Mener l’enquête

Séquence 5 : Mener l’enquête


Savoir-faire : Savoir-faire 4 : Être vigilant face à la désinformation.
Niveau 3 : Démonter des fausses informations
1 activité

CE QUE VOUS ALLEZ TROUVER DANS CETTE SÉQUENCE :

  • Des activités de : SVT, Éducation aux médias
  • Des activités de type : Jeu d’enquête
  • Des activités sur le thème de : Fake news, Théories du complot, Réseaux sociaux, Dinosaures

Activité : Dinoleaks

Objectif : Établir la fiabilité d’une information sur internet
  • Résumé : Les élèves enquêtent sur la fiabilité d’un blog annonçant la création de dinosaures dans un laboratoire suspect et sur la qualité des preuves avancées.
  • Matériel : Ensemble du dossier fourni ; Accès à internet pour aller sur le Blog de Alan Krumwiede (http://fakesec.wordpress.com) ou impressions du même Blog fournies par l’enseignant ; En SVT (optionnel) : ordinateur et logiciel Phylogène, Anagène ; matériel de laboratoire (dont colorant vert de méthyle) ; matériel vivant (oignon, kiwi, œufs de poisson… : au choix mais au moins deux dans l’idéal).
  • Notions mobilisées : SVT : Classification des êtres vivants ; Lien phénotype-génotype ; Applications biotechnologiques.
  • Compétences mobilisées : EMI : Distinguer les sources d'information, s'interroger sur la validité et sur la fiabilité d'une information, son degré de pertinence ; S'entrainer à distinguer une information scientifique vulgarisée d'une information pseudo-scientifique grâce à des indices textuels ou para-textuels et à la validation de la source.
  • Production : Compte rendu d’enquête.
  • Durée : 4 heures.
Message à emporter
Lorsque l’on nous présente une thèse surprenante, nous devons mobiliser des outils d’évaluation diversifiés. Même si nous ne disposons pas de la capacité à évaluer le fond scientifique, nous pouvons exploiter d’autres canaux : évaluation de la fiabilité de la source (l’auteur, son moyen de communication), des leviers de persuasion qu’il exploite pour nous convaincre, de la qualité, de la pertinence et de la rigueur des preuves qu’il avance… Un ensemble d’éléments suspects doit nous alerter et nous pousser à douter de façon raisonnée de ce type de thèse. Au minimum, l’attitude raisonnable est de savoir suspendre son jugement et d'accepter une certaine incertitude.

Clés pour la mise en œuvre

Cette activité consiste à mobiliser les compétences en lien avec l’évaluation des sources et des informations dans un contexte plus difficile que ce qui a été présenté jusqu’ici : une thèse élaborée avec un faisceau de preuves sur un support informatique (un blog), servant à défendre une théorie du complot. C’est par ailleurs l’occasion d’introduire une nouvelle grille d’analyse des informations qui portent cette fois sur la qualité des preuves à l’appui d’une thèse.

Cette séquence peut être réalisée sous la forme proposée après que les autres savoir-faire du Bloc Évaluer aient été traités. Une alternative consiste à utiliser cette séquence de façon indépendante mais plus accompagnée, afin de travailler progressivement les autres savoir-faire du Bloc. Dans ce sens, nous avons fait le choix de découper par phases la progression afin de faire apparaitre sa structure. à la manière d’un journaliste d’investigation, les élèves analysent le fond scientifique et la mise en forme du blog pour réaliser que les preuves avancées ne sont pas suffisantes pour rendre crédible la thèse.

La séquence est assez dense et trouverait avantage à être dirigée par deux enseignants : nous suggérons que les deux premières phases, qui se focalisent plutôt sur l’analyse de la forme et de la source soient traitées par un professeur documentaliste ou de français, tandis que la phase 3, qui est centrée sur les preuves elles-mêmes, soit traitée par un professeur de SVT.

Déroulé possible de l’activité

Contexte : Un nouveau blog vient d’apparaître sur la toile, et il fait le buzz sur les réseaux sociaux. L’auteur du blog s’est improvisé journaliste. Un jour, en surfant sur internet, il découvre une thèse a priori surprenante : des laboratoires recréeraient en secret des dinosaures. D’abord amusé par l’idée, il rentre en contact avec les personnes diffusant cette thèse. Progressivement, il se met à douter : Et si tout cela contenait au fond une part de vérité ? Son enquête débute et ne terminera plus. Il voyage, rencontre des gens, et découvre finalement les preuves qu’il cherchait. Bientôt, il s’enferme chez lui et ne vit plus que pour une seule chose : faire éclater au monde entier l’incroyable vérité que seul lui détient.

