EPIdémie - Recherche 1 (Activité)

Situation de départ

Vienne au XIXème siècle. Vous êtes un  jeune médecin travaillant à l’hôpital de l’université de Vienne. Un jour, en vous rendant à l’université, vous entendez une femme hurler : « Débrouille-toi pour trouver une solution ! » crie-t-elle à son mari.

En vous rapprochant pour tenter de comprendre, vous surprenez la conversation entre deux femmes qui, comme vous, observent la scène :

« La pauvre, elle doit aller chez Klin !

- Mon Dieu, lui rétorque l’autre. Elle n’a pu être admise chez Bartch ?

- Non, plus de place aujourd’hui… ».

Cette discussion ne vous a pas laissé indifférent. Klin est le responsable du département obstétrique d’un service de votre hôpital. Bartch est le responsable du second service. Et le désespoir de cette femme s’explique pour la simple raison que, comme dit la rumeur : "on meurt plus chez Klin que chez Bartch".

Ce jour marque le début de votre enquête. Votre premier objectif sera de vérifier cette terrible rumeur. Si elle s’avère être vraie, votre second objectif sera de trouver une explication à ce constat, c’est-à-dire de préciser la cause de la différence de mortalité entre les deux services.

 

  • Défi : accumulez les indices et les preuves pour résoudre ce mystère.

A la manière des détectives, collez chaque indice (qu’il confirme ou infirme une hypothèse) sur un Tableau des preuves et établissez les liens entre eux jusqu’à la résolution de l’enquête.

 

Jour 1 : Juste une rumeur ?

Votre première journée d’enquête commence. Vous cherchez à vérifier si la rumeur qui court dans les rues de Vienne n’est qu’une simple légende urbaine, ou un fait qui mérite d’être éclairé.

En arrivant à l’hôpital, vous vous procurez les archives qui indiquent, année par année, le nombre de patientes qui sont mortes d’une affection particulière appelée maladie puerpérale. Vous répertoriez vos résultats dans un tableau. Vous appelez service 1 celui du professeur Klin et service 2 celui du professeur Bartch. Voici le tableau que vous avez obtenu :

Années

Service 1

Service 2

1843

9,0 %

6,0 %

1844

8,2 %

2,3 %

1845

6,9 %

2,0 %

1846

11,5 %

2,8 %

1847

5,0 %

1,0 %

Histoire de la médecine (Catherine Allamel-Raffin,Alain Leplège)

  1. Ce tableau est votre premier indice. Reportez-le (comme les suivants) sur le Tableau des preuves.
  2. Sous l'indice, résumez en une phrase la conclusion concernant la validité de la rumeur que vous en tirez.

 

Jour 2 : L’élaboration d’hypothèses

Votre seconde journée débute par une recherche active d’hypothèses pouvant expliquer la différence de mortalité entre les deux services. Dans les rues de Vienne, les explications ne manquent pas. Parfois, ce sont les phases de la lune que l’on blâme. D’autres fois, on accuse des « vagues de changements atmosphériques et cosmiques ». Difficile pourtant de croire que la lune ou l’atmosphère puisse induire des différences entre deux services d’un même hôpital !

Vous allez donc poursuivre votre enquête dans les couloirs de l’hôpital pour trouver des indices qui vous mèneront sur la voie d’explications plus convaincantes.

 

Voici deux témoignages récoltés en recherchant dans les couloirs de l’hôpital :

  • Témoignage d’un mari ayant perdu sa femme chez le professeur Klin : « Je lui en veux tellement. Il a fait accoucher ma femme sur le côté. Ils ne font jamais ça chez Bartch. Les femmes sont toutes sur le dos. Pourquoi il ne fait pas comme Bartch ? Pourquoi ? ».
  • Témoignage d’une ancienne patiente du professeur Klin : « Moi j’ai survécu mais c’est pas étonnant que beaucoup ne survivent pas ! La vue de ce prêtre venant donner les derniers sacrements et son servant qui agite cette clochette… Ça vous fait froid dans le dos ! Les dames qui étaient dans les chambres voisines ne s’en sont jamais remises, et moi-même j’ai dû lutter pour que ça ne m’atteigne pas trop ! Ce n’est pas chez Bartch qu’on voit un prêtre passer ainsi de chambres en chambres pour aller voir les mourants ».

