Mes commentaires

Titre du contenu Publié Commentaire
les conceptions scientifiques des élèves Oui

BonjourVotre question est vraiment très vaste. La manière de recueillir les conceptions dépendent de plusieurs choses: les connait-on déjà? dans ce cas, il suffit d'aller chercher dans la littérature les activités, exercices, questions qui ont permis aux chercheurs de les mettre en évidence. Si on ne les connaît pas, alors c'est un vrai travail de recherche universitaire qui ne se fera pas en quelques semainesIl y a pas mal d'auteurs qui se sont intéressés à cela: Astolfi, J. Guichard pour essentiellement SVT, Closset A Tiberghein pour le s sciences physiquesVous pouvez aussi lire des textes d'un certain nombre de personnes dont JM ROlando (vous en trouverez sur le site à Documentation pédagogique, comment faire et enseigner des contenus)Quand à l'utilisation, c'est assez simple/ Il est bon de faire en sorte que les élèves puissent expliciter ce qu'ils pensent (et donc en partie leurs conceptions) pour ensuite leur proposer des activités qui mettront en défaut ces fameuses conceptions et participera ainsi à les modifier. Ce n'est pas toujours facile. Regardez dans le DVD apprendre la science et la technologie à l'école où il y a un extrait de séances sur l'air et . Cet extrait de séance a été volontairement centrée sur un élève, Oscar qui a des conceptions bien connues (en principe) sur l'air et il est intéressant de regarder ce que fait la mâitresse pour essayre de changer ce que cet enfant croit avoir comprisJe ne sais pas si j'ai répondu à votre question, mais je dois avouer qu'elle est vraiment très vastebon courage et n'hésitez pas à rééecrire si besoinEdith saltiel

En quoi le fait de manipuler du réel permet aux apprenants de mieux acquerir des notions ? Oui

Bonjour,Oui, comme le dit Michel Oulliac l'expression "manipuler le réel" est ambigu, car manipule-t-on le réel lorsque l'on fait de l'astronomie ? Je me permets de vous conseiller de lire le guide méthodologique que l'on trouve sur le site de lamap à documentation pédagogique, comment faire ?Bon courage,Edith Saltiel

DE L’ESPACE POUR LA MER : Une aventure scientifique et sportive … Oui

La main à la pâte n'est pas une association. Cependant, il y a à Nice une formatrice , Estelle Blanquet, qui travaille avec les enseignants dans l'esprit de La main à la pâteBonne semaine,Edith saltiel

recherche de publications sur les sciences à l'école maternelle Oui

Il existe aussi les deux livres suivants :- Enseigner les sciences comment faire. Wynne Harlen - Editions Le Pommier,- Sciences à l'école, côté jardin, le guide pratique de l'enseignant. Estelle Blanquet - Editions du Somnium (dans ce livre, il y a plus de 10 propositions pour l'école maternelle).Edith saltiel

ressources Oui

Vous trouverez sur le site un certain nombre d'activités en électricitéVotre question est cependant imprécise car il faudrait savoir pour quel niveau (quel âge?) vous souhaitez des activités en électricité.Toutefois sur le site, vous avez un choix limité mais allant de la maternelle au cycle 3Bonne lectureSi ce que vous trouvez ne vous convient pas , vous pouvez toujours nous écrireBon courageEdith Saltiel

journées de rencontres des centres pilotes 2010 Oui

SergeLes membres du jury apprécient des dossiers ( ne traitant pas forcément d'un thème innovant) qui permettent , grâce aux documents fournis, d'apprécier le (ou les) processus d'apprentissage. Ce qui permet d'avoir accès à cela, c'est non seulement la description de ce qui a été fait, mais aussi des informations sur les réactions des élèves, des extraits de cahiers par exempleSi votre département peut envoyer des dossiers, ce serait merveilleuxEdith

tfe sur les sciences en maternelle Oui

BonsoirEvelyne villard a fait une thèse sur le sujet à Lyon. Vous devriez aller sur le site de l'Université et vous devriez trouver beaucoup d'informations Edith Saltiel

