Cahier d'expérience

2 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Cédric Faure
Cahier d'expérience

Comment articuler le passage de l'écrit individuel à l'écrit collectif puis à la synthèse de la classe sur le cahier (en cycle 2) ?
Autrement dit :

- 1) les élèves ont travaillé individuellement sur leur cahier.
- 2) les groupes d'élèves ont travaillé, ils ont produit des "affiches", des "posters", etc.

- 3) la classe doit se mettre d'accord sur ce qui sera considéré comme "nouveaux savoirs" (à apprendre).

- Comment articuler le passage de 1) à 2) puis le passage de 2) à 3) ?

- Comment gérer l'énonciation sur le cahier ?

- Comment le cahier se structure-t-il in fine ?
 

Cordialement,

Stéphane

Isabelle Vasseur

La synthèse c'est peut-être et surtout le regard que l'on peut avoir sur le chemin parcouru entre les 1ers moments de doute, la prise de conscience des différentes croyances dans la classe, la formulation d'un 1er questionnement et toutes les opérations d'investigation qui s'ensuivent : mise à l'épreuve des croyances par l'expérimentation, l'observation, la recherche documentaire, la formulation d'un nouveau questionnement.

Gérer l'énonciation d'un « nouveau savoir » construit par les élèves ça peut être tout simplement citer toutes les étapes qui le justifie :
« Je croyais que, nous n'étions pas d'accord, nous nous sommes demandés, nous avons vu, expérimenté, nous sommes d'accord pour dire que, nous nous demandons maintenant si... »
C'est intéressant de rester sur quelque chose d'ouvert, il ne s'agit que de vérités provisoires que les enfants auront peut-être en cours d'année l'occasion de bousculer.
L'avancée dans la connaissance c'est ce qui nous permet d'ouvrir de nouvelles portes, de regarder le monde autrement, l'enfant, même très jeune, peut en prendre conscience.
Pour une question pratique, nous nous sommes dotés d'un système de logos. Il accompagne chaque écrit (individuel ou collectif) pour préciser les étapes de la démarche.

Les passages entre les écrits individuels et collectifs sont très différents, me semble-t-il, d'un sujet à un autre ; tout dépend du vécu de classe. Ce sont les nombreuses interactions langagières (orales / écrites) qui vont nourrir la démarche et donner forme ensuite à la synthèse.