Le recyclage des déchets organiques : les bio-déchets

Auteurs : christine k.(plus d'infos)
Résumé :
[Témoignage] - Ce travail se place dans le cadre d'un projet sur le thème de la pollution des sols et du recyclage des déchets réunissant 9 classes, en partenariat avec l'Ecole des sciences de Châteauneuf-les-Bains (centre pilote La main à la pâte), l'entreprise locale Aubert et Duval et la fondation Jean Duval. La classe de Mme Kaczorwski a choisi de s'intéresser au recyclage des déchets organiques : les bio-déchets. Les élèves ont prélevé, observé, classifié les êtres vivants du sol. Il ont ensuite cherché comment "recycler" la matière organique et ont fabriqué des mini-composteurs, avec lesquels ils ont établi un protocole expérimental sur 7 semaines. La classe a effectué une restitution des résultats de ses investigations devant des scientifiques et des partenaires.
Objectif :
- Identifier les enjeux liés à l'environnement - Classer les organismes, exploiter les lien de parenté pour comprendre et expliquer leur évolution - Améliorer la maîtrise de la langue, à l'oral comme à l'écrit, depuis le travail en classe jusqu'à la restitution devant un public
Durée :
8 mois
Matériel :

Copyright :
Creative Commons France. Certains droits réservés.

 

Dossier lauréat d'un 1er prix de La main à la pâte 2016

Le projet présenté par Mme Christine Kaczorwski, enseignante à l’École Robert Bresson à Bromont-Lamothe dans le Puy-de-Dôme s’inscrit dans le thème de la pollution des sols et du recyclage des déchets. Il a bénéficié de l’aide de Mme Noëlle Lacourt, responsable de l’École des Sciences de Châteauneuf-les-Bains qui a piloté ce projet dans 9 classes de cycle 3 d’un secteur rural du Puy de Dôme, en partenariat avec l’entreprise locale Aubert et Duval et la Fondation Duval.

Deux classes (de CE2-CM1 et de CM2) de l’école ont travaillé en coopération pour explorer les questions relatives à la pollution des sols : qu’est-ce qu’un sol, comment peut-il être pollué, quelles en sont les conséquences, comment limiter cette pollution ? Partant des représentations des élèves, l’enseignante les a amenés à observer différents types de sols (en forêt, en prairie) ; à en prélever des échantillons pour les rapporter en classe et en analyser les divers constituants ; à y prélever des êtres vivants et établir « leur carte d’identité ». Dans le cadre des activités pour la maîtrise de la langue française, les élèves ont eu à analyser des documents écrits et vidéo et à réaliser des schémas ainsi qu’un jeu de rôle sur les décomposeurs.

Lors d’une sortie à l’École des Sciences, les élèves ont travaillé sur le rôle filtrant du sol. Ils ont observé et goûté de l’eau de source de Chateauneuf, une découverte sensorielle (Pourquoi certaines sont chaudes ? Pourquoi ont-elles des couleurs, des goûts et des odeurs différents ?) mais suscitant aussi un questionnement sur les mystères des sources : Comment se forment-elles ? Comment l’eau peut remonter à la surface? Comment ces sources peuvent-elles être polluées ?… autant de questions mais aussi de mystères qui ont été abordés sans cependant toujours trouver leurs solutions.

La classe de CM2 a choisi un travail sur des déchets non organiques et celle de CE2-CM1 sur le recyclage des déchets organiques accumulés notamment à la cantine. Ils ont fabriqué des mini-composteurs, puis mis en place un protocole expérimental visant à définir les éléments pour obtenir un bon compost : la terre, la lumière, l’air, la chaleur, mais pas trop, et l’eau.

Le 12 mai 2016, la classe a présenté le résultat de ses investigations devant des représentants du monde scientifique et des partenaires du projet. La classe de CE2-CM1 a choisi une restitution sous forme d’un diaporama avec enregistrement des voix des élèves (enregistreur numérique), manipulation du logiciel « Audacity », insertion des voix dans le diaporama.

Au total ce travail, mené avec le partenariat de l’Éducation nationale, des élus et de l’entreprise Duval, va déboucher sur la mise en place d’outils permettant une meilleure gestion des déchets à l’école. Les enfants se sont investis très vite dans ce projet. Ils se sentent beaucoup plus concernés par le problème et souhaitent aller plus loin, en mettant en place un composteur pour recycler les déchets organiques de l’école. La commune est partie prenante et souhaite étendre l’usage de ce composteur aux habitants du lotissement voisin. Enfin les enfants souhaiteraient aussi aller plus loin dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à la cantine aux côtés de l’Association « Mille et un repas » et ce pourrait être le départ d’un prochain projet scientifique.