Vivre avec le soleil (cycle 3)

5- Evaluation
Auteurs : david Wilgenbus(plus d'infos)
Pierre Cesarini(plus d'infos)
Dominique BENSE(plus d'infos)
Résumé :
pré-test et post-test
Publication : 28 Août 2012

Introduction

Le module pédagogique touchant à sa fin, l'enseignant peut être amené à évaluer les connaissances scientifiques de ses élèves, mais aussi leur acquisition de la démarche scientifique et la modification de leur comportement face au Soleil.

L'évaluation des savoir-faire liés à la démarche d'investigation doit être faite par l'enseignant tout au long du module, non pas dans le but de sanctionner l'élève par une note, mais afin de lui indiquer les moyens de progresser, sans le juger.

L'évaluation des comportements devrait idéalement être faite par une mise en situation, mais ceci n'étant pas possible pour des raisons éthiques et organisationnelles, nous proposons un questionnaire écrit qui permet, autant que possible, d'évaluer comment les élèves s'exposeront au Soleil et quels sont les moyens de protection qu'ils utiliseront après ce travail.

Ce questionnaire (fiches 8-10) permet également d'évaluer les connaissances scientifiques acquises par les enfants tout au long de ce module.

Pré- ou post-test ?

L’enseignant peut, s’il le souhaite, évaluer en fin de module les acquis de ses élèves,
du point de vue aussi bien scientifique que de l’éducation à la santé. Nous proposons
donc un protocole qui peut être utilisé une fois (comme post-test à la fin du module)
ou deux fois (comme pré-test avant de commencer le module et comme post-test après
l’avoir fini afin de comparer les réponses des élèves).
Dans le cas où il serait utilisé comme pré-test, on veillera à laisser passer au moins une
semaine avant de commencer le module lui-même. De même, on laissera passer au
moins une semaine avant de réaliser le post-test.

Les connaissances évaluées sont les suivantes :

  • Effets du Soleil
    • Les dangers cutanés sont différents selon le type de peau
    • Les dangers oculaires sont les mêmes pour tout le monde
  • Facteurs de variations du risque
    • La mi-journée (12 h – 16 h, heure d’été en France métropolitaine) est le moment
      le plus dangereux
    • La longueur de notre ombre et la hauteur du soleil permettent de connaître ce moment
    • Formule à retenir : « Si ton ombre est plus petite que toi, fais attention ! »
  • Protection solaire
    • La protection est une panoplie : elle comporte plusieurs éléments (chapeau,
      lunettes, vêtement, crème, ombre d’un parasol…)
  • Pièges
    • Les UV : on ne les voit pas, on ne les sent pas
    • La sensation de froid est trompeuse
    • Un « petit nuage » ne protège pas des UV
    • La montagne est particulièrement dangereuse (altitude + réverbération)

Mise en place de l’évaluation

Le protocole d’évaluation (fiches 8-10) est photocopié et distribué à chaque élève.
Les enfants disposent d’environ 1 heure pour répondre directement sur la feuille
(parfois en écrivant, parfois en dessinant quand c’est demandé) aux questions posées.
Il est préférable que l’enseignant encourage les élèves, tout au long de cette évaluation,
à préciser au maximum leurs réponses (ne pas se contenter d’un « oui » ou d’un « non »,
mais dire pourquoi).

Réponses au questionnaire

Ici, nous donnons les réponses aux différentes questions, ainsi que quelques pistes
pour l’interprétation des réponses.

Question 1 (fiche 8)

Cette question permet de s’assurer que l’enfant pense spontanément à sa protection
(solaire) et pas seulement à son ballon ou à son goûter ! On peut voir s’il considère
cette protection comme une panoplie (crème, vêtement, lunettes, chapeau, parasol…)
ou s’il se focalise uniquement sur un élément (crème solaire probablement). La
meilleure réponse est donc celle où figurent le plus d’éléments de la panoplie de
protection. Bien entendu, l’évaluation doit tenir compte de la peau de l’élève : un
enfant à peau noire n’a pas forcément besoin de crème solaire ! Par contre, il aura
besoin de lunettes de soleil et d’un chapeau.
La réponse à cette question est à comparer avec celle de la question 9.

Question 2 (fiche 8)

Nous sommes en milieu de journée, près du midi solaire (explication ci-dessous).

