Comment organiser des activités de plantation en petite section ?

4 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Comment organiser des activités de plantation en petite section ?

Bonjour.
Je suis PE2. A la rentrée, je serai en petite section. J'ai 30 élèves dont 14 tout petits.
Je souhaite travailler sur les plantations mais je dois dire que je sèche.
J'ai lu le document d'application "Semer, planter des graines".
J'ai quelques idées d'activités, mais comment les organiser auprès de 30 élèves ?
Je vous remercie d'avance pour votre aide.

Votre question semble être aussi d'ordre organisationnel. Je vais donc traiter des notions plutôt brièvement avant d'aborder l'organisation.
On trouvera effectivement toutes les notions avec les liens ci-dessous.
http://www.fondation-lamap.org/fr/page/11321/planter-semer-graines-de-pens-es-2002
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/ariege-education/sciences09/php/Document-d-accompagnement
Structuration du temps : l'enfant de petite section, donc de 2-3 ans, par définition, n'est pas encore suffisamment familier du cycle des saisons. Les graines (selon les espèces) mettent un temps variable pour germer. Cette activité viendra donc compléter de façon concrète les classiques "rituels" de type "jours de la semaine", calendrier... L'impatience des enfants, qui attendent que quelque chose sorte de terre, participe à la structuration du temps. L'enseignant peut tenir avec les enfants un calendrier des semis.
Il sera plus difficile de construire l'idée de cycle, qui, peut-être, pourra être réservée à la moyenne et à la grande section.
Multiplication : prélever des graines sur une plante présente cet avantage d'aider à comprendre la multiplication : une plante porte plusieurs graines et chacune d'elles donnera une plante. La difficulté est la durée pour aller de la graine à la graine.
Il sera effectivement plus facile d'acheter des sachets de graines. Je pense que l'idée de multiplication pourra attendre les moyenne et grande sections.
Aspects d'organisation : réaliser des semis avec 30 enfants de petite section semble être une gageure.
Deux possibilités : soit dans la classe, soit dans la cour.
Dans la classe, avec l'aide matérielle de l'ATSEM, préparer des bacs assez grands (type bacs en polystyrène des poissonniers) avec des trous. Remplir les bacs de terreau (et non pas de terre de jardin). Répartir des territoires quadrangulaires pour chaque enfant qui sèmera ses graines. On identifiera enfant et graines avec des étiquettes datées. 30 enfants cela fera environ 6 groupes, 6 tables et donc 6 bacs.
Dans la cour, maintenant que nous sommes suffisamment avancés dans la saison (fin avril), nous pouvons aussi semer dehors. Cela est possible si l'école dispose d'une pelouse où l'on pourra consacrer 1 m² pour les semis. Cet espace est géré par le service des espaces verts de la commune. En conséquence la direction de l'école peut lui demander l'aide d'un jardinier. Ceci permet aux enfants de se familiariser avec le travail d'un professionnel qui a un savoir faire.
Savoir semer et réussir ses semis ne va pas de soi. Pour éviter les échecs des semis intérieurs, il faut un grand bac rempli de terreau et troué. Plus le bac est grand moins il y a de problèmes hydriques. Les trous éviteront la pourriture par excès d'humidité. Les petites graines seront placées en surface, un léger grattage suffira pour les couvrir modérément. Une grosse graine comme celle du haricot sera enfouie à environ 1 cm de profondeur, jamais dans le fond. Enfin, il faut arroser modérément.
Le choix des graines dépend des buts poursuivis, mais on peut aussi diversifier les espèces. Les grosses graines comme celle du haricot permettent d'en observer la structure : il y a déjà une petite plante dans la graine. Les graines de lentilles germent rapidement. Celle de l'avocat (dans la classe) permet de comprendre que les graines ne sont pas forcément petites, mais sa germination prendra du temps. Les graines de radis (à l'extérieur) permettront peut-être de manger des radis dans la classe. Semer des graines peut aussi permettre de rendre les enfants acteurs du fleurissement de la cour.
http://lcs.caen.iufm.fr/~bernard.langellier/