Voici deux observations que vous avez faites :

  • Observation n°1 : Dans le service 1, les chambres sont disposées de façon à ce que le prêtre traverse les salles d’accouchements avant d’arriver à la salle des malades. Dans le service 2, il peut directement rejoindre la salle des malades sans passer devant des femmes qui accouchent.
  • Observation n°2 : Dans les salles d’accouchements du service 1 vous n’observez que des hommes alors que dans le service 2 vous n’observez que des femmes.

Voici un indice retrouvé dans un document de la bibliothèque de l’hôpital :

  • Constat n°1 : Par décret impérial du 10 octobre 1840, tous les étudiants de sexe masculin (médecins) sont assignés au 1er service tandis que les étudiants de sexe féminin (sages-femmes) sont assignés au second.

 

  1. Reportez les différents indices sur le Tableau des preuves.
  2. Sous chaque indice (ou groupe d’indices), résumez l’hypothèse qu’il vous a permis d’élaborer.

 

Le soir, vous rentrez chez vous. Vous reprenez les indices et les hypothèses que vous avez formulées. Il s’agit maintenant d’élaborer des stratégies qui vous permettraient d’écarter certaines des hypothèses et d’avancer l’enquête avec les autres.

  1. Rédigez ou schématisez les stratégies mises en place. Si elles sont correctes, vous obtiendrez les résultats de ces expériences.

 

Jour 3 : Les hypothèses à l’épreuve

Vous avez récupéré les données issues d’observations et d’expérimentations menées pour tester vos hypothèses. Vous décidez d’étudier les observations le matin, les résultats d’expériences l’après-midi.

 

Matin

Vous commencez votre analyse par les données issues de deux observations :

1. Données concernant les femmes qui accouchent en dehors de l’hôpital (chez elles ou en chemin) :

 

Années

Taux de mortalité

Dans le service 1 de l’hôpital

Hors de l’hôpital mais admises dans le service 1

1844

8,2 %

2,7 %

1845

6,9 %

3,2 %

1846

11,5 %

5,0 %

 

 

2. Données sur la position dans laquelle accouchent les patientes :

 

Années

Premier service

Second service

Position latérale

Position dorsale

Position latérale

Position dorsale

1844

1320

771

1255

801

1845

1422

811

1310

798

1846

1375

806

1298

789

 

Après-midi

Vous poursuivez votre analyse par les données issues de deux expérimentations :

1. Expérience où l’on demande au prêtre de faire un détour et au servant de ne pas agiter sa clochette pour ne pas être vu des patientes pendant qu’il se dirige dans la chambre des malades. Voici les résultats :

 

Conditions

Nombre de patientes observées

Nombre de morts

Prêtre visible et servant agitant clochette

195

18

Prêtre discret et pas de clochette

102

9

 

2. Expérience où l’on demande d’inverser les étudiants en médecine du service 1 et les sages-femmes du service 2 :

 

Conditions

Taux de mortalité dans le service 1

Taux de mortalité dans le service 2

Etudiants dans le service 1 et sages-femmes dans le service 2

11,4

2,7

Etudiants dans le service 2 et sages-femmes dans le service 1

2,9

11,7

 
  1. Sous chaque indice reporté dans le Tableau des preuves, précisez s’il permet d’invalider ou de valider l’une ou l’autre de vos hypothèses. Bien écrire la ou les hypothèses validées.

Jour 4 : Les conclusions mènent à de nouvelles questions

Une nouvelle étape commence dans votre enquête. Comment expliquer que les accouchements par les étudiants de sexe masculin induisent une plus grande probabilité de déclencher une maladie puerpérale que ceux réalisés par des sages-femmes ? Vous repartez à la recherche d’indices pour faire progresser l’enquête.

  • Constat n°1

Quel choc ce matin-là d’apprendre la mort du célèbre professeur, Jacob Kolletschka. Quel désarroi. Chose étrange, Kolletschka meurt avec des symptômes proches de ceux des patientes atteintes de fièvre puerpérale. En cherchant à reconstituer les derniers jours de sa vie, vous apprenez qu’il a pratiqué une autopsie en compagnie d’étudiants (opération où l’on étudie le corps d’un mort pour rechercher les causes du décès). Pendant l’autopsie, son doigt a été coupé par le couteau d’un étudiant, couteau qui avait servi à l’autopsie.