Objectif : De tels blogs ou sites sont souvent convaincants car ils contiennent de nombreuses images, arguments techniques, phrases choc… Mais si l’on creuse, qu’en est-il vraiment ?

Organisation : Par groupes de 4

Matériel :

  • Un Blog (en fin de la Fiche matériel) contenant la thèse présentée par son auteur et un ensemble de preuves qu’il a accumulées pour la défendre (disponibles en version électronique et papier : Blog de AK)
    Note : la version papier contient des symboles de flèches qui simulent les liens d’une page vers une autre comme sur un vrai blog ! Elle remplace ainsi complètement la version informatisée.
  • Un Plateau de jeu (qui présente les différents Lieux où se déroule l’enquête)
  • 7 Cartes Lieu (qui donnent les missions à mener et présentent les Experts vers lesquels se tourner)
  • 10 Cartes Experts (qui fournissent des conseils sur les recherches à mener, et les assistants à consulter)
  • 3 Cartes Assistants (qui donnent des aides pour mener à bien des expériences scientifiques)
  • 3 Grilles d’évaluation et un Gradient de positionnement (qui aident à évaluer les leviers de persuasion, la fiabilité des sources et les preuves à l’appui de la thèse)
  • 3 Tables de mission (pour définir les différents niveaux de réussite de chaque mission et les points associés)

Règles : Il s’agit d’un grand Défi composé de 3 missions qui permettent de gagner des points. à la lumière du matériel mis à disposition, les élèves doivent évaluer si le blogueur :

1. Est une source d’information fiable ;
2. Ne répond qu’à un intérêt de connaissance ;
3. Défend une thèse solide (appuyée sur des preuves suffisantes et convaincantes).

• La thèse à évaluer est la suivante : des dinosaures ont été recréés en secret, à partir d’ADN récupéré et complété par de l’ADN d’oiseaux actuels, clonés et améliorés par un processus de transgénèse. Les preuves consistent en des photos, résultats d’analyses génétiques, commentaires de scientifiques, témoignages circulant sur les réseaux sociaux…
• L’activité se déroule en 4 phases. Les 3 premières sont associées à une mission : elles permettent d’analyser le discours et les preuves apportées par le blogueur. La quatrième consiste à mettre en forme un compte rendu.

– Mission 1 : Évaluer la volonté de persuasion (de l’auteur du blog)
– Mission 2 : Évaluer la fiabilité de la source (le blogueur et son blog dans ce cas)
– Mission 3 : Évaluer la qualité des preuves (que le blogueur apporte à l’appui de sa thèse)
– Rédaction d’un compte rendu qui résume les conclusions de l’enquête et aboutit à déclarer, faits à l’appui, que la thèse est peu crédible car les arguments qui la soutiennent ne sont pas fiables dans leur ensemble.

• Pour mener à bien les 3 missions, les élèves vont exploiter successivement les 3 Grilles mises à leur disposition, ainsi que les aides des Experts. Ils vont aussi pouvoir réaliser des expériences que les Experts et leurs Assistants leur suggèrent ou aident à réaliser.
• Chaque mission permet de remporter des points (se référer à la Fiche Elève pour l’évaluation des mission et l’attribution des points). Le groupe qui obtient le plus grand nombre de points à l’issue de l’enquête remporte le grand Défi.

Phase préparatoire

  • L’enseignant présente aux élèves le contexte et l’objectif de l’activité.
  • L’enseignant fournit aux élèves les éléments du dossier (accès internet au Blog ou contenu du Blog imprimé détaillant la thèse et les « preuves » à l’appui). Pendant cinq à dix minutes, les élèves commencent à s’approprier les documents et à chercher intuitivement des éléments mettant en doute leur fiabilité.
  • Après que les élèves aient pris connaissance du Blog, l’enseignant souligne la difficulté de s’approprier l’ensemble du dossier et d’en faire une évaluation critique. Il leur propose alors des éléments pour guider leur enquête. Sur chaque îlot, se trouvent :
    – Un Plateau de jeu et un paquet de Cartes Lieu, qui donnent aux élèves des objectifs spécifiques ou leur permettent de collecter des aides. Elles renvoient notamment à des Cartes Experts et à des Grilles d’évaluation.
    – Un paquet de Cartes Experts, qui donnent aux élèves soit des connaissances, soit des pistes d’action à mener qui les aident dans leurs missions. Trois Experts ont des Assistants qui pourront aider les élèves dans leurs recherches et expérimentations.
    – Des Grilles pour l’analyse des différents éléments du dossier, ce qui aide les élèves dans leurs Missions.
    – Ainsi qu’un Gradient de positionnement qui aide les élèves à se positionner à la fin de chaque phase et qui permet d’initier la discussion entre les groupes avant de poursuivre l’activité.

Conseils de mise en place et éléments de correction de la Phase préparatoire

  • Les missions proposées pourraient faire l’objet d’un travail plus autonome des élèves. L’enseignant ne donnerait pas de procédure ordonnée en phases ou de manière guidée comme nous le présentons ci-dessus.
    – Dans ce cas, l’enseignant pourrait placer sur une table l’ensemble des pages du Blog, les Cartes Lieu, Experts et Assistants, et les Grilles plastifiées en autant de copies que de groupes d’enquêteurs.
    – Pendant 3 ou 4 séances successives, les groupes d’élèves viendraient choisir les fiches leur permettant de réaliser les activités correspondantes.
    – Après une séance en classe entière de mise en commun des données, les élèves pourraient réaliser le compte-rendu du jeune journaliste qu’ils ont incarné.
  • Il est important que les élèves comprennent qu’on ne juge pas la fiabilité d’une thèse sur la base d’un seul argument, mais que, au contraire, on utilisera un faisceau d’indices pour guider notre réflexion critique.
  • Il n’est pas toujours facile d’accéder à Internet pour consulter le Blog. L’activité reste faisable malgré tout ! L’enseignant pourra montrer le Blog une fois pour que les élèves se convainquent de sa réalité. Il est important qu’ils prennent conscience que de tels Blogs peuvent exister sur Internet et de fait… ils existent ! Chacun de nous peut ouvrir son Blog et répandre les informations, et les désinformations, qu’il veut.
    Une fois le Blog montré, il pourra cependant décider d’imprimer les pages du Blog que nous avons préparées dans ce but (Fiche Matériel) :
    – Chaque page contient des « liens » (indiqués par des flèches, écrits en gras et en rouge avec surlignage) ;
    – Il faut chercher la nouvelle page qui contient en en tête le même lien écrit avec la même police et le même format.

Phase 1 : Mission 1 - Évaluer la volonté de persuasion
Objectif spécifique : Remobiliser les outils en lien avec l’évaluation des astuces qu’on peut utiliser pour convaincre de la véracité d’une thèse

  • L’enseignant propose aux élèves de débuter l’activité proprement dite. Les élèves obtiennent la Carte Lieu à la rédaction du journal et la lisent.
    – Ils récupèrent ensuite la Carte Expert 1 et en font la lecture. Celui-ci suggère d’utiliser des outils d’évaluation et fournit aux élèves un carnet d’adresses d’autres experts à consulter. Le carnet d’adresses se présente sous la forme d’un Plateau de jeu comprenant des cases sur lesquelles ils pourront poser chacune de leurs Cartes Lieu. Cela les aidera à se repérer sur leur progression tout au long du jeu.
    – Ils poursuivent avec la Carte Lieu Laboratoire d’experts en communication. Ceci leur permet de mobiliser les Cartes Expert 2 et Expert 3 et sont ainsi motivés à rechercher la Grille n° 1 Évaluation de la volonté de persuasion.
    – Ils évaluent les leviers de persuasion employés à l’aide de la Grille n° 1.
  • L’enseignant leur demande de se positionner une première fois sur un Gradient de positionnement : « je fais totalement confiance / je fais globalement confiance / j’attends d’en savoir plus pour me positionner / je ne fais pas confiance ». Les élèves notent leur réponse.
  • L’enseignant procède à une mise en commun pour vérifier la convergence entre les considérations qui ont émergé au sein des différents groupes. Cela termine la phase (et peut servir à conclure une séance).

Conseils de mise en place et éléments de correction de la Phase 1

  • La Carte Expert 1 donne des conseils ayant une portée générale : elle motive le recours à des critères d’évaluation des informations formalisés, par exemple sous forme de Grilles comme nous le proposons ici.
    Les Cartes Expert 2 et 3 portent l’attention des élèves sur les moyens utilisés par l’auteur du blog pour « amener » les lecteurs vers sa thèse (leviers de persuasion, astuces pour convaincre).
  • Le premier groupe de documents porte donc l’attention des élèves sur le fait qu’on peut chercher à forcer l’acceptation d’une affirmation, thèse ou position en ayant recours à des formes diverses de persuasion et de manipulation de l’opinion.
  • Le recours à certains leviers de persuasion n’est pas en soi un signe de mauvaise fois. Toutefois, un auteur qui s’appuie de manière excessive sur des leviers émotionnels, des arguments non pertinents mais « attrayants », qui joue sur l’ambiguïté, les rumeurs et les inquiétudes ou convictions du public, devrait susciter une certaine forme de vigilance.
  • Un deuxième élément important de manipulation est représenté par l’utilisation des images (plus en général des supports audio-visuels) dans le but d’induire des interprétations. Il s’agit donc de prêter attention à l’origine des images (se référer pour cela à l’Activité 1 de la Séquence 2 et à l’Activité 2 de la Séquence 4) et également à leur mise en forme (légendes, montage, contexte…).
  • Si les élèves ont réalisé les séquences précédentes, ils peuvent déjà avoir utilisé certains des outils d’analyse à disposition. Dans le cas contraire, ils les obtiendront au cours de l’activité. En particulier, les deux Grilles des astuces utilisées pour convaincre ont déjà employées dans la Séquence 4, Activité 1. Notons que nous avons fusionné ces deux grilles pour n’en faire qu’une seule ici (Grille n° 1).
  • Le Gradient de positionnement fourni avec les Grilles permet aux élèves de se positionner après avoir effectué la première mission, qui consiste à juger si (et par quels moyens) l’auteur cherche à forcer l’acceptation de sa thèse. Même si cet outil est arbitraire et ne peut permettre de délivrer un jugement décisif (on ne peut pas fixer un « seuil » au-delà duquel on rejette l’ensemble), il est important que les élèves comprennent qu’il sert à guider de façon plus rigoureuse leur ressenti et ainsi peut les amener à émettre un doute raisonné sur la fiabilité de la thèse avancée.

Phase 2 : Mission 2 - Évaluer la fiabilité de la source
Objectif spécifique : Remobiliser les outils en lien avec l’évaluation des sources

  • L’enseignant invite les élèves à poursuivre leur enquête. Il précise que cette phase se déroule comme la précédente et qu’il les laissera désormais travailler en autonomie. En pratique, les élèves pourraient même commencer par la Phase 3 et réaliser la Phase 2 ensuite si l’enseignant veut leur laisser cette souplesse.
    – La fin de la Mission précédente leur donne en effet deux possibilités : ils peuvent poursuivre leur enquête en se rendant au Bureau d’investigation (Carte Lieu Bureau d’investigation) pour évaluer la fiabilité du blogueur en tant que source d’information ; ou décider de procéder directement à l’évaluation de la qualité des preuves que celui-ci apporte dans son Blog à l’appui de sa thèse (dans ce cas le rendez-vous est avec l’un des trois laboratoires de science : Carte Lieu Laboratoire de biologie moléculaire, Carte Lieu Laboratoire de génétique, Carte Lieu Laboratoire de Biologie Paléontologie).
    – Si les élèves décident de poursuivre vers le Lieu Bureau d’investigation, et donc de mener la Mission 2, ils rencontrent l’Expert 4 et obtiennent comme aide la Grille n° 2 Evaluation de la fiabilité de la source.
    – Lorsque les élèves ont terminé d’évaluer la fiabilité de la source, à l’aide de la Grille n° 2, ils cherchent à se positionner une nouvelle fois sur le Gradient de confiance.
  • L’enseignant procède à une mise en commun pour vérifier la convergence entre les considérations qui ont émergé au sein des différents groupes. Cela termine la phase (et peut servir à conclure une séance).

Conseils de mise en place et éléments de correction de la Phase 2

  • La Carte Expert 4 souligne l’importance de bien vérifier l’origine des informations et la fiabilité de la source qui les fournit (le blog et son auteur).
  • Ceci qui devrait pousser les élèves à récupérer (s’ils ont fait l’Activité 2 de la Séquence 2) ou demander la Grille n° 2 Evaluation de la fiabilité de la source. On se limite dans cette phase à évaluer la source elle-même.
  • On reproduira ce travail pour chacune des preuves dans la Phase 3.

Phase 3 : Mission 3 - Évaluer la qualité des preuves
Objectif spécifique : Remobiliser les outils en lien avec l’évaluation des arguments avancés pour soutenir la thèse

  • L’enseignant invite les élèves à poursuivre leur enquête. Il précise que cette phase sert à réfléchir sur le contenu des preuves à l’appui de la thèse : photos, vidéos, audio, témoignages… Toutes ces preuves figurent dans le Blog. Deux preuves seront plus particulièrement étudiées dans cette phase car elles font référence à des notions scientifiques (Preuves 1 et 2). Ce travail pourra cependant être réitéré pour l’analyse sur d’autres éléments du dossier (par exemple le témoignage).
  • L’enseignant présente la Grille n° 3, seule nouvelle grille pour les élèves qui ont réalisé les autres séquences du Bloc.
  • L’enseignant laisse les élèves progresser en autonomie en suivant l’enchaînement proposé par les Cartes Lieu et les conseils des Experts.
    – Les Cartes Lieu Laboratoire de biologie moléculaire (2e étage), Laboratoire de génétique, Laboratoire de paléontologie renvoient vers la consultation de l’Expert 10, qui suggère l’utilisation de la Grille n° 3 Evaluer les preuves à l’appui d’une thèse.
    Note : La Grille n° 3 est subdivisée verticalement pour que les élèves renouvellent l’évaluation sur plusieurs preuves.
    – La Carte Lieu Laboratoire de biologie moléculaire (1er étage) introduit les Experts 5 et 6.
    • L’Expert 5, invite les élèves à la réflexion sur la plausibilité des preuves apportées par le blogueur.
    • L’Expert 6 suggère aux élèves de mener une recherche bibliographique pour en savoir plus sur l’état d’avancement actuel des biotechnologies et de cette manière vérifier la plausibilité des affirmations du blogueur.
    – Les Cartes Lieu Laboratoire de biologie moléculaire (2e étage), Laboratoire de génétique et Laboratoire de paléontologie introduisent respectivement les Experts 7, 8, 9.
    • Ce sont des scientifiques qui accueillent les élèves dans leur laboratoire et leur proposent de vérifier par eux-mêmes certaines allégations contenues dans les Preuves 1 et 2.
    • Ces dernières requièrent en effet des observations ou expérimentations à mener en cours de SVT. Dans le cadre du jeu, des Assistants de laboratoire (en biologie moléculaire, en génétique et en paléontologie) aident les élèves dans leurs expérimentations.
    – Les élèves peuvent se positionner sur d’autres preuves (la Preuve numérotée 3 dans le Blog, ou toute autre preuve de leur choix). Ils récupèrent pour cela des bonus (+10 points pour la Preuve 3, +5 pour les autres).
    • à la fin de cette phase comme des précédentes, les élèves sont invités à se positionner sur un Gradient de confiance.
  •  L’enseignant procède enfin à une mise en commun pour vérifier la convergence entre les considérations qui ont émergé au sein des différents groupes. Cela termine la phase (et peut servir à conclure une séance).

Conseils de mise en place et éléments de correction de la Phase 3

Utilisation de la Grille 3 :

  • Les élèves vont devoir utiliser la Grille n° 3 (suggérée par l’Expert 10) pour évaluer deux aspects des preuves :
    – La source (en reproduisant la même démarche basée sur la Grille n° 2) ;
    – La qualité de la preuve (contenu de la preuve) : plausibilité, pertinence, justesse, force.
  • La plausibilité de la preuve s’évalue sur la base d’un ressenti personnel ancré sur des connaissances : est-ce que ce qu’on me montre bouscule mes attentes ? Est-ce que c’est cohérent par rapport à mes connaissances ? Par exemple, si on me montre une photo très bien faite du squelette d’un géant humain de 10 mètres, ma première réaction est de penser que cette information n’est pas plausible sur la base de ce que je sais par ailleurs.

Note : On pourra objecter que des vérités scientifiques peuvent apparaître surprenantes et aller à l’encontre de nos connaissances. L’enseignant pourra pousser les élèves à aller plus loin. Ils devront alors se demander : quelle est mon expertise dans ce domaine ? Quelles sont mes connaissances préalables ? Si j’en ai peu, alors je dois relativiser mon jugement.

  • La pertinence : une preuve peut être bonne et solide (et elle est évoquée pour cela), sans pour autant qu’elle serve réellement la thèse ! Dans le cas d’une affaire judiciaire par exemple, déterminer qu’un individu a un mobile pour un crime n’est pas un argument en faveur du fait qu’il ait commis ce crime ! C’est un élément de l’enquête à considérer, mais pas une preuve de culpabilité.
  • La justesse : évaluer la qualité d’une preuve nécessite d’avoir accès à la manière dont elle a été produite : quelles méthodes d’observation et d’expérimentation ont permis de l’obtenir ? Cela implique que les élèves mobilisent leurs connaissances sur la méthode scientifique et les critères d’obtention rigoureuse d’une connaissance (voir Blocs Observer et Expliquer). Mais cela demande une transparence de l’auteur, qui doit faire l’effort de rendre possible l’accès aux documents d’origine et la méthode par laquelle ils ont été obtenus.
  • La force : une fois que nous avons évalué individuellement chacune des preuves, nous pouvons juger plus globalement la force de persuasion du faisceau de preuves. Si une seule preuve est avancée, nous devons être très exigeants envers elle car elle doit suffire à supporter toute la thèse. Si un faisceau de preuves est apporté, il sera jugé sur sa cohérence globale : il sera considéré comme fort s’il est bien construit.

Note importante : les auteurs des théories du complot soignent particulièrement bien l’agencement de ce « faisceau de preuves ». C’est précisément pourquoi ces théories ont un tel succès : on perçoit aisément la cohérence de l’ensemble et, naturellement, on est plus facilement convaincu par une histoire bien ficelée que par une théorie bien fondée. C’est bien en s’attaquant à la nature des preuves elles-mêmes (cohérence avec les connaissances établies, pertinence, justesse) que se révèle la supercherie de ces théories. Mais cela est un travail nettement plus difficile.

Evaluation des Preuves :

  • La Preuve 1 est une photographie montrant la « méduse » d’ADN colorée au vert de méthyle. Un document du dossier la caractérise comme étant de l’ADN « spécifique de dinosaure ».
    – En récupérant la méduse d’ADN de différents éléments vivants (comme le suggère l’Expert 7), les élèves pourront réaliser que, si la photographie est réelle, l’interprétation est faussée : quelque que soit le matériel vivant utilisé, la méduse d’ADN présente des caractéristiques similaires et on ne peut conclure sur la provenance de la méduse en l’observant. Seule une caractérisation au niveau moléculaire pourrait prouver sa provenance (voir Preuve 2). L’enseignant peut inviter les élèves à comparer leurs résultats avec le commentaire rédigé sous la photographie de la méduse d’ADN par le blogueur. Si on a choisi différents matériels vivants, on peut plus facilement parvenir à la conclusion de l’universalité du support de l’information génétique.
    – Pour compléter la mission d’évaluation de la Preuve 1, les élèves obtiennent l’aide de deux experts supplémentaires (Cartes Experts 5 et 6). Ces aides les poussent à mener une recherche bibliographique sur une technique de génétique (clonage ou transgénèse) et faire un point pour d’une part mieux comprendre la technique et d’autre part mieux comprendre leur portée actuelle. L’Expert 5 souligne que les techniques de ce genre sont soumises à des comités de bioéthique qui en évaluent l’acceptabilité éthique. Celles-ci sont bloquées lorsqu’elles ne respectent pas des critères établis. Il ne s’agit pas de faire passer le message que ces techniques ne soulèvent aucune question éthique. Mais de souligner que le citoyen n’est pas seul dans ses démarches : il existe une réflexion permanente sur la manière d’encadrer le progrès scientifique et cette réflexion est complexe. Il est important de faire passer aux élèves le message qu’en tant que citoyen, ils ont un réel intérêt à comprendre le fonctionnement de la science et ses progrès pour pouvoir se positionner sur des questions de société.
  • La Preuve 2 est un jeu de données de séquences génétiques censées prouver que la séquence extraite est bien celle d’un dinosaure.
    – Le raisonnement donné par la Carte Expert 8 est le suivant : s’il s’agit bien d’une séquence de dinosaure, elle doit être très similaire à celle des espèces actuelles les plus proches des dinosaures. La première partie du raisonnement consiste donc à retrouver parmi 3 espèces actuelles la plus proche d’une espère lambda de dinosaure à l’aide du logiciel Phylogène. Il s’agit des oiseaux (au sens strict, les oiseaux sont des dinosaures). Cette partie de la mission se déroule dans le Laboratoire de paléontologie. L’enseignant de SVT pourra décider de ne pas faire ce TP. Dans ce cas, la Carte Expert 9 donne directement la solution.
    – La seconde partie du raisonnement (qui se déroule au Laboratoire de génétique) consiste à comparer la similitude des séquences et à montrer que la séquence du supposé dinosaure est en fait plus proche d’une séquence d’un lézard (92 %) (et même du crocodile : 89 %) que d’un poulet (88 %). La preuve est donc a minima fausse, voire complètement truquée !

Note : cette phase pourra durer un temps variable, plus ou moins long si l’enseignant décide de réaliser tous les travaux pratiques présentés et ainsi développer des notions scientifiques du programme. Certains enseignants placent sur une table commune un classeur contenant les fiches d’activité et les aides, ainsi que tout le matériel et les groupes d’élèves s’organisent de façon autonome pour réaliser toutes les activités sur un nombre de séances convenu.

Phase 4 : Mission 4 - Rédaction du compte-rendu
Objectif spécifique : Présenter une synthèse d’évaluation de la fiabilité générale de la thèse

  • L’enseignant réalise le compte final des points gagnés par chaque groupe lors des missions et désigne le vainqueur du grand Défi ! Il peut récompenser avec un Bonus en points pour le grand Défi les élèves qui ont su aller le plus loin possible dans l’enquête, en accumulant un grand nombre d’indices issus des trois catégories.
  • L’enseignant guide les élèves pour qu’ils produisent un compte-rendu de leur enquête. Ils doivent convertir leur exploitation des différentes grilles et leur positionnement sur la confiance à attribuer à la thèse après chaque phase en un commentaire argumenté qui sanctionne la fiabilité générale de la thèse. Les élèves doivent remobiliser les critères des Grilles pour justifier et argumenter leur point de vue. Rappelons qu’ils incarnent un jeune journaliste mis au défi par leur chef de rédaction d’évaluer un Blog polémique.

Pour nourrir la discussion à l’issue de l’activité

  • A l’issu du verdict, l’enseignant anime une discussion avec les élèves. Les situations dans lesquelles nous sommes confrontées à des théories sensationnalistes sont nombreuses. Nous exigeons souvent une ou deux preuves, mais il est parfois facile de se laisser convaincre après un ou deux arguments, surtout devant des photos ou des vidéos. Pourtant, à y regarder de plus près, certains éléments peuvent éveiller notre soupçon.
  • La mise en commun permet de faire l’inventaire des éléments qui ont été relevés et qui ont permis d’évaluer la confiance créditée à la thèse de l’auteur. Ces éléments peuvent être classés au tableau à l’aide de post-it dans trois catégories :
    – Leviers de persuasion : l’auteur cherche souvent à évoquer des émotions, sa thèse donne une satisfaction immédiate, l’auteur fait appel à des rumeurs et croyances, suggère l’existence d’intentions cachées, utilise des faux témoignages et des images manipulées…
    – Fiabilité de la source : auteur mal identifié, page personnelle, peu organisée, source secondaire avec aucune source primaire citée…
    – Preuves à l’appui : les images utilisées n’ont pas de sources identifiées, sont floues ou incorrectes voire truquées. Les informations scientifiques sont erronées : les conclusions sur les séquences génétiques qui ont été avancées comme preuve sont fausses.
  • Il n’est pas facile de mettre en place tous ces outils et de mobiliser une grille d’évaluation des sources chaque fois que nous entendons une information. Cependant, nous pouvons apprendre à être plus exigeants et retenir quelques critères nous permettant de ne pas accepter systématiquement comme vraies toutes les théories qui parviennent à nos téléphones, ordinateurs ou oreilles !
  • L’attitude la plus raisonnable lorsqu’on est en proie au doute est de suspendre son jugement. C’est pourtant très difficile de ne pas se prononcer sur un sujet. On préfère croire ou refuser que d’admettre cet état d’incertitude. C’est pourtant dans notre intérêt de savoir refuser de se prononcer et d’attendre de disposer de plus d’informations ou de connaissances avant d’admettre ou de refuser une théorie.

<< Retour aux contenus à partir du Cycle 4 Retour aux activités du Bloc 3 : Evaluer >>

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte CASDEN