Faut-il éteindre le moteur de sa voiture à l'arrêt ?

3 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Faut-il éteindre le moteur de sa voiture à l'arrêt ?

Dans une perspective d'économie d'énergie, lorsqu'un véhicule doit s'arrêter, est-il préférable de laisser le moteur d'une voiture en marche pendant 5 ou 10 minutes ou l'éteindre et le redémarrer? Y a-t-il une limite de temps d'attente pour que l'arrêt du moteur entraîne une économie d'énergie?

Cela dépend du type de moteur :

  • Moteur électrique :
    Evidemment il faut l'arrêter, même quelques secondes (si le redémarrage se fait à vide), mais l'économie est très très faible, comme est très très faible la consommation des moteurs électriques à vide.

  • Moteurs à explosion :
    Je n'ai jamais vu un document constructeur donnant la consommation de ses moteurs à vide (i.e. au point mort) ou pendant le démarrage. Elle n'est pas nulle. Je crois qu'avec de bonnes bougies et un carburateur bien réglé (un bon allumage et injection électroniques) le démarrage ne consomme que l'énergie cinétique transmise aux pièces en rotation du moteur, en plus de la consommation normale à vide. S'il fallait parier je dirais qu'un démarrage coûte l'énergie de quelques secondes de marche à vide. Donc, couper le moteur à chaque feu rouge ! (en plus, pas le temps de refroidir). L'inconvénient est qu'il faut alors remplacer plus souvent la batterie.

    Dans tous les cas, penser à faire régler l'alimentation et l'allumage économise nettement plus d'énergie et de pollution que de penser à couper le moteur quand on ne roule pas.

  • J'aimerais apporter quelques précisions par rapport à la question de Carole Marcoux. Tout d'abord, vu le nombre de véhicules électriques en circulation je pense que sa question concernait les moteurs thermiques ; et comme elle précise "5 ou 10 minutes" la réponse est dans ce cas incontestablement positive : oui, pour une telle durée il faut arrêter le moteur ! Par contre je ne pense pas qu'arrêter son moteur à chaque feu rouge soit nécessairement une bonne idée, car on peut être amené à redémarrer presque immédiatement et le démarreur et la batterie d'une voiture "ordinaire" sont alors très sollicités.

    Quant au moteur électrique, la question ne se pose pas : un moteur électrique pouvant démarrer de lui-même depuis l'arrêt (contrairement au moteur thermique, qui nécessite un démarreur, c'est-à-dire un moteur électrique (!) pour le lancer), une voiture électrique a toujours son moteur arrêté lorsqu'elle est arrêtée.

    Mais il existe aussi des voitures encore très peu répandues qui utilisent deux moteurs, un thermique et un électrique, et qu'on appelle pour cette raison hybrides. J'en possède une, dont je ne dirai ni la marque ni le modèle pour ne pas faire de publicité. Dans ce cas, le moteur thermique (qui utilise du SP 95) se coupe automatiquement non seulement à l'arrêt, mais également au freinage, en descente ou lorsque le moteur électrique suffit à entraîner la voiture (c'est souvent le cas en ville ou à faible vitesse). Evidemment, il est conçu pour ça et on ne remarque pas les transitions marche/arrêt. Une telle voiture comporte des batteries spéciales (en plus de la batterie ordinaire), du type de celles des téléphones portables, qui permettent d'alimenter le moteur électrique et également de récupérer de l'énergie en d
    escente ou au freinage grâce au moteur électrique qui sert alors de générateur. Résultat : ce type de véhicule est encore cher car coûteux à fabriquer, mais sa consommation est très faible (environ 5 litres / 100 km sur route comme en ville), pour une voiture de taille moyenne, entièrement automatique et aux performances très honorables (puissance totale de 72 ch (therm.) + 45 ch (élec.) = 117 ch soit 86 kW). De plus il ne se recharge pas, contrairement aux voitures tout-électriques, la charge des batteries étant faite uniquement par le moteur thermique et par récupération (freinage, descente), et pollue extrêmement peu. Il bénéficie d'ailleurs à ce titre de dérogations dans certains états américains comme la Californie où la pollution atmosphérique est préoccupante, et rentre dans la catégorie des "SULEV" (Super Ultra Low Emission Vehicle, la catégorie juste en dessous des "Zero Emission Vehicle" qui ne comprend que les véhicules strictement non polluants).