Ombres et lumière

Séquence 5 : théâtre d'ombre
Auteurs : Nicolas DEMARTHE(plus d'infos)
Résumé :
Il s’agit ici de réinvestir les notions abordées lors des séances précédentes en proposant aux élèves de vivre des situations ludiques propices à la compréhension du phénomène des ombres. Pour commencer, les élèves jouent spontanément avec les ombres portées de leurs mains sur l’écran, puis se familiarisent avec des silhouettes dont ils projettent les ombres sur un écran blanc. Ils retrouvent les résultats constatés au cours des séances : l'ombre est noire, d'autant plus grande que l'objet est proche de la source. Ils peuvent reformuler ce qui est observé : l’objet opaque fait écran à la lumière et on ne voit l’ombre que par contraste, grâce à la lumière qui passe autour des contours de l’objet. Enfin, ils jouent avec les formes différentes que l’on peut créer en modifiant les positions relatives des trois éléments : source/objet/écran et réalisent que seuls les détails de l’objet qui sont en bordure compte tenu de la direction de la lumière donnent la forme de l’ombre. On peut donc obtenir une autre forme d'ombre en positionnant autrement l'objet. Ils réinvestissent ainsi les résultats de la séquence 3 : la taille et la forme de l'ombre dépendent de l'objet ET de la position de l'objet par rapport à la source de lumière.
Publication : 4 Juillet 2016
Objectif :
Vocabulaire • Ombre, lumière, source lumineuse, taille, forme, objet ombre nette, floue
Matériel :
  • Un projecteur diapo ou une lampe halogène 500 W
  • Un grand drap blanc
  • De grandes feuilles de papier blanc
  • Akiplaques
  • Gabarit
  • Carton fin
  • Feutres
  • Baguettes

SÉANCE 1 : Faisons des ombres

Dans une salle obscure, par petits groupes, les enfants doivent :

  • obtenir avec leurs mains différentes « formes » d’ombre portée sur un papier blancfixé sur le mur
  • dessiner le contour des différentes ombres réalisées
  • comparer la taille, la netteté des ombres
  • puis choisir des objets  pour créer un  spectacle.

Il s’agit d’une situation nouvelle : observer les ombres portées sur une surface verticale. Mais c’est l’occasion de questionner à nouveau les enfants sur les conditions nécessaires pour qu’il y ait formation d’une ombre (source de lumière, objet opaque, support…et de faire repérer les positions respectives des différents éléments (où se trouve la lumière ? où se projette l’ombre ?) et d'utiliser la propriété des objets d'avoir des ombres  de forme  et de taille variable.
L’imaginaire est très sollicité : les enfants associent spontanément les formes d'ombres obtenues à des êtres ou objets qu’ils croient reconnaître. On encouragera les enfants à décrire les formes des ombres. (« On dirait un loup, un escargot, un monstre, un oiseau… »)

Cette séance peut être un point de départ pour lancer le projet d’un théâtre d’ombres chinoises, en utilisant un drap blanc pour recueillir les ombres et en plaçant le spectateur de l'autre côté du drap par rapport à la source et à l'objet ; il ne voit plus alors que l'ombre et une forme d'ombre peut être produite  de différentes façons !

Activités complémentaires :

  • Dessiner les ombres observées (le contour sur une feuille fixéesur le drap, sur une feuille « volante » = loin du drap)
  • Mon portrait de profil : tracer sur une grande feuille, le contour de l’ombre du visage des enfants positionnés de profil et éclairés par un projecteur assez puissant pour que l’ombre soit bien nette. Découper les profils, puis chercher à les reconnaître !
  • Ombres chinoises : les enfants sont assis devant un drap blanc tendu et observent un groupe d'enfants qui évoluent derrière le drap dans le faisceau lumineux d'un projecteur diapo.
  • Ils cherchent à reconnaître la personne dont on ne voit que l'ombre sur le drap.
  • Je « suis » ton ombre ! Répartir les enfants par groupe de deux : l’un sera l’acteur, l’autre son ombre. L’enfant- ombre doit prendre  une position qui produit la même ombre portée de l’enfant acteur.

SÉANCE 2 : Fabriquons des silhouettes

Par groupes de quatre, les élèves disposeront d’une lampe, d’un écran mobile (akiplaque 30x40 sur support) et de silhouettes en carton qu’ils fabriqueront.
Inciter les enfants à réaliser des silhouettes avec des parties ajourées (les yeux, la bouche par exemple), ce qui permettra de vérifier lors de la projection que la lumière traverse bien les parties des silhouettes où l’on a découpé les yeux et pas celles où les yeux sont juste dessinés.
Puis, les élèves sont à tour de rôle projectionniste/manipulateur puis spectateur. Après quelques tâtonnements, ils trouvent les positions respectives de la lampe et de la silhouette pour obtenir une ombre portée sur l’écran.
La distance entre l’objet et la lampe est limitée puisqu’ils tiennent à la fois d’une main la lampe et de l’autre la silhouette. Certains enfants ont tendance à s’approcher de l’écran, d’autres restent à égale distance de l’écran, et privilégient la relation lumière-objet.

L’enseignant relance les investigations :
 Comment placer la silhouette pour obtenir une ombre qui lui ressemble ?
 Comment placer la silhouette  pour qu’elle ait une ombre plus grande, plus petite (que la précédente) ? ou de forme différente ? Pour qu'elle soit plus nette ?

Là encore, des essais successifs permettent de retrouver les observations faites : « il faut être bien à plat ! » «Si la lumière est près, ça fait une grande ombre » « loin de la lumière, c’est petit ».

A nouveau, faire préciser : près de quoi ? Plus petit que quoi ? Que représente le « ça »… Et si tu remontes la lampe, si tu la baisses ? Et si tu ne mets pas la silhouette de face par rapport à la lampe ?

L’enseignant demande alors de dessiner l’expérience. On doit voir apparaître la lampe, la silhouette et l’écran.  Le passage de 3D en 2D est toujours problématique pour les enfants.

De nombreuses représentations sont encore peu précises. Certaines ombres ne sont pas noires, d’autres portent encore des traits de détails : les yeux, la bouche. Cela ne signifie pas forcément que l’enfant n’ait pas compris que les ombres sont noires, et qu’elles ne portent pas d’yeux, mais qu’il existe encore un écart entre ses représentations et les éléments du dessin.
Les élèves qui n’ont pas convenablement placé au départ les différents éléments (écran, silhouette, lampe) n’hésitent pas à dessiner un faisceau lumineux courbe !
Pourtant, l’idée que la lumière se propage en ligne droite commence a faire son chemin : l’enfant qui porte la silhouette  se baisse pour ne pas se trouver sur le  passage du faisceau de lumière.
Certains essaient de représenter qu’ils sont « derrière » le passage de la lumière. La représentation de ce qui est sur l’écran, de ce qui est parallèle à l’écran, ou qui lui est perpendiculaire est difficile !

Le maître revient sur les expériences réalisées et demande à un élève de chaque groupe de présenter ce que son groupe a découvert.


SÉANCE 3 : Petit théâtre d’ombres

Pour finaliser le projet, l’enseignant proposera aux élèves d’inventer une histoire qui mettra en jeu les personnages créés et leurs ombres.
Nul doute qu’au fil des activités, les enfants auront fait fonctionner leur imagination. Si le maître a pris soin de mener en parallèle la collecte des idées émises, on pourra bâtir des courtes histoires à partir des ombres produites au fil des séances.

L’utilisation d’un projecteur situé à une distance fixe du mur (quelques mètres) permet d’observer les modifications subies par les ombres en jouant sur la position de la silhouette entre le mur et la lumière. On pourra ensemble alors décider de l’endroit où seront les manipulateurs et le public lors des représentations de théâtre d’ombres à venir.
Bien que les silhouettes soient utilisées pour faire des ombres, les enfants tiendront à les colorier pour les personnaliser !
On pourra élargir le champ des investigations en choisissant aussi des matériaux translucides ou transparents, colorés ou non, ce qui apportera une touche esthétique complémentaire à leurs productions théâtrales.
Mais, attention, refaire plusieurs fois la même ombre n’est pas évident au premier essai ! Sans doute les spectateurs devront-ils aussi faire preuve d’imagination…

Addons