Système solaire en Maternelle Oui

Oui, mais attention souvent ses livres se trouvent au nom de Hibon, voire Hibon Hartmann

Quel devrait être le lexique des sciences ? Oui

Bonjour
Quelle question difficile...!
Je ne connais pas de livres ou d'articles dans lesquels on trouve cela. Il me semble que ce qui est contenu dans la partie "connaissances" des fiches connaissances peut constituer une première base qu'il s'agit sûrement de retravailler (supprimer des termes, peut-être en ajouter).
Désolée d'être aussi peu prolixe.
Bon courage!
Edith saltiel

Bienvenue Oui

J'ai pu me brancher cette foisEdith

Evaluer les compétences en électricité Oui

Bonjour

question: quel est le niveau des élèves?
S'agit-il d'élèves de l'école primaire ou du collège?
Il est difficile de répondre sans connaître cela.
Cependant, s'il s'agit d'élèves de l'école primaire, vous pouvez consulter le document d'accompagnement des programmes français, pages 28 et 29, document que vous trouverez à cette adresse:
http://lamap.inrp.fr/?Page_Id=108&Element_Id=392
et les fiches connaissances, pages 42-43 que vous trouverez à cette adresse:
http://lamap.inrp.fr/?Page_Id=108&Element_Id=394

.A l'école primaire, il faut vérifier que les élèves ont compris qu'il ne peut y avoir d'électricité qui circule dans un circuit série que si le circuit est constitué d'une chaîne continue de conducteurs, formant ainsi une boucle. il est facile d'inventer des situations pour tester cela.
Vous trouverez également sur le site à cette adresse:
http://lamap.inrp.fr/?Page_Id=10&Action=1&Element_Id=422&DomainScienceTy...
des informations sur les difficultés rencontrées habituellement. en électricité.
Quand vous les connaissez, vous avez ainsi certaines "normes"
maintenant s'il s'agit d'élèves plus âgés, vous pouvez , pour connaître les difficultés conceptuelles liées à l'électricité consulter le livre suivant :
Viennot L Raisonner en physique," la part du sens commun", De Boeck 1996.
Vous pouvez également consulter un chercheur algérien
Abdemadjid Benseghir
Bon courage

Edith Saltiel

Pendule de Foucault Oui

La question essentielle, me semble-t-il, n'est pas de chercher à simplifier l'expérience du pendule de Foucault mais de savoir si, même simplifiée, cette expérience est compréhensible par tous les enfants du primaire. Il faut faire osciller le pendule pendant toute une journée pour voir que le plan d'oscillation varie....et l'interprétation "simple" fait appel à la notion de changement de référentiels, notion qui est loin d'être immédiate et compréhensible, y compris par des adultes.
En revanche, il est possible de travailler avec un pendule. Permettez moi de vous suggerer l'activité qui se trouve sur le site à l'adresse suivante
http://lamap.inrp.fr/?Page_Id=6&Element_Id=52&DomainScienceType_Id=13&Th...
Bon courage
Edith saltiel

