Situation de départ - Cycle de l'eau

6 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Situation de départ - Cycle de l'eau

Bonjour,

Je suis étudiante à l'ESPE et je prépare un dossier pour mon concours CRPE : une séquence en sciences sur le thème du cycle de l'eau.
J'ai eu des difficultés à trouver une situation de départ qui permettra aux élèves de s'intéresser au sujet et d'être curieux de découvrir le trajet de l'eau dans la nature.
Pour la première séance, j'ai pensé à la lecture d'un texte/article extrait d'un documentaire scientifique qui évoquerait le fait que "nous buvons la même eau que les dinosaures" et qui introduirait l'idée d'un trajet cyclique de l'eau. Cela permettrait aux élèves se s'approprier le sujet, de se demander comment fonctionne ce cycle (dont les étapes seront étudiées dans les séances qui suivent). La lecture de ce texte sera suivie d'un questionnement en classe qui nous mènera à vouloir comprendre ce fameux cycle de l'eau en se demandant d'abord : "d'où vient l'eau et où va t-elle?" : hypothèses sur le devenir de la pluie une fois tombée au sol.

Savez-vous où je peux trouver un tel texte? Je n'ai trouvé que des sites internet personnels évoquant ce thème.
Aussi, cette situation de départ parait-elle cohérente?

Merci beaucoup,

Marine

Bonjour,

La Fondation La main à la pâte prépare en ce moment même un projet pédagogique sur le thème des océans. Mais la date de sortie, septembre 2015, est probablement trop éloignée de vos objectifs.

D'un point de vue conceptuel, il semble que votre mise en situation confonde plusieurs idées bien distinctes :

  • l'eau sur Terre passe par différentes phases (solide, liquide, gazeuse) au sein de différents réservoirs (océans, nuages, pluie, etc), c'est le cycle de l'eau
  • une molécule d'eau met plusieurs millénaires à parcourir chaque réservoir
  • la quantité d'eau sur Terre est constante au cours du temps
  • la Terre n'échange pas d'eau avec "l'extérieur" : il n'y a aucune perte et aucun gain extérieur (en tout cas au cours des 2-3 derniers milliards d'années, et en négligeant les apports cométaires) 

Votre amorce "notre eau est la même qu'au temps des dinosaures" tend à amener une réflexion sur le dernier point, et pas du tout sur le premier alors que c'était votre but initial...

En vous souhaitant bon courage pour votre bibliographie,

Bien cordialement,

 M H

--
Dr Mathieu HIRTZIG
Webmestre - Médiateur Scientifique
Fondation La Main à la Pâte

Bonjour !

Pour ce qui est de la situation de départ que j'avais proposé dans l'ancien sujet (c'est à dire l'idée que nous buvons la même eau que les dinosaures), je suis bien d'accord tout compte fait: cela n'a pas de lien direct avec le cycle de l'eau ! Merci de ta réponse.

J'ai donc réfléchi à une autre situation de départ qui permettrait aux élèves de s'approprier le questionnement et d'avoir envie d'en savoir plus sur le trajet de l'eau dans la nature.
Que pensez-vous de partir de l'idée que, théoriquement, (je dis bien théoriquement, c'est une vulgarisation de la réalité, tout comme le schéma classique du cycle de l'eau) "on pourrait boire deux fois la même eau" ou bien que "l'eau de pluie qui vient de tomber dans la rivière peut un jour revenir au même endroit". J'ai encore du mal encore à trouver la bonne formulation qu'il faut que je peaufine, mais ce serait cette idée là. Je pense présenter cette idée sous forme de texte (dialogue entre 2 personnages débattant sur le sujet ou bien article scientifique mais à mon avis introuvable) ou bien sous forme de l'histoire de 2 gouttes d'eau... (mais j'aime moins, ça fait trop fictif).
Qu'en pensez-vous? Est-ce déjà plus adapté à un questionnement sur le trajet de l'eau dans la nature et à sa nature cyclique ?
Bien entendu, je ferai prendre conscience aux élèves le caractère "théorique" de cette idée là (ce serait possible mais rare ! Et pas vérifiable non plus)

Si cette idée ne convient pas, avez-vous une piste à me donner? Mes enseignants insistent pour que je trouve une situation de départ et je n'en ai trouvé aucune pour le cycle de l'eau (rarement appliquée sur ce thème je pense).
Merci beaucoup !

Marine

Bonjour,

Je pense qu'il vaut mieux éviter de se concentrer sur l'idée "même eau" : une goutte d'eau met en moyenne quelques milliers d'années pour parcourir un cycle. Aucun humain ne pourrait donc boire deux fois la même eau.

Par contre vous pouvez effectivement creuser la "permanence" d'une rivière : même si l'eau coule, la rivière ne tarit pas (sauf conditions exceptionnelles, canicules, glissement de terrain, déplétion des nappes par les activités humaines, etc...). Il faut donc qu'elle soit entretenue en permanence : ce pourrait être le début d'une discussion sur un cycle (que devient l'eau de mer, qu'est-ce qui entretient la rivière en amont, etc...)

Bon courage !

 Bien cordialement,

--
Dr Mathieu HIRTZIG
Webmestre - Médiateur Scientifique
Fondation La Main à la Pâte

Merci beaucoup pour cette réponse !

En fait j'avais déjà pensé à utiliser cette situation-problème au milieu de ma séquence lors de la séance sur l'origine des rivières (nappes phréatiques, fonte des glaciers), après avoir fait une première séance sur "que devient la pluie une fois tombée au sol?" et une deuxième sur l'infiltration avec expériences.
Mais effectivement, je peux poser cette question dès le début de ma séquence, ce qui ne m'empêcherait pas de commencer par la pluie et de garder la structure de ma séquence de départ...
Il faut maintenant que j'essaye de trouver un raisonnement qui suit la question sur la "permanence" des rivières qui soit cohérent avec les séances que j'ai déjà prévues. Merci beaucoup pour votre aide !

Cordialement,

Marine

Je viens seulement donner quelques nouvelles de l'avancement de ma séquence. J'ai bien gardé la problématique de l'alimentation continue des rivières et des mers qui ne débordent pas. Je vais probablement me baser sur un texte que je créerai et qui présentera les questionnements et les idées de Platon sur ce cycle (il se posait les mêmes questions et, lui, pensait que l'eau des mers remontait aux sources des rivières par les souterrains!). Je ne sais pas si prendre un texte qui propose cette vieille hypothèse est une bonne idée. Je trouvais ça intéressant et amusant. En espérant que les élèves ne retiennent pas à la fin l'idée de Platon...!!