Bonjour
La première chose à faire est, me semble-t-il, de vous renseigner pour savoir s'il y a possibilité d'utiliser un jardin d'école. Pour des tout petits l'approche la plus pertinente est celle qui consiste à " faire le jardin " ( semer, planter, désherber, arroser ...), en accompagnant ce travail de moments de langages. L'enseignant s'appuie sur les photographies faites au cours des actions (photographies des enfants pour pouvoir  raconter... puis photos des outils, des plantes afin de se de se décaler des évènements pour s'intéresser aux faits. Ces moments de langage et de construction de traces sont à prévoir dans la classe en atelier principal et en regroupement.
Je conseille aux enseignants qui n'ont pas de jardin de construire un jardin en carré à installer le plus près possible de la classe (l'idéal est ...de l'autre coté de la fenêtre pour une classe en rez-de-chaussée).
En admettant que ce soit possible, il vous restera à trouver des solutions pour gérer vos 30 petits dans ce jardin (avec aide de l'ATSEM, en utilisant des moments ou certains enfants dorment  à discuter avec les collègues de votre école).
Ce sont ces activités qui participent de ce que les instructions officielles appellent la familiarisation... très importante avec les tout petits.
Mais comme Pe2 arrivant à la rentrée (des vacances de printemps, je suppose ?), cela risque d'être difficile...
Il vous faut donc commencer à réfléchir à l'organisation de votre classe et à la création d'un espace nature
Vous trouverez quelques idées dans les sites ci-dessous :
http://python.bretagne.iufm.fr/decdumondematernelle/
http://www.ac-creteil.fr/id/94/c14/maternelle/html/mission_esp_act_fich.html
C'est dans cet espace nature et en lien avec cet espace nature (à valoriser auprès des enfants ) que vous allez travailler.
En arrosant les plantes vertes de façon rituelle tous les jours avec les élèves, en y apportant des éléments nouveaux.... découvertes dans la cour de récréation (qui peuvent être faites avec les plus grands quand les petits dorment), etc.
Et puis apportez (et demandez aux parents d'apporter)... des graines, par exemple, que les enfants vont pouvoir, dans un premier temps, observer, ranger, trier dans des boîtes... avec difficulté graduée selon l'âge des enfants (travail de mise en ordre, de désignation éventuelle).
Enfin lancez des semis. Ces semis doivent être organisés (garder mémoire des graines semées - en en gardant une collée sur le bac - bac collectif style bac polystyrène de poissonnier).
Vous allez réaliser ces semis en atelier principal (vous travaillez avec 5 élèves, les autres en autonomie, et avec l'ATSEM). Vous allez faire tourner vos ateliers pour que tous fassent des semis... Chaque groupe peut semer des graines d'espèces différentes de celle des autres. Chaque groupe sème ses graines dans un seul grand bac.
Ces moments (d'intense activité des élèves qui adorent patouiller !!) sont à faire suivre de moments de langages pour raconter, dans un premier temps, identifier, désigner le matériel utilisé, remettre en ordre les actions (toujours en atelier principal et de le reprendre lors du regroupement)... avec support photos des actions, photos ou schémas du matériel utilisé ( bac, terreau, outils, arrosoir...). Ce sera le moment de discuter avec les enfants de ce qu'ils pensent qu'il va se passer... dans ces bacs...
La suite est à construire au fur et à mesure des évènements.
Et parallèlement, à vous de mettre en place d'autres dispositifs dans votre espace nature ...bouquets de fleurs qui finissent par faner... (intéressant si on a aussi un bouquet de fleurs artificielles), avocat à germer, bulbes, plantations diverses et enrichir votre espace. 
Enfin vous pouvez utiliser en parallèle l'ouvrage de littérature de jeunesse de Christian Voltz " Toujours Rien "  ou " Dix petites graines " de R Brown... mais pensez également à enrichir votre coin lecture avec des ouvrages documentaires en lien avec le sujet sur lequel vous pourrez vous appuyer.
Allez consulter :
Le livre du maitre Tavernier Bordas, les plantations pour tout ce qui est technique.
Et l'ouvrage :
L'enseignement scientifique à l'école maternelle, Chez Retz de Maryline Coquidé et André Giordan (Chapitre 2, Autour d'un coin : " un coin nature et jardinage ".
Maryvonne STALLAERTS
 
 
 

Maryvonne STALLAERTS
Ex - Formatrice ESPE de Bretagne
UNIRèS, Réseau des universités pour l'éducation à la santé
http://plates-formes.iufm.fr/education-sante-prevention/

Bonjour.
Il me semble important que les élèves s'approprient, dans un premier temps, l'espace classe. Les "coins" peuvent devenir au fil du temps des espaces où les élèves pourront manipuler librement des objets relatifs au thème des plantations : ainsi il est important de faire des collections de semences (l'automne est une saison propice à cette récolte), de bulbes, qui pourront être manipulés librement à l'accueil (à l'enseignant de définir le nombre d'élèves  présents au même moment). En restant à distance et en observant les élèves (plusieurs jours), en ajoutant des objets ou en modulant cet espace, vous pourrez prévoir les séances en groupe(s) plus important(s) où le matériel sera source de langage partagé et de questionnement (curiosité).
Pour les plantations, les bulbes sont faciles à manipuler par les tout petits et les petits : en atelier, vous pouvez les faire manipuler la terre, remplir / vider des pots avant de les laisser planter un bulbe (dans la position que l'élève aura choisie et non celle imposée par l'adulte). On va faire des plantations "pour voir" (expériences pour voir) ce qui va être une première approche de l'attitude scientifique.
Au printemps, les semis de graines pourront se faire en réinvestissant des acquis, ce qui rassure aussi les élèves et permet à l'enseignant de mettre l'accent sur  la comparaison. Encadrés par l'enseignant et avec l'aide de l'Atsem, ils peuvent travailler sur un même lieu, par exemple dans la cour de l'école ou le jardin si l'école en possède un.
Colette Schatz