Botanique pollinisation, fécondation

4 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Sacha Varin
Botanique pollinisation, fécondation

Bonjour,

Je me pose 4 questions ci-dessous. Dans la mesure de vos disponibilités, quelques éléments de réponse seraient les bienvenus.

1) Le pommier est un arbre qui porte, dans la même fleur, les organes sexuels mâles (étamines) et femelles (pistil). Il n'y a donc qu'un seul type de fleur. Est-ce que la pomme se forme grâce à l'autofécondation uniquement ?

Si je considère maintenant les arbres monoïques (qui possèdent des fleurs mâles et femelles sur le même arbre) et les arbres dioïques (fleurs mâles sur un arbre et fleurs femelles sur un autre arbre).

2) Pour la pollinisation et la fructification, est-ce que les fleurs femelles des arbres monoïques et/ou dioïques reconnaissent le "bon" pollen (par exemple : pollen de la fleur mâle du cerisier reconnu par la fleur femelle du cerisier) ?

3) Par ailleurs, est-ce que le pollen d'une fleur mâle d'abricotier pourrait féconder une fleur femelle d'un pêcher, ou vice-versa ?

4) Existe-t-il des "croisements" de pollen (par exemple pollen de la fleur mâle du cerisier féconde la fleur femelle de l'abricotier) qui ont donné naissance à des nouvelles variétés de fruits ? Si oui, ces "croisements" se sont-ils faits naturellement ou l'homme a contribué a ces "croisements" ?

Meilleurs messages,

Jean Paul DUBACQ

Voici quelques réponses
1) non la pomme est très souvent le résultat d'une fécondation croisée avec d'autres variétés de pommiers
2)les pollens possèdent des identifiants de surface qui permettent leur reconnaissance par les stigmates et tissus des styles de la même espèce (ou parfois des espèces compatibles), de très nombreux grains de pollen issus de très nombreuses espèces atterrissent sur un stigmate donné mais seuls les grains de pollen compatibles par leur espèce ou leur variété peuvent germer utilement (parfois certains pollens germent mais les tubes polliniques n'atteignent pas les ovules ils s'arrêtent de croitre dans les tissus du style)
3)il y a parfois des compatibilités inter-variétales (ou même inter-spécifiques) mais elles sont rares et le pollen de l'espèce normalement fécondante est toujours très abondant donc le croisement est très rare
Je ne sais pas si cerisier et abricotier sont un cas favorable mais je ne le pense pas, par contre il y a des cas très connus par exemple chez les crucifères/brassicacées
4)je n'ai pas d'info définitive là dessus mais je ne pense pas que cela ait eu lieu pour les espèces citées par contre c'est le cas avec l'intervention humaine pour de nombreuses variétés d' espèces notamment horticoles

Bernard Langellier

1) Même si le pommier possède des fleurs bi-sexuées, la fécondation croisée (comprenez entre deux individus différents mais de la même espèce) est malgré tout nécessaire. Cette fécondation croisée se fait par pollinisation. Le pollen peut être transporté soit par le vent soit par les insectes pollinisateurs (abeilles et autres insectes). Ce fonctionnement favorise le brassage génétique. L'auto-fécondation est rare dans la nature.
http://www.aujardin.info/fiches/pollinisation_fruitier.php
2) La pollinisation fonctionne de façon spécifique : seul du pollen de pommier peut féconder le pistil d'une fleur de pommier. Je suppose que le pollen venant d'un abricotier n'arrive pas à germer sur le stigmate d'une fleur de cerisier. Il resterait à expliquer le comment de cette spécificité : "comment le pistil reconnait-il le pollen de son espèce et rejette-t-il celui des autres espèces ?"

Jean-Louis Prioul

Au sujet de la question 4 au sujet des problèmes de compatibilité pollen-stigmate, je trouve les réponses suivantes sur le site http://www.agrimaroc.net/bul166.htm .

La pollinisation des arbres fruitiers dont j'extrais le §2

2- Rosacées à noyaux
a- Cerisier
La grande majorité des variétés de cerises douces sont auto-incompatibles. L’association de variétés est nécessaire pour la pollinisation. Certaines associations comme Van et Early Van Compact, Summit et Canada Giantt Sumgita sont inter-incompatibles.

L’autofertilité existe chez certains cultivars comme Lapins, Sunburst, Sweetheart, Sumtare, Celeste, Sumpaca, Sumesi, Sumleta, Glacier et leur utilisation en verger monovariétale n’est pas limitante. Cependant, même dans le cas de cultivars autofertiles, la présence d’insectes vecteurs (abeilles principalement) reste indispensable car le pollen est trop lourd pour être transporté par le vent.

b- Amandier
L’amandier est une espèce, à l’origine, auto-incompatible et l’association de plusieurs variétés ayant les mêmes époques de floraison est nécessaire pour la fructification. Les variétés standards comme Marcona, Fournat de Breznaud, Ferragnès et Ferraduel sont auto-incompatibles et sont toujours associées dans un même verger pour la pollinisation. Une répartition de 1 rangée (variété pollinisatrice) sur 2 (variété de fond) constitue un dispositif adéquat pour optimiser la pollinisation.

Les nouvelles variétés comme Madaline, Laurane et Tuono, proposées à la culture, sont autofertiles et fructifient en verger monovariétal. Cependant leur association avec d’autres variétés est souhaitable pour un complément de pollinisation.

c- Pêcher et Abricotier
Le pêcher est en général autocompatible à l’exception de certaines variétés qui sont mâle stériles comme J. H. Hale.

Pour l’abricotier, bien qu’il est autofertile, plusieurs variétés sont rapportées être auto-incompatibles. Parmi 123 variétés et sélections d’origine européenne et américaine testées, 58% se sont révélées autocompatibles. Cette situation découle d’un important brassage génétique qui fait appel à des génotypes de différentes origines géographiques. La variété Canino qui est la plus répandue en culture est autocompatible. De même, l’abricotier local en culture est également autofertile.

La pollinisation chez ces deux espèces ne pose pas donc de problème.

d- Prunier
Si la variété de séchage Stanley est autofertile, les variétés de table Angelino et Black Amber sont partiellement auto-compatibles. Elles doivent être associées à la variété Friar qui est elle-même autostérile.

Jean-Louis Prioul