ? puis Combien de personnes y a-t-il réellement ? Il pose ensuite les mêmes questions pour le bus.
Il précise qu’une voiture est occupée en moyenne par 1, 2 personnes et qu’un bus comporte une centaine de places et qu’il est plein aux heures de pointe.

Note pédagogique
Suivant les classes, il se peut que l’information « 1,2 passager par voiture » pose problème. Dans ce cas, on pourra soit arrondir à 1 passager par voiture, soit le formuler autrement, en disant que 10 voitures permettent de transporter 12 personnes.

L’enseignant propose alors de représenter côte à côte l’espace pris par 1 bus et par 83 voitures. S’il a pu rassembler des petites voitures et un bus à la même échelle, il s’agit simplement de les placer. Sinon, on peut utiliser les vignettes de la fiche 21 (il faut la photocopier en 3 exemplaires pour avoir 83 voitures) et les coller sur une grande affiche. Cette petite activité permet de mieux se rendre compte de la place énorme que prend la voiture, comparée aux transports en commun.


Ici, le bus est symbolisé par le rectangle jaune, au centre de l’image. Classe de CM2 de Cécile Perrin (Le Kremlin-Bicêtre)


Classe de CM2 de Kévin Faix (Le Kremlin-Bicêtre)

L’enseignant anime la discussion sur la place très importante de la voiture dans nos villes, qui occasionne les embouteillages, rallonge les temps de transport et augmente les nuisances (bruit, pollution, stress). Cette discussion peut mener à trouver des solutions alternatives : transports en commun, marche, vélo…

Conclusion

La classe élabore une conclusion collective, par exemple : Le nombre très important d’automobiles, leur faible taux d’occupation et la surface qu’elles occupent créent une saturation du réseau, des embouteillages et une augmentation des temps de trajet.

 

Retour au module Retour à la Partie II - Les impacts du transport sur l'environnement et la qualité de vie Retour à la Séquence II.1 - Impacts des transports sur les hommes et leur qualité de vie

 

Partenaires du projet

ADEME CASDEN Editions Le Pommier