  • Constat n°2

Régulièrement, les étudiants en médecine pratiquant les accouchements sortent des cours de travaux pratiques où ils apprennent l’anatomie en pratiquant des autopsies sur des cadavres.

  • Constat n°3

Après les autopsies, une odeur forte est présente sur les mains. Celle-ci ne part qu’après un lavage des mains intense et avec du savon.

  • Constat n°4

Les étudiants en médecine sont réputés pour réaliser des examens avant accouchement plus brutaux que les sages-femmes. Ceux-ci pourraient être à l’origine de blessures qui induiraient la maladie.

 

  1. Reportez les nouveaux indices et les hypothèses qu’ils permettent d’élaborer sur le Tableau des preuves.
  2. Elaborez des démarches pour tester chaque hypothèse formulée. Elles vous permettront d’accéder aux résultats.

 

  • Résultats obtenus (après élaboration des démarches)
  1. 1. Expérience où l’on demande aux étudiants de réduire leurs examens d’avant accouchement. Ceci a été fait à partir de mars 1846.

 

Nombre de naissances

Taux

1846 Janvier

255

11,4

1846 Février

268

11,7

1846 Mars

250

10,5

1846 Avril

264

12,7

1846 Mai

262

12,9

1846 Juin

278

11,9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. 2. Expérience où l’on demande aux étudiants de se laver les mains de façon prononcée avant accouchement. Ceci a été fait à partir de juin 1847.

 

Nombre de naissances

Nombre de morts

Taux

1846

4010

459

11,4

1847 Juin

268

6

2,38

1847 Juillet

250

3

1,20

1847 Août

264

5

1,89

1847 Septembre

262

12

5,23

1847 Octobre

278

11

3,95

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Sous chaque indice reporté dans le Tableau des preuves, précisez s’il permet d’invalider ou de valider l’une ou l’autre de vos hypothèses. Bien écrire la ou les hypothèses validées.

 

Jour 5 : A la recherche d’une explication

Vous avez prouvé que les mains des étudiants en médecine sortant des cours d’anatomie où ils pratiquent des autopsies sont responsables de la mort plus importante des femmes dans le service 1. Mais une question continue de vous tarauder : quelle est cette matière qui cause la mort ?

  1. Réalisez des observations au microscope (gros grossissement) de prélèvements réalisés sur les mains des étudiants et des sages-femmes avant opération.
  2. Reportez l’indice et résumez en une phrase votre hypothèse quant au mécanisme expliquant la maladie puerpérale.

En rentrant le soir, vous réfléchissez à l’expérience qui pourra définitivement prouver que les éléments que vous avez mis en évidence (et que vous appelez micro-organismes) à partir des observations microscopiques sont bien responsables des maladies infectieuses.

Voici le protocole que vous concevez. Vous savez, à partir d’expériences précédentes que, si vous transférez à l’aide d’un pinceau de la matière issue d’un cadavre sur l’utérus de lapines qui viennent de donner naissance, celles-ci meurent systématiquement. Au laboratoire, vous récupérez des échantillons de sang que vous observez au microscope. Vous observez principalement des cellules de globules rouges et des micro-organismes. Il y a aussi des molécules invisibles. Vous réalisez une dilution au 1/100ème de ce tube (c’est-à-dire que vous prélevez une goutte que vous mélangez à 99 autres dans un nouveau tube). Vous répétez l’opération 10 fois ! Après la dernière dilution, vous prélevez une goutte que vous inoculez à une lapine  en bonne santé.

  • Indice important : Vous savez que seuls les micro-organismes ont la capacité de se multiplier.

  1. Schématisez la première goutte de sang prélevé sur le lapin malade. Puis le résultat d’une dilution. De 10.
  2. A quels résultats doit-on s’attendre dans le cas où votre hypothèse est vraie ? Fausse ?

 

Résultats obtenus (après élaboration des démarches)

Toutes les lapines sont mortes.

  1. Reportez l’indice et résumez en une phrase votre conclusion quant au mécanisme expliquant les maladies infectieuses.

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte