Rôle de la maîtresse dans la création d'objet technique par l'enfant

2 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Rôle de la maîtresse dans la création d'objet technique par l'enfant

Quel est le rôle de la maitresse lors de la création d'un objet technique par l'enfant?

D'abord il faut s'entendre sur le terme "création".
Je l'utiliserai dans son sens le plus courant qui englobe les deux phases de "conception" et de "fabrication" de l'objet ou pour faire plus "imagé" de l'intellectualisation de ce qui "n'est pas" et que l'on "voudrait qui soit" à l'acte qui permette que ce "soit effectivement".

Poser la question du rôle de la maîtresse dans cette chaine d'activités c'est se poser la question de la nature et du type d'intervention que l'on s'autorise. Cette question est à rapporter aux deux "moments" constitutifs du travail de l'enseignante : le moment de préparation (hors présence élèves) en amont du second moment de "conduite" de l'activité des élèves.
Il va sans dire que le niveau des élèves auxquels s'adresse cette activité de "création d'objet technique par l'enfant" oblige à équilibrer différemment les activités constitutives du rôle effectif tenu par l'enseignante.
Il pourrait apparaitre séduisant de dire que les plus petits ne sont pas capables de concevoir ... des résultats de recherche ont prouvé que des élèves de Grande section maternelle étaient capables "d'inventer" des solutions techniques pour "emballer" et envoyer une carte de voeux.
Le rôle de l'enseignante consiste alors à élaborer et rendre intelligible aux élèves un "cahier des charges" du résultat attendu et pourquoi pas, l'âge aidant, le formaliser avec eux.
Bien entendu la nécessité de passer des idées à la réalisation technique oblige les élèves à mettre en oeuvre des outils, des habiletés manuelles, des instruments,... et à travailler à côté et avec d'autres, ceci oblige d'apporter des apprentissages, des tours de mains, qui nécessitent de la part de l'élève une nécessaire confrontation avec l'acte à réaliser...
Donc pour l'enseignante ne pas faire "à la place de" mais plutôt "faire avec l'élève" ou mieux encore "faire pour que"... l'élève se sente dans de bonnes conditions pour s'entrainer à faire. Quelques considérations d'organisation matérielle facilitent grandement cette dernière proposition : des plans de travail biens dégagés, des outils clairement repérés et à disposition des élèves (les panoplies c'est pas mal, les outils se voient et le rangement s'en trouve facilité). Donner l'autorisation de se lever de tourner autour de son plan de travail, voire de travailler au sol peuvent faciliter les activités de "création d'objet technique".
Quand il s'agit, pour l'élève, de développer son activité au milieu des autres et le cas échéant avec d'autres, la réflexion préalable sur les circulations, les partages de tâches entre élèves d'un même groupe peuvent être du domaine de la préparation de l'enseignante mais peuvent progressivement faire l'objet de discussion et de prise de décision avec les élèves.
Une phase est toujours délicate à négocier pour l'accompagnateur qu'est l'enseignant dans la réalisation d'objet : c'est pouvoir dire quand est-ce que c'est FINI...
ou plutôt qui à le pouvoir de dire "C'EST FINI" : la maîtresse, l'enfant, et en fonction de quels critères ?
Pour moi un cerf-volant c'est fini quand ça vole et pour vous est-ce que c'est quand ça vole et que ça a un joli décor symétrique (pour les mathématiques) et pour l'enfant qui veut juste le rapporter à la maison ?
On pourrait trouver encore bien d'autres situations et chacun a une bonne raison de décréter que l'objet est FINI... alors peut-être vaut-il mieux anticiper ce moment-là et se donner avec le réalisateur de l'objet les moyens de formaliser ce qui d'un commun accord pourra servir de base objective pour le "J'AI FINI MON OBJET MAITRESSE".