Epineuse enquête - Introduction

Introduction au scénario

Baker Street, une lugubre soirée d’hiver. J’étais occupé à lire le journal tandis que Holmes ruminait. Il n’y avait pas eu d’enquête depuis de longues semaines, et son cerveau, inoccupé, ne pouvait plus tenir. Soudain, comme une libération, la sonnette de l’appartement retentit. Sherlock se rue vers la porte. Une dame, qui se présente comme la servante d’une certaine Madame Hudson entame alors un discours confus. Elle semble supporter toute la misère du monde. Après quelques minutes de conversation dont je ne perçois que quelques bribes, Holmes pose nerveusement sa pipe et me dit, comme soulagé :

 « Mon cher Watson, si vous voulez bien faire vos bagages et réserver une voiture. Un mystère a besoin d’être éclairci, nous partons demain matin, à la première heure ».

.

Le lendemain, Sherlock et moi arrivons au manoir. Mme Hudson nous ouvre la porte, encore visiblement sous le choc. Après quelques échanges de politesse, cette dernière nous conduit dans la pièce où se trouve, allongée, la victime... Holmes entre dans la pièce, moi à ses côtés.

Son regard expert balaye minutieusement le corps à la recherche d’indices imperceptibles pour le commun des mortels. Ses yeux s'arrêtent quelques fractions de seconde avant de repartir à la traque d'indices invisibles. Je l’entends marmonner quelques mots inaudibles. A mon tour, je parcours des yeux la victime à la recherche de quelques éléments. Voici une tache rouge. Peut-être du sang ? Décidé à m’approcher pour en savoir plus, Holmes m’interrompt soudainement dans mes réflexions : "Oui, c'en est peut-être, mais il faudra confirmer. J'espère que vous avez également décelé la poudre blanche sur une manche de la veste, cette feuille manuscrite dans sa poche gauche et la photo dans sa poche intérieure".

Mes yeux repèrent alors la poudre et la feuille gribouillée. Comme annoncé par monami, la poche intérieure contient une photo floue... Alors que je rassemble les indices et que Holmes complète son carnet, Mme Hudson, qui ne tient plus, brise le silence : « C’était un homme tout à fait charmant – snif, snif – il devait être malade… et a dû faire une mauvaise chute… quel malheur… ». L’esprit du détective est trop loin pour capter ces mots insignifiants. Pour lui, seuls comptent les indices, et les déductions logiques qu’ils impliquent. Le recoupement desdites déductions le mènera implacablement à la résolution du mystère, et ce travail a déjà commencé. Une fois satisfait par son raisonnement, son esprit revient dans la pièce et Holmes déclare : « Je veux m’entretenir avec chacun de vous. Ensuite, je veux une pièce pour installer mon matériel d’analyses. Je serai alors en mesure de vous annoncer le responsable de ce meurtre. »

Le mot avait sonné si fort dans l’esprit de Mme Hudson qu’elle faillit s’évanouir. Quelques minutes plus tard, le recueillement des témoignages commençait.

 

Mission : Dans cette enquête, vous serez Watson, le fidèle compagnon de Sherlock Holmes. Aidez-le à retrouver le meurtrier et son mobile !

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte