1, 2, 3, codez ! - Activités cycle 2 - Séance 1.2: Décoder un message

Résumé

À peine sorti d’un périlleux parcours, le héros doit résoudre une énigme gravée sur un tronc d’arbre. Les élèves comprennent qu’il s’agit d’un message codé. Pour aider le héros, ils doivent décoder ce message pour en comprendre le sens.

Notions

« Information »

  • On peut coder un texte en représentant ses lettres par des nombres choisis à l’avance.

Matériel

Pour chaque élève (en CE1 ou CE2)

Pour la classe

Lexique

Coder, décoder

Durée :

45 min

Situation déclenchante

Dans la séance précédente, le héros a pu descendre de la montagne en évitant ses dangers. Arrivé dans une clairière, il découvre une longue inscription qu’il n’arrive pas à déchiffrer, gravée sur un tronc d’arbre.

Expérimentation : décoder un message encodé (par groupes)

L’enseignant projette au tableau la première moitié de la Fiche 14 : il s’agit de l’inscription gravée sur le tronc d’arbre. Il demande aux élèves ce qu’ils en pensent. Les enfants ne peuvent pas lire ce qui est écrit, pourtant cela ressemble à un texte inscrit dans un langage inconnu. Chaque symbole ressemble beaucoup à des nombres écrits en chiffres arabes, ce qui permettra de nommer plus facilement chacun d’eux. Il suffit peut-être, pour comprendre le message, de trouver une correspondance entre ces symboles et les lettres de notre alphabet ? L’enseignant introduit alors les termes « encoder » et « décoder ».

Note pédagogique :

  • En CP, la totalité de l’activité se fait au tableau, en classe entière. Les CE1 ou CE2  travaillent à l’écrit, en binômes.
  • Pour simplifier le décodage et nous focaliser sur la méthode plus que sur le résultat, nous n’encodons pas (à dessein) la ponctuation.
  • En français, les termes « coder, chiffrer, crypter » sont souvent confondus (cf. note sur le vocabulaire, dans la séquence pour le cycle 3). Ici, Nous parlons ici de codage  car nous nous intéressons à la représentation des caractères alphabétiques par des nombres, qui  est utilisée en informatique même lorsque des informations ne sont pas confidentielles. Alors que le « chiffrement » désigne la déformation  d’un message pour le rendre incompréhensible aux personnes non concernées.
  • Dans un codage « classique », il est obligatoire d’encoder « A » en « 01 », car tous les symboles du codage doivent avoir la même longueur (voir la note dans la séquence pour le cycle 3). Cependant, à cet âge, les enfants apprennent la numération et on leur explique qu’un nombre ne commence jamais par un zéro à gauche (sauf si le nombre est zéro, bien entendu). Voilà pourquoi l’encodage ici repose sur des cases qui permettent de délimiter efficacement les symboles.

L’enseignant affiche alors la totalité de la fiche documentaire au tableau. Les élèves doivent trouver des indices permettant de décoder ce message (en CE1, ils devront se concentrer sur une des quatre lignes, en CE2 ils devront en décoder la totalité). Au tableau, l’enseignant complète au fur et à mesure la table de correspondance en fonction des trouvailles des différents groupes.
Si les élèves ont du mal à comprendre comment décoder ce message, l’enseignant peut les aiguiller progressivement de plusieurs façons :

  • Quels sont les mots les plus courts ? À quoi peuvent-ils correspondre en français ? Les mots les plus courts de la langue française sont « à », « y », mais on peut également retrouver des formes contractées « l’ », « d’ », etc. Les mots de 2 lettres sont également peu nombreux (le, la, on …)
  • Quelle est la lettre la plus courante dans un texte rédigé en français ? (réponse : la lettre E) Qu’en est-il ici ? Dans le texte codé ici, c’est le symbole 5. On peut donc supposer que « 5 » encode systématiquement toutes les lettres « E » du message initial. Et la lettre E est justement la cinquième lettre de l’alphabet.
  • De façon plus intuitive, on peut aussi essayer, puisque les symboles ressemblent à des nombres, de les remplacer par les lettres de l’alphabet du même rang (intuitivement, on a « envie » de remplacer 1 par A, 2 par B, 3 par C…)

Classe de CE1 de Vanessa Guionie (Bergerac)

Mise en commun

Ensemble, la classe réussit à décoder le message :

SUIS LA RIVIERE
JUSQU’A LA MER
SOUS LES EAUX DORT
UN BEAU TRESOR

Dans ce codage, la lettre A était codée par « 1 », la lettre B, par « 2 », la lettre E, par « 5 » et ainsi de suite jusqu’à Z codé par « 26 ».

Les élèves sont alors encouragés à encoder/décoder d’autres messages de leur choix, pour se les transmettre (attention, pour cette phase également, penser à placer les symboles dans des cases).


Classe de CE2 d’Emmanuelle Wilgenbus (Antony)

Conclusion et traces écrites

La classe synthétise collectivement ce qui a été appris au cours de cette séance :

  • On peut coder un texte en représentant ses lettres par des nombres choisis à l’avance (par exemple, 1 peut coder « A », 2 peut coder « B »…)

Les élèves notent ces conclusions dans leur cahier de sciences.

 


<< Séance II-1.1 Séquence II-1 Séance II-1.3 >>

 

Partenaires du projet

Pasc@line Educaland Editions Le Pommier