III.3.2 - Des outils pour faciliter l’intermodalité

Niveaux conseillés

CM1, CM2, 6e

Résumé

Les élèves déterminent la meilleure solution pour effectuer cette fois un trajet moyen (5 km). Ils précisent les caractéristiques du trajet qu’ils choisissent.

Notions

• Il est possible de combiner plusieurs moyens de transport pour effectuer un trajet : c’est l’intermodalité.
• Il existe des outils, notamment sur Internet, qui permettent de planifier son trajet en combinant différents moyens de transport.
• Des outils permettent aussi de choisir ses moyens de transport selon plusieurs critères (temps, coût, impact environnemental).

Modalité d'investigation

Étude documentaire

Matériel

• Carte de la ville
• Ordinateur avec connexion Internet (sinon proposer une impression écran)
• Ou photocopie de la fiche 42 (L’intermodalité pour un trajet au sein de l’agglomération de Montpellier)

Lexique

Planification, intermodalité

Durée

1 h 30

Avant-propos

  •  Cette séance, à la différence de la précédente, permet d’étudier la manière de faire un trajet moyen (entre 3 et 5 km) typique des trajets quotidiens. Ce trajet doit permettre d’utiliser la marche, le vélo, les transports en commun ou la voiture. En fonction des situations, ce peut être d’aller au cinéma, au centre aquatique, au marché…
  •  On ne proposera pas ici un trajet trop court (comme domicile-école), car un tel trajet ne permet pas, en général, d’inclure des transports en commun. Ce trajet quotidien des élèves est étudié à la séquence III.2 (mise en place d’un pédibus).
  •  Nous proposons de relier les deux points rouges sur la Fiche 42 (L’intermodalité pour un trajet au sein de l’agglomération de Montpellier), proches de la station Léon-Blum et du lac du Crès dans la ville de Montpellier. Il ne s’agit que d’un exemple ; la classe pourra bien sûr adapter cette séance à son propre contexte à l’aide des sites suivants :

– Le site http://www3.ademe.fr/eco-comparateur/ compare les émissions de CO2 de plusieurs moyens de transport.
– Le site de l’agglomération concernée et/ou de l’organisme des transports permet de trouver une carte détaillée de la ville et la carte du réseau de transports en commun (tram, bus, métro…). Parfois, il permet de calculer les itinéraires (temps de trajet, meilleures options, émissions de CO2… y compris pour les trajets à vélo). Exemples : http://www.ratp.fr ou http://vgps.paris.fr pour la région parisienne.
– Le site https://maps.google.fr calcule l’itinéraire en voiture et à pied (kilomètres, durée, coût). En ville, une bonne estimation du temps pris par un trajet à vélo est de diviser par deux le temps d’un trajet à pied.
– Le site http://www.itransports.fr compare et planifie des trajets en transports en commun à partir d’une adresse de départ et d’une adresse d’arrivée à la fois pour des trajets courts (dans toutes les agglomérations françaises) et pour des trajets longs.

Question initiale

L’enseignant pose la question : Comment se rendre du point rouge proche de la station Léon-Blum au point proche du lac du Crès ?
Individuellement, les élèves notent le(s) moyen(s) de transport qu’ils pensent utiliser pour ce trajet. Quelques exemples de propositions :

  •  à pied / en bus / à pied
  •  à pied / en tramway (2 lignes, 1 changement) / à pied
  •  à pied / en bus / en tramway / à pied
  •  en voiture / à pied
  •  en voiture (auto-partage) / en tramway / à pied
  •  à vélo

Mise en commun

On s’assure en classe entière que tout le trajet a été pensé, c’est-à-dire que l’on a bien réfléchi à « Comment se rendre à l’arrêt de tram ? », « Où garer sa voiture si on choisit ce mode de transport ? », « Comment faire le changement entre telle ou telle station ? », etc.
L’enseignant introduit la notion d’intermodalité, c’est-à-dire le fait de combiner plusieurs moyens de transport lors d’un même trajet. Il fait remarquer aux élèves que nous la pratiquons souvent sans y penser. La classe refait alors un bilan des différentes propositions, en intégrant cette fois toute la chaîne de transports, notamment la marche à pied.

Étude documentaire (par groupes)

L’enseignant demande ensuite aux élèves : Parmi toutes ces propositions, quel est le meilleur trajet ?
L’objectif est que les élèves dégagent des critères de comparaison comme le coût, la durée, le nombre de kilomètres parcourus, les émissions de CO2… Il leur demande : Comment pourrait-on le vérifier ? Suivant le temps disponible et l’équipement de l’école, on peut faire travailler les élèves sur le site Internet de l’ADEME (http://www.ademe.fr/eco-comparateur), ou leur proposer des impressions écrans de ce site, pour le trajet étudié.

Mise en commun

La classe réfl échit à une manière de présenter ses résultats. On peut par exemple réaliser un schéma synthétisant les temps de trajet, coûts et émissions de CO2 pour chaque moyen utilisé, ainsi que le total.
Les élèves comparent les différents trajets. Ensuite, l’enseignant insiste sur l’effi cacité apportée par le vélo pour les trajets courts. Il pourra également préciser qu’il n’y a pas de solution parfaite, et que c’est à chacun de faire ses choix selon le critère qu’il va privilégier et en fonction des besoins pour lesquels il fait ce trajet !

Conclusion

La classe élabore une conclusion, par exemple : Il est possible de combiner plusieurs moyens de transport pour un même trajet : c’est l’intermodalité. Il existe des outils (cartes, sites Internet…) qui permettent de planifier son trajet et choisir l’itinéraire le plus efficace (durée, coût, émissions…). Les transports doux (marche, vélo, etc.) sont adaptés aux trajets courts.

Enchaînements possibles

À la suite de cette séance, il est possible d’enchaîner, au choix, sur :

 

Retour au module Retour à la Partie III - L'écomobilité Retour à la Séquence III.3 - Multimodalité et Intermodalité

 

Partenaires du projet

ADEME CASDEN Editions Le Pommier