Un cahier d'expérience sous quelle forme? Oui

Bonjour

Il existe sur le site de l'Ariège " Enseigner les sciences en Ariège
" http://www.ac-toulouse.fr/ariege-education/sciences09/
une rubrique sur le cahier d'expériences qui vous renseignera.
Par ailleurs, pour répondre à une partie de votre question, les enseignants utilisent soit un classeur (avec des feuilles de couleur différente pour différencier écrits individuels et écrits collectifs) soit un cahier normal où on repère ces deux types d'écrits soit en faisant utiliser des stylos de couleurs différentes, soit par des codes pour symboliser les situations suivantes: nous ne savons pas (un point d'interrogation à l'intérieur d'un rond), nous ne sommes pas d'accord (un rond contenant deux flèches opposées), nous sommes d'accord (un rond avec OK dedans), nous nous interrogeons (un smiley souriant), etc.
Mais il peut y en avoir d'autres pour des enfants qui ne savent pas encore écrire... par exemple entourer d'un rond un point d'interrogation (cela représentera la question que l'on se pose), une tête d'enfant qui a une bulle sans rien d'écrit dedans (cela représentera ce que je (l'élève) pense, une main entourée d'un rond (cela représente ce que je fais) et un oeil (qui représente ce que j'observe), etc.
Dans ce cahier, il y a des dessins et écrits individuels qui concernent le questionnement et les hypothèses, des compte rendus d'expérience (à l'aide toujours de dessins et d'écrits) et une partie qui est issue du groupe, puis de la classe.
D'après les enseignants, il est important d'avoir des écrits et dessins individuels et collectifs sur le même cahier afin que l'élève puisse se remémorer ce qui s'est passé et savoir où il en est, constater l'évolution de ce qu'il pensait, etc.
Vous pouvez aussi trouver des extraits de cahier dans les illustrations des dossiers primés. Vous pouvez par exemple aller voir un prix 2000 de l'école de la Thuile (savoie). C'est dans "découvrir la main à la pâte" et à la rubrique "prix".
Vous pouvez également aller voir l'un des prix 2003, celui de l'école Pallu au Vésinet.
Vous pouvez également aller voir dans les activités le module sur les cinq sens qui vient d'une école de la région parisienne et qui a aussi reçu un prix.
Bon courage
Edith Saltiel

Critique des programmes et des méthodes préconisées Oui

Bonjour,

Quel long message et vos questions ne sont pas très faciles...
1- En ce qui concerne OHERIC, je suis très surprise par ce que vous dites. Je souhaiterais savoir dans quel document exactement vous avez trouvé cela et à quelle page?
En effet, si je prends le document d'accompagnement "Enseigner les sciences à l'école", je trouve page 7 un paragraphe qui a pour titre "repères pour la mise en oeuvre d'une séquence" avec pour note ceci "dont la démarche répond au schéma suivant: Du questionnement à la connaissance en passant par l'expérience", le mot expérience étant pris ici dans le sens large de démarche expérimentale
d'investigation".
Par ailleurs, page 8, vous trouvez dans le paragraphe "divers aspects d'une démarche expérimentale d'investigation" ceci...
".
Cette démarche s'articule sur le questionnement des élèves sur le monde réel... Ce questionnement conduit à l'acquisition de connaissances et de savoir-faire, à la suite d'une investigation menée par les élèves guidés par le maître". Suivent quelques lignes plus loin une liste qui commence par "expérimentation directe, réalisation matérielle..." et l'observation ne vient qu'en troisième
position.
Du coup, je ne comprends pas vos remarques. Pouvez-vous nous éclairer?
2 - Vous parlez de la démarche proposée sur l'évaporation. Là encore où avez-vous trouvé cela?
Il ne me semble pas que quiconque ait proposé de commencer un module par la question que vous citez "quand on étend le linge, il sèche").
En revanche, lorsque les élèves ont travaillé plusieurs séances sur l'évaporation, il est possible (mais pas obligatoire) d'aborder ce point.
3 - En ce qui concerne la séparation des variables, il y a là
plusieurs problèmes distincts.

Tout d'abord, il y a intérêt à commencer avec les élèves avec des variables indépendantes. Je vous signale à ce sujet une thèse de Yves Flandé intitulée
"Protocoles expérimentaux, tests d'hypothèses et transfert en sciences à l'école primaire". Il a étudié ce problème. Voici son adresse électronique:

yves.flande@limousin.iufm.fr.
Par ailleurs, lorsque l'on cherche à tester une hypothèse et donc à voir si le phénomène étudié dépend ou non de telle variable, il est extrêmement important de faire deux expériences pour lesquelles toutes les variables sauf une (celle que l'on veut tester) ont la même valeur pour les deux expériences.
Certains disent qu'en plus de l'expérience, il faut une expérience témoin. Vous pouvez aller voir le travail d'Hélène Merle qui a fait un rapport pour la recherche main à la pâte lancée à l'INRP (les travaux se trouvent sur le site de l'INRP)
4 - Que faire, dites vous, quand par une erreur de manipulation ou dans le protocole prévu par les élèves, une expérience ne conduit pas au résultat attendu par l'enseignant?
Tout d'abord, il y a intérêt à ne pas multiplier ce type de situation, mais si cela arrive, eh bien, il faut analyser le résultat et c'est bien instructif pour les élèves de se rendre par eux-mêmes qu'il y a une erreur de manipulation ou de protocole. Mais cela dépend aussi si vous faites avant de faire l'expérience analyser par l'ensemble des élèves les manipulations proposées ainsi que les protocoles proposés.
J'ai le sentiment que vous ne croyez pas à une démarche socio-constructiviste.
Je me permets de vous conseiller de lire le livre paru aux éditions Le Pommier "Enseigner les csiences: comment faire?" par Wynne Harlen.
Par ailleurs, vous êtes, semble-t-il, à Lyon. Il y a à Lyon des conseillers pédagogiques qui font la main à la pâte et donc ce qui est inscrit dans les programmes 2002.
Je vais demander à l'une d'elle si elle accepte de discuter avec vous.

Cela vous conviendrait-il?
Bonne journée!

Quelques questions sur la démarche lamap Oui

Bonjour,
En ce qui concerne la première question, je vous renvoie au guide de formation qui se trouve sur le site Eduscol à l'adresse suivante
http://www.eduscol.education.fr/D0027/default.htm
En effet, vous trouverez pages 7 et 8 des éléments de réponse. En gros, il est dit que les conceptions émergent en situation d'action, que la phase d'émergence n'est pas une fin en soi. Puis "si on estime qu'une part importante doit être traitée par des démarches d'investigation, il apparaît que les représentations (conceptions) sont fortement présentes non comme un objet d'étude en soi, mais comme la base intellectuelle que les élèves utilisent pour raisonner"
Ce qui signifie que faire émerger les conceptions n'est pratiquement jamais un point de départ. En revanche des situations problèmes (qu'est-ce que cest pour vous? je pose cette question car sur ce terme il y a des interprétations erronées dans lesquels les auteurs ne se reconnaissent pas), des situations déclenchantes, des défis... sont des points de départ.
En ce qui concerne l'évaluation, il y en a eu quelques-unes, soit à partir des évaluations nationales, soit en Seine-Saint-Denis soit en Loire-Atlantique ou encore à Bergerac. Vous trouverez un extrait de cela sur le site de l'INRP
http://www.inrp.fr/rencontres/je/2002/lamap.htm
Là vous irez consulter le document issu de Bergerac.
Cette démarche est transférable dans d'autres domaines d'enseignement, c'est ce qui se fait à Bergerac (en mathématiques, en instruction civique, etc..). Prenez contact avec les responsables du site de la Dordogne qui vous donneront des informations.
Bonne fin de journée!
Edith Saltiel

