Le bracelet du pouvoir

Le bracelet du pouvoir


Bloc 3 : Evaluer A partir du Cycle 3 1 activité
  • Objectif : Apprendre à distinguer les opinions personnelles de celles fondées sur une démarche scientifique.
  • Enseignements / Disciplines engagé(e)s : Sciences et technologie
  • Compétences associées : Pratiquer, avec l’aide du professeur, quelques moments d’une démarche d’investigation – Proposer, avec l’aide du professeur, une démarche pour résoudre un problème ou répondre à une question de nature scientifique.

Activité : Croire ou ne pas croire ?

Objectif général : Apprendre à différencier les types de « preuves » et à les classer sur la base de leur qualité.
Déroulé et modalités : A partir de la considération d’un objet prétendument doté de vertus miraculeuses (le bracelet du pouvoir), la classe considère différents arguments le concernant (sous forme de cartes), apportés par des sources variées (phase 1). Ils s’interrogent alors et enquêtent sur le poids respectif de ces affirmations : à qui doit-on faire confiance et pourquoi (phase 2) ?
Durée : 1 h 30, distribuée sur deux séances, plus un prolongement éventuel
Matériel : Pour toute la classe : une image du bracelet du pouvoir (Fiche 1) + un jeu de cartes (Fiche 2) imprimé si possible en grand.
Pour chaque binôme d’élèves : 1 jeu de cartes (Fiche 2)
Production : Une grille de critères / questions à se poser pour évaluer la confiance à accorder au témoignage apporté par une source d’information
Message à emporter : Il n’est pas toujours possible de vérifier une affirmation par soi-même, par une expérience. On se tourne alors vers les autres, mais il est important de reconnaître, parmi toutes les sources, celles qui sont fiables. Elles doivent être multiples à aller dans le même sens, fondées sur l’expérience scientifique et portées par des experts dans le domaine.

Notes préliminaires
• Cette séquence propose l’utilisation d’un jeu de 10 cartes (Fiche 2), comprenant des arguments énoncés par : 2 personnages très populaires (un sportif et une chanteuse), 2 scientifiques, 2 personnages ayant un intérêt commercial par rapport au produit, 2 personnages ou groupes de personnes proches des élèves (amis, groupes sportifs ou groupes de l’école), 2 personnes ou entités qui sont bien informées sans pour autant être des scientifiques de métier (un enseignant et une émission de télévision de vulgarisation scientifique, qui aurait pu être remplacée par un magazine scientifique pour jeune public, par exemple).
• Ces cartes sont suffisantes pour répondre à l’objectif de l’activité : identifier les caractéristiques propres aux personnages qui peuvent apporter des informations dignes de confiance. Cependant, si l’enseignant désire améliorer le jeu, il pourra ajouter des cartes de sa fabrication à raison d’une par « type d’argument ». Ceci lui permettra aussi de personnaliser le jeu, en choisissant des personnages connus de ses élèves.
• Les cartes peuvent éventuellement être plastifiées en vue d’une réutilisation ultérieure.

Déroulé possible

Phase 1 : Tout le monde parle du « Bracelet du Pouvoir » (environ 15 min)

Objectif : Identifier différentes typologies de personnages et se prononcer sur la confiance que leurs témoignages suscitent spontanément.

L’enseignant présente à la classe un bracelet (ou une image le représentant (Fiche 1) et lit son slogan : Le bracelet du pouvoir permet de devenir plus fort sans effort. « Beaucoup de monde a son mot à dire sur ce bracelet ! Footballeurs, chanteuses, blogueurs, scientifiques, les fabricants du bracelet naturellement, et même vos amis… »

Chaque binôme d’élèves reçoit un jeu de cartes comprenant l’avis des différents personnages sur ce bracelet. L’enseignant les invite à identifier les personnages, donnant lieu à une discussion collective : « Ces personnages ont un avis concernant le bracelet. Qui, parmi eux, suscite notre confiance ? Pourquoi ? » Les élèves pourront identifier assez rapidement le scientifique comme une source à qui accorder leur confiance, mais ils pourront aussi citer leurs amis, ou des personnages populaires et à succès. Une source prestigieuse, familière ou qui rassemble de nombreux individus confère à celle-ci une impression de fiabilité.

L’enseignant pourra éventuellement demander aux binômes de ranger les cartes, devant eux, dans un ordre allant du personnage auquel ils accordent le moins de confiance à celui auquel ils font le plus confiance.

Phase 2 : Qui est-ce ? (environ 30 min)

Objectif : Identifier les questions permettant de reconnaître un personnage parmi d’autres, sur la base de caractéristiques diverses (non nécessairement liées à la confiance qu’on devrait leur accorder pour juger de la réalité des pouvoirs du bracelet).

