Stimuler la floraison où comment réinvestir le fonctionnent du vivant (cycle 3)

3 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Stimuler la floraison où comment réinvestir le fonctionnent du vivant (cycle 3)

Après avoir travaillé en classe de CE2 sur le fonctionnement du vivant, je souhaite proposer un défi aux élèves pour qu'ils réinvestissent leurs connaissances: " je suis agriculteur, je produis des tomates. Que dois - je faire pour que ma plante donne plus de fruits ?"
Réponse attendue en ne se servant que de ses connaissances théoriques = il faut avoir plus de fleurs et donc plus de bourgeons à fleur.
Recherche documentaire: Comment avoir plus de fleurs sur une plante ?
Réponse attendue: la taille est un des moyens

Mes questions:
- Est-ce adapté à des élèves de CE2 ?
- L'investigation est documentaire. Y a t'il un intérêt pédagogique à mettre en place, après avoir trouvé une réponse scientifique à la question, un protocole pour "vérifier" que la taille stimule la production de fleurs?

Merci de votre collaboration

Oui, il faut le plus possible de fleurs pour avoir des fruits sur un pied de tomate. Mais de nombreux facteurs entrent en jeu. Il faut que ces fleurs soient fécondées (insectes ou vent), que le climat soit propice, chaleur et soleil, terrain suffisamment humide, sans excès, etc.
Il y a de grandes différences de croissance suivant les variétés de tomates : croissance indéfinie, le cas le plus fréquent, croissance définie pour quelques variétés.
En théorie il n'est pas besoin de tailler les variétés à croissance définie, elles cessent leur croissance après la formation d'un nombre défini de feuilles et de de fleurs.
Le plus fréquent, les variétés à croissance indéfinie : leurs dimensions augmentent indéfiniment tout au long de l'été. Leur croissance ne cessera qu'avec l'arrivée des premières fraicheurs et la plante mourra aux premiers gels. Afin d'avoir de beaux fruits il faut limiter la croissance végétative ce qui veut dire qu'il faut supprimer, "ébourgeonner", toutes les ramifications et ne laisser que l'axe principal sur lequel apparaissent les grappes de fleurs, le plus souvent à l'aisselle d'une feuille sur deux.
Si on laisse tous les rameaux axillaires se développer, le système végétatif se développera au détriment de la floraison et de la fructification. Les fruits seront petits et muriront plus difficilement. En général durant un été, il convient de couper la tige centrale lorsqu'elle a formé entre 4 à 6 grappes de fleurs. Celles qui seraient situées au-dessus n'auraient pas le temps de fructifier ou de murir avant le froid.
Tout cela convient aux tomates cultivées dans les jardins des particuliers. Il est bien évident que les producteurs de tomates pour la conserve, cultivant des hectares ne taillent pas des milliers de plantes !
Une remarque essentielle : les tomates nécessitent chaleur et soleil. Ces deux caractéristiques sont présentes sous nos climats français de mai à septembre ce qui ne correspond pas aisément au cycle scolaire... Les tomates se sèment en serre en mars et sont plantées en pleine terre vers le 15 mai.

La démarche proposée a l'avantage de la simplicité mais comme expliqué par mon collègue, elle s'avère inexacte. Ce n'est pas grave,je crois qu'il est formateur pour les enfants de montrer que c'est précisément quand le résultat n'est pas celui que l'on attend que progresse la science. Il faut essayer de comprendre pourquoi en bâtissant une hypothèse et en essayant de la valider.
Dans le cas présent en effet, tout cultivateur de tomate sait que plus de fleur ne signifie pas plus de fruit. Au contraire, il est important qu'il pratique régulièrement des "pincements" s'il veut de belles tomates, c'est-à-dire qu'il élimine les ramifications latérales, florifères ou non, et en fin de saison supprime le bourgeon terminal lui-même. Voir par exemple ou .
Pourquoi cette pratique : le grossissement des fruits et leur maturation nécessite beaucoup de matière (sucres en particulier)que le reste de la plante doit fournir à partir de la photosynthèse, présente ou passée, des feuilles. On comprend tout de suite que cette quantité est limitée et chez beaucoup de plante à floraison dite indéfinie comme la tomate, il y aura toujours plus de fleur fécondées à transformer en fruit mûr que ne pourra en "nourrir" la plante.Il y a donc chez la plupart des plantes des mécanismes naturels d'avortement des embryons pour limiter leur nombre quand la source de produit de la photosynthèse est insuffisante. C'est ce qui se passera si vous cultivez les tomates en hiver sans éclairage d'appoint, s'il fait trop froid (arrêt de la photosynthèse), ou si l'arrosage est insuffisant.
Donc vous pouvez commencer votre raisonnement comme vous le proposez et quand vous obtenez la réponse, "plus de fleurs". Vous faites faire une recherche sur internet sur la culture de la tomate ou vous donnez directement la fiche conseil pour la culture de la tomate et ensuite vous demandez aux élèves de chercher à résoudre le paradoxe.

Jean-Louis Prioul