Question 3 (fiche 8)

Les parasols sont bien plus grands que leur ombre : on est donc en milieu de journée.
Venir à la plage en milieu de journée est une mauvaise idée car les risques sont alors les
plus élevés (on reçoit plus d’UV). La réponse est à comparer avec celle de la question 5.

Question 4 (fiche 9)

Le résultat est à croiser avec celui de la question 2. En fin d’après midi, le Soleil est
plus bas sur l’horizon qu’en milieu de journée, et il est vers l’ouest. Sa position sur
l’image dépend de la latitude : dans l’hémisphère nord, l’ouest est à droite sur l’image
(on regarde le Soleil, donc vers le Sud) ; dans l’hémisphère sud, il est à gauche de
l’image (le Soleil à son zénith est au nord !). Le positionnement droite/gauche n’est pas
vraiment important ici, car l’essentiel est de bien avoir placé le Soleil plus bas en fin
d’après-midi qu’au midi solaire. L’ombre du parasol doit être convenablement orientée
(dans la direction du soleil) et de taille suffisante (plus grande que le parasol).

Question 5 (fiche 9)

C’est un bon conseil ! Comme à la question 3, la réponse doit être qu’en milieu de
journée le Soleil est plus dangereux (on reçoit plus d’UV). Ici, l’observation est
indirecte : c’est la taille de l’ombre qui renseigne sur le moment de la journée. Cette
question est plus générale car elle peut s’appliquer aux différences liées à la latitude ou
aux saisons.

Question 6 (fiche 9)

L’enfant doit choisir entre le Soleil présent dès le départ sur la feuille (milieu de
journée) ou celui qu’il a dessiné lui-même à la question 4 (fin d’après-midi). Ici, ce
n’est plus la taille de l’ombre qui est utilisée comme repère, mais la position du Soleil
dans le ciel. Le Soleil le plus dangereux est celui présent initialement sur le dessin
(milieu de journée).

Question 7 (fiche 9)

Cette question est plus factuelle. Il s’agit de connaître les effets positifs et négatifs du
Soleil sur notre santé. La bonne réponse est :

C'est le Soleil qui :

Ce n'est pas dû au Soleil

me fait du bien me fait du mal
bien-être coup de soleil rajeunissement
vitamine D cancer de la peau maux de ventre
  cataracte pousse des cheveux
  coup de chaleur  

Question 8 (fiche 10)

Le bébé attrapera le plus vite un coup de soleil car il a la peau très fragile et n’a pas de
protection sur le corps. Viennent ensuite la femme allongée (peau claire), puis la jeune
fille avec la raquette (peau noire). On suppose qu’aucun des personnages n’a de crème
solaire.

Question 9 (fiche 10)

Comme à la question 1, on souhaite savoir si l’enfant considère la protection solaire
comme une panoplie ou s’il pense qu’il suffit d’un élément (lunettes, chapeau,
crème…). Le fait que chacun des personnages possède un élément (et un seul) de la
panoplie de protection peut aider l’élève à ne rien oublier.

Il manque sur l’image au moins les éléments suivants :

  • pour le bébé : 1 parasol, des lunettes de soleil et un vêtement
  • pour la femme allongée : au moins de la crème solaire !
  • pour la jeune fille à la raquette : des lunettes de soleil et un chapeau (en raison de
    sa couleur de peau, elle n’a probablement pas besoin de crème solaire).

On peut comparer ces réponses avec celle de la question 1. Si la panoplie est bien plus
détaillée ici qu’à la question 1, alors on peut considérer que le message n’est pas
complètement passé : l’enfant connaît les éléments nécessaires à sa protection, mais n’y
pense pas « spontanément ».

Question 10 (fiche 10)

  • Non, on ne sent pas les UV : il faut donc s’en méfier, même si l’on ressent une
    sensation de fraîcheur (s’il y a du vent, si on est mouillé…).
  • Non, un faible voile nuageux laisse passer les UV : on peut donc attraper un coup de
    soleil même si le temps est (légèrement) couvert.
  • Oui. C’est d’ailleurs la preuve qu’on peut attraper un coup de soleil même si l’on a
    froid. L’atmosphère filtre les UV. En altitude, on a au-dessus de nous une couche
    d’atmosphère plus fine, on reçoit donc plus d’UV.