L’enseignant propose aux élèves de jouer un jeu de type « Qui est-ce ? » avec les cartes mises à disposition. Le jeu est joué de façon classique : un personnage est choisi au hasard par chaque binôme d’élèves ; les binômes posent des questions à tour de rôle sur le personnage du binôme « adversaire » et éliminent au fur et à mesure des candidats potentiels (par exemple : « Ton personnage est-il un homme ? ») jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Gagne celui qui devine en premier le personnage mystérieux. L’enseignant pourra choisir de former plusieurs groupes de deux élèves qui jouent en parallèle ou de faire jouer les élèves en grand groupe.

Il fera remarquer, suite à la première phase de jeu, que pour être plus efficaces, il est utile d’identifier les caractéristiques des différents personnages et de poser d’abord des questions qui permettent d’éliminer des classes entières de personnages. L’enseignant demande donc aux élèves de prêter attention, s’ils ne l’ont pas déjà fait, aux propriétés inscrites au-dessous de chaque personnage.

On remarque que certaines caractéristiques reviennent sur plusieurs cartes : certains personnages sont populaires, d’autres non ; certains sont familiers des élèves parce qu’ils font partie de leur cercle d’amis mais ne sont pas connus du grand public ; certains ont un intérêt commercial pour le bracelet, d’autres non ; certains utilisent le bracelet, en ont une expérience personnelle, d’autres non ; certains ont conduit ou ont connaissance d’études scientifiques pour en évaluer le pouvoir ; certains se prononcent à propos du bracelet parce que cela rentre dans leur domaine d’expertise, d’autres non ; il peut en outre s’agir d’opinions qui n’engagent qu’une personne ou qui s’appuient sur des sources multiples.

Les élèves rejouent en utilisant ces caractéristiques pour éliminer progressivement les personnages et retrouver le personnage de « l’adversaire ». Cependant, rien ne nous dit que le personnage en question est plus fiable que les autres. L’enseignant introduit donc la phase suivante en demandant : « Est-ce que certains des personnages qu’on a identifiés avec nos questions sont aussi ceux qui méritent notre confiance, pour répondre à la question du pouvoir du bracelet ? »


Conclusion générale

Au tableau, l’enseignant installe le jeu de cartes imprimé en grand, et la classe discute des caractéristiques propres aux personnages. Quelles sont celles qui éveillent la confiance ? Les quatre caractéristiques qui identifient un personnage digne de confiance sont : Se réfère à des études scientifiques ; Se réfère à de multiples sources ; Le produit rentre dans son domaine d’expertise ; N’a pas d’intérêt commercial dans le produit. De l’analyse des cartes, émerge qu’aucune de ces caractéristiques ne se suffit à elle seule : c’est de la combinaison de plusieurs de ces caractéristiques qu’émerge la confiance.

De façon réciproque, on peut identifier les caractéristiques qui devraient susciter méfiance (Ne se réfère pas à des études scientifiques ; Se base sur une seule source ; Le produit ne rentre pas dans son domaine d’expertise ; A un intérêt commercial dans le produit). On identifie aussi les caractéristiques qui ne devraient pas influer sur notre degré de confiance (Popularité, Utilisation).

Eventuellement, l’enseignant pourra utiliser un code couleur (rouge ou vert) pour entourer les cartes des personnages choisis par la classe comme étant dignes de confiance, ou non.

Sur la base de cette analyse, on peut identifier les quatre questions à se poser pour discriminer, parmi les sources à disposition, celles qui méritent notre confiance : « A un intérêt commercial dans le produit ? Se réfère à des études scientifiques ? Se réfère à de multiples sources ? Le produit rentre dans son domaine d’expertise ? 

Les élèves pourront demander à tester les pouvoirs du bracelet ou proposer des protocoles pour le faire. Ce sera l’occasion d’identifier ou de remobiliser les caractéristiques d’un « bon test », conduit sur de nombreux individus ignorant les objectifs du test, et impliquant des individus « témoins ». Le protocole ainsi élaboré pourra être mis en place en classe, voire à l’échelle de l’école. Il n’est cependant pas toujours possible de vérifier par soi-même, par une expérience, la validité d’une affirmation. Il est donc toujours important de savoir vérifier ses sources : leur origine mais aussi le genre de témoignage sur lesquels elles se basent. Les scientifiques sont des sources fiables, parce qu’ils ont recours à des protocoles et à des tests qui garantissent l’objectivité de leurs affirmations.


Évaluation

L’enseignant demande aux élèves de fabriquer une carte de personnages. Au choix, ils peuvent décider d’inventer un personnage inspirant la confiance, ou pas. Une fiche est fournie, pour faciliter le travail.


<< Retour aux activités à partir du Cycle 3 Retour aux activités du Bloc 3 : Evaluer >>

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte CASDEN