Bien argumenter pour convaincre

Séquence 2 : Bien argumenter pour convaincre


Savoir-faire : Savoir-faire 2 : Construire un argumentaire solide.
Niveau 3 : Construire un argumentaire structuré.
1 activité

CE QUE VOUS ALLEZ TROUVER DANS CETTE SÉQUENCE :

  • Des activités de : Français (éventuellement une discipline scientifique selon le thème choisi)
  • Des activités de type : Débat
  • Des activités sur le thème de : Argumentaire, Sommeil, Adolescence

Activité : Convaincs-moi !

Objectif : Construire un commentaire bien argumenté à partir de faits et en apportant ses arguments de manière cohérente et légitime (sans argument fallacieux)
  • Résumé : Les élèves apprennent à organiser des faits et des données pour construire un argumentaire.
  • Matériel : Cartes, plateau et étiquettes fournies.
  • Compétences mobilisées : Français : Passer du recours intuitif à l’argumentation à un usage plus maîtrisé.
  • Production : Argumentaire.
  • Durée : 2 heures environ.
Message à emporter
Pour être convaincant, un argumentaire doit reposer sur des arguments pertinents, bien construits mais également bien reliés entre eux et à la problématique.

Clés pour la mise en œuvre

Après avoir appris à identifier un bon et un mauvais argument, les élèves apprennent à imbriquer des (bons) arguments pour construire un argumentaire.

Cette activité poursuit l’apprentissage autour de l’argumentation en Français mis en place dans la Séquence 1. Volontairement, elle ne s’appuie pas sur le contexte historique mais sur des thèmes pouvant plus facilement concerner la vie quotidienne des élèves. Cependant, elle pourra être utilisée à l’occasion pour rédiger un contre-argumentaire à l’un des adversaires de Darwin. Il est en effet intéressant que les élèves perçoivent que l’argumentation en sciences doit reposer sur les mêmes outils que ceux proposés dans cette activité pour être rigoureuse.

Si les élèves ont déjà réalisé la Séquence 1, l’enseignant pourra choisir de les placer dans la peau de l’étudiante qui a prononcé l’argumentaire : « Vous êtes maintenant dans la peau de l’étudiante qui a présenté un vibrant argumentaire autour d’une question vive. » Autrement l’enseignant présentera l’activité comme un jeu de construction d’un débat argumenté.

Nous proposons un thème (Faudrait-il repousser l’heure de début des cours pour respecter les rythmes biologiques des adolescents ?), mais d’autres thèmes, disciplinaires, pourraient être menés à la place de celui choisi : Peut-on cloner pour sauvegarder des espèces ou récréer des espèces disparues ? Conquête de l’espace : comment la justifier ?

Déroulé possible de l’activité

Contexte : Dans votre établissement, une question est vivement débattue : Faut-il repousser l’heure de début des cours pour respecter les rythmes biologiques des adolescents ? Certains enseignants et élèves se déclarent favorables à l’idée, d’autres contre. Chaque élève est amené à s’exprimer. Mais ce genre de décision ne peut pas se prendre seulement sur la base d’opinions et de ressentis. C’est une décision importante, avec des conséquences lourdes pour l’organisation scolaire et même familiale.

Objectif : Préparer un argumentaire sous la forme d’un plaidoyer, après avoir réfléchi à des arguments pertinents et avoir pris connaissance de certains faits.

Organisation : Par groupes de 4.

Matériel :

  • Des Cartes Argumentaires comportant des faits et des connaissances de nature scientifique en lien avec le thème.
  • Un Plateau Argumentaire qui structure l’argumentaire en 3 parties : d’abord, les élèves introduisent le problème et décrivent la problématique (Introduction) ; puis, ils développent leur argumentation (Développement) ; enfin, ils exposent leurs conclusions (Conclusion). Les élèves pourront écrire leurs arguments sur des post-its et les placer sur le plateau au bon endroit (le Plateau sera dans ce cas imprimé en format A3 ou dessiné sur une grande feuille).
  • Des Étiquettes Fonctions et des Étiquettes Liens logiques pour aider les élèves à identifier le rôle que chaque affirmation joue dans leur argumentaire (cause d’une affirmation, conséquence d’une autre, objectif d’un argument, argument d’opposition ou de complément, etc.) et à bien la relier aux autres. Pour relier les arguments entre eux, les élèves peuvent utiliser les étiquettes à découper et à placer entre les arguments (Étiquettes Liens logiques) ou à côté des arguments (Étiquettes fonction). Ceci permet d’avoir un aperçu visuel plus immédiat du genre d’arguments utilisés, de leur enchainement, et des liens logiques que les relient. Les étiquettes constituent en outre un rappel du genre d’opérateurs logiques et fonctions qu’ils peuvent rencontrer au sein d’un argumentaire.

Règles : Les élèves prennent connaissance des Cartes Arguments. En se basant sur celles-ci, ils préparent un argumentaire bien articulé pour appuyer une résolution face à la question : Faut-il repousser l’heure de début des cours pour respecter les rythmes biologiques des adolescents ? Ils peuvent pour cela s’aider avec le Plateau Argumentaire et les Étiquettes Liens logiques.
A la fin de l’activité, un jury (l’enseignant et 1 membre de chaque groupe) calcule les points remportés par chaque argumentaire et désigne le gagnant.

L’enseignant explique : « Avant de vous lancer dans le débat, je vous demande de préparer au mieux votre argumentaire. Appuyez-vous sur vos idées personnelles, vos connaissances et expériences, mais aussi en mobilisant des faits de nature scientifique des faits qui sont fondés et mettez-les en relation de façon pertinente afin d’arriver à une prise de position justifiée ! »

  • L’enseignant présente aux élèves le contexte et l’objectif de l’activité.
  • L’enseignant présente aux élèves les éléments de l’activité. Les élèves peuvent choisir d’utiliser ou non toutes les aides (Cartes Argumentaire) à disposition. Ils sont cependant censés lire les Cartes et se référer à certaines d’entre elles (au minimum 2) pour préparer leur argumentaire. Dans l’argumentaire, ils mobiliseront aussi des opinions (les leurs, celles entendues par d’autres) mais feront attention à bien distinguer celles-ci des arguments basés sur les faits et connaissances rapportés dans les cartes.
  • L’enseignant laisse les élèves travailler en autonomie et préparer leur argumentaire oral, qui sera présenté au reste de la classe. Les élèves sont répartis en groupes et chaque groupe prépare un argumentaire avec les arguments de son choix. Ils veillent à structurer leur argumentaire pour qu’il soit clair et percutant, à l’organiser en parties (Introduction, Développement, Conclusion) et à utiliser les liens logiques appropriés.

Note : le Plateau Argumentaire peut n’être fourni que comme un coup de pouce aux groupes qui exprimeraient des difficultés à visualiser l’ordre et l’enchainement des arguments.

  • Pour terminer l’activité, l’enseignant demande aux élèves de passer à l’oral. Un jury composé de l’enseignant et d’un membre de chaque groupe (identifié à l’avance) évalue l’utilisation des différentes cartes et la non-utilisation d’« arguments fallacieux » et assigne les points. Par exemple :
    • 3 points pour la cohérence entre les 3 parties (Introduction, Déroulement, Conclusion)
    • 2 points par fait ou connaissance scientifique utilisé (se référer aux Cartes Argumentaire)
    • 1 point par chaque fonction mobilisée correctement (se référer aux Etiquettes Fonction)
    • 1 point par chaque lien logique utilisé de façon appropriée (se référer aux Étiquettes Liens logiques)
    • 3 points pour l’expression orale
    • 2 points pour la capacité de persuasion.

Pour nourrir la discussion à l’issue de l’activité

  • La mise en commun débute à partir des productions des élèves, notamment les plateaux si les élèves ont choisi de les utiliser. Les élèves auront probablement du mal à toujours choisir les bons connecteurs, à respecter le rôle de chaque partie, à utiliser les arguments scientifiques au bon moment. Ce sera à l’enseignant de mettre en lumière les erreurs et de proposer une remédiation adaptée.
  • L’enseignant peut prolonger le débat en demandant aux élèves de repérer des situations similaires où, dans leur vie de tous les jours, ils peuvent être amenés à utiliser des argumentaires.
  • Lorsque les argumentaires sont construits hâtivement, ils sont peu convaincants, même si la thèse qu’ils appuient est fondée. Cela peut-être frustrant et on aimerait mieux démontrer aux autres le bien-fondé de notre prise de position. Ces argumentaires pourraient être améliorés en utilisant les astuces qu’ils ont découvertes au cours de l’activité. L’enseignant demande aux élèves de donner des exemples.
  • Par ailleurs, il pourrait leur demander comment préparer un tel débat et notamment les faits qui l’appuient. Ici, les Cartes Argumentaires ont été données. Mais l’enseignant peut demander aux élèves comment ils s’y prendraient pour en fabriquer de nouvelles, sur un thème différent.
  • Dans un prolongement d’activité, l’enseignant peut faire des groupes, et chaque groupe prépare des cartes pour un nouveau débat.

<< Retour aux contenus à partir du Cycle 4 Retour aux activités du Bloc 4 : Argumenter >>

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte CASDEN