Sciences et maîtrise de la langue Oui

Madame,

Vos remarques sont très pertinentes et très importantes car vous mettez le doigt sur une difficulté réelle.
Faire beaucoup d'expériences, c'est bien, mais est-ce vraiment le seul objectif de faire beaucoup d'expériences?
Sans doute non, l'objectif est effectivement que les élèves retiennent aussi quelque chose de tout cela, c'est-à-dire de toutes ces expériences.
De plus, les élèves peuvent aussi de temps en temps faire autre chose que des expériences.
Le problème est tout d'abord non pas d'évaluer mais d'avoir défini clairement ce que l'on souhaite que les élèves aient acquis et c'est là la plus grosse difficulté à mes yeux.
Vous dites que "si les conclusions sont établies, parfois elles ne sont pas réinvesties".
Les raisons que vous donnez à cela ne me paraissent pas suffisantes. Pour moi, le moyen pour savoir si elles sont réinvesties est de proposer aux élèves des questions, des situations, des problèmes qui les obligent à réinvestir, et c'est à ce moment là que l'enseignant (et même l'élève)s'aperçoit qu'il y a encore du chemin à faire pour que ce réinvestissement soit réel.
Je sais que les modules américains sont très mal perçus par pas mal de formateurs, mais il y a au moins quelque chose de tout à fait remarquable, c'est justement l'explicitation de ce que l'on souhaite que les enfants aient appris, acquis, voire compris et le nombre de situations proposées en milieu et/ou fin de module qui sont des situations dans lequelles les enfants ont l'occasion de réinvestir ce qu'ils ont conclu à un moment donné. C'est à ce moment là que l'on s'aperçoit (enfant et enseignant) que tel aspect, telle notion n'a pas vraiment été acquise; ce réinvestissement est indispensable. C'est pourquoi certains trouvent que ces modules sont trop longs mais je crois que c'est l'un des prix à payer.C'est ce que vous trouvez aussi en partie dans les séquences du document "enseigner les sciences à l'école".
En conclusion:
non, ne cherchons pas à évaluer de suite. Oui, cherchons à expliciter ce que l'on souhaite que l'élève ait acquis (il ne doit pas y en avoir de trop), puis lorsque des situations ont permis d'expliciter une première fois une conclusion (comme vous l'appelez, je dirai plutôt les notions et les règles qualitatives souhaitées), cherchons à construire ensuite d'autres situations, d'autres questionnements en lien avec cette conclusion afin d'asseoir ce fragile acquis et surtout afin de s'assurer qu'il est bien acquis. Il m'arrive de parler, pour un module, de nécessité de définir et expliciter le "fil conducteur notionnel". Je ne sais pas si cette expression est parlante pour vous.
Ce que vous proposez, à savoir faire un documentaire, est bien mais cela ne vous garantit pas que tous les élèves ont acquis ce que vous souhaitez. Le documentaire devrait, me semble-t-il , venir en final, final!
Bon courage
je ne sais pas si j'ai été d'une aide quelconque.
N'hésitez pas à réagir

Edith Saltiel

La main à la pâte

1 rue Maurice Arnoux
92120 Montrouge
tel : +33 (0)158076587
fax : +33 (0)158076591
secrétariat 0158076594

Quelle spécificité pour lamap? Oui

Quelle est la spécificité de la démarche "main à la pâte"?
Certains veulent parler de démarche préconisée par la main à la pâte, d'autres parlent de démarche main à la pâte. Si on parle de démarche main à la pâte, elle s'apparente fortement au socio constructivisme. Mais, à mes yeux, elle a deux choses en plus :
le cahier d'expériences (et ce n'est pas qu'un outil) qui permet aux élèves d'expliquer, d'argumenter, de rendre compte, de faire des hypothèses, etc, le tout sur un cahier qui n'est pas un cahier de brouillon (ce qui signifie que cela reste). Tout cet écrit individuel voisine un écrit collectif de différents types : écrit d'un groupe, écrit de la classe, écrit correspondant au savoir établi.
Par ailleurs, dans la main à la pâte, on travaille un temps long sur peu de concepts : il y a une progression qui tient compte de ce que sont les élèves. Ce dernier point se retrouve dans d'autres démarches pédagogiques préconisées, mais c'est tout l'ensemble qui caractérise la démarche Main à la pâte. Mais ceci est un point de vue très personnel.

En quoi s'apparente-t-elle (ou se différencie-t-elle) du socio-constructivisme?
Elle s'apparente au socioconstructivisme. On peut dire que la démarche préconisée par la main à la pâte ou la démarche main à la pâte est une démarche socioconstructiviste puisque les enfants construisent seuls et avec leur environnement leur savoir.

Dans la démarche "Main à la Pâte" que signifie l'expression "construire des savoirs" ?
Bon stage

Edith Saltiel

Dangers de l'électricité Oui

Tout d'abord, recueillir des articles de journaux et commenter des actualités comme dernièrement trois enfants qui sont morts electrocutés. De même, certains ont sans doute entendu parler de la mort de Claude François, etc.
Il existe dans certains prés des clotures électriques afin que les vaches ou les chevaux ne puissent pas sortir du pré. Il est possible que certains enfants aient fait l'expérience de toucher une telle clôture et d'avoir ressenti une légère décharge .
Certains vérifient qu'une pile de 4,5 V est en bon état en mettant la langue sur les deux languettes. C'est un bon moyen mais certainement pas utilisable en classe pour des raisons d'hygiène. On peut cependant l'évoquer en demandant aux élèves d'imaginer ce que cela donnerait si la pile étant de 220 V(la tension de l'installation électrique de la maison)
Bon courage
Edith saltiel

Définir la tension? Oui

Ne soyez pas surpris: les élèves de collège et de lycée comprennent à peu près bien la notion d'intensité de courant électrique, mais ne comprennent absolument pas ce qu'est la tension. Donc rien d'étonnant que vos élèves rencontrent quelques difficultés. Vous dites que les élèves s'apercoivent qu'il peut exister des tensions aux bornes de dipôles sans pour autant avoir du courant. C'est vrai et faux. C'est faux car lorsque l'on branche un voltmètre aux bornes d'un dipôle dans un circuit ouvert, on ferme le circuit avec le voltmètre: circule alors un courant. Mais ce courant est très très faible (donc c'est vrai) car la résistance interne du voltmètre est très grande. Bien sur, ceci n'est pas à expliquer aux élèves.

Comment définir la tension? Là est le problème, car c'est difficile. Au collège, c'est souvent défini comme étant ce que l'on mesure avec un voltmètre !!!! De toutes façons, comme vous l'avez peut-être remarqué la notion de tension (ni celle d'intensité) n'est pas au programme du primaire. les raisons sont évidentes, c'est trop compliqué et il est extrêmement difficile d'expliquer aux élèves de telle sorte qu'ils puissent l'assimiler. Ce qui est important à l'école primaire, c'est la notion de circuit fermé (boucle fermée). Le générateur est là pour fournir de l'énergie et permettre aux charges électriques du circuit de se déplacer à l'intérieur de ce circuit.
votre analogie hydraulique est dangereuse car laisse croire qu'un courant peut circuler alors que le circuit est ouvert...Personnellement je prefère dire qu'un générateur qui, lorsqu'il est un élément d'un circuit fermé, agit sur le circuit (et donc sur les charges qui sont dans ce circuit) pour les déplacer (un peu comme une pompe dans un circuit d'eau horizontal qui permet à l'eau de circuler : tant que la pompe n'est pas en marche, l'eau ne se déplace pas,;dès que la pompe est en marche, l'eau se déplace s'il n'y a pas dans la tuyauterie des étranglements ou autres obstacles). Pour un circuit donné, plus la tension augmente, plus l'intensité augmente, mais cette intensité peut être très faible si dans le circuit électrique considéré il y a beaucoup d'éléments peu conducteurs( ou encore très résistants).
Voilà je ne sais pas ce que je pourrais vous dire de plus.
Bon courage
edith saltiel

Peut-on utiliser le mot hypothèse? Oui

Il serait intéressant de savoir ce que signifie ce mot pour vous: qu'est-ce que vous mettez derrière ce mot?
Si vous considérez qu'un élève qui fait une prévision (dire qu'il pense qu'il va se passer ceci ou ..) en explicitant les raisons de cette prévision (je pense qu'il va se passer ceci parce que (ou car)...), alors vous pouvez dire qu'il a fait une hypothèse.
En effet l'argumentation ou la justification de la supposition est possible au cycle 3.
Je souhaiterais pour vous répondre savoir un peu mieux ce que vous entendez, vous, par hypothèse.
Bonne fin de semaine.
Edith saltiel

Pages