Sondage "Enseignants et sciences cognitives": Quelles questions vous posez-vous sur les apprentissages scolaires?

168 enseignants ont renseigné cette question pendant les premiers mois de l'année 2015.

Nous présentons ici une sélection de ces questions, que nous avons classées en catégories, sur la base de leur contenu: Méthodes pédagogiques efficaces pour favoriser les apprentissages, Quels apprentissages?, L'école, Les enseignants.

 

MÉTHODES PÉDAGOGIQUES EFFICACES POUR FAVORISER LES APPRENTISSAGES

Méthodes pédagogiques efficaces: que doivent-elles prendre en compte pour favoriser les apprentissages des élèves (de tous les élèves)?

Qu'est-ce qu'une méthode"scientifiquement prouvée"? Comment utiliser connaissances scientifiques et recherche pour identifier des stratégies "qui marchent"?

Existe-t-il des  méthodes pédagogiques "alternatives" dont l'efficacité a été prouvée?

Quelles stratégies peut-on adopter en classe pour favoriser les apprentissages?

Nos méthodes d'apprentissages ne doivent-elles pas être revues?

Quelles pratiques sont véritablement efficaces?

Peut-on faire progresser tous les apprenants? Certains rencontrent-ils des limites quelque soit la méthode pédagogique utilisée?

Quels sont les apprentissages prioritaires? Comment permettre aux élèves de déterminer eux mêmes quels sont les méthodes d'apprentissage qui leurs sont propres?

 

Pourquoi n'y a-t-il pas encore, au cœur de l'Education nationale, une démarche de pédagogie et de réformes "evidence-based", fondées sur la démarche de type scientifique?

Pourquoi ne dispose-t-on pas aujourd'hui de protocoles d'apprentissage qui soient issus de la recherche scientifique et qui aient été éprouvé au sein de la classe. A quand une pédagogie scientifique?

Ne faut-il pas favoriser des méthodes un peu différentes type Montessori?

L'exploration sensorielle d'abstractions matérialisées comme base de la construction des savoirs chez les plus petits (pédagogie Montessori). Comment appliquer les principes de la pédagogie Montessori à l'Université?

Tous les mouvements pédagogiques, tel celui des intelligences multiples, sont-ils pleinement applicables en France avec la pression des programmes actuels?

Je tente les cours inversés (lecture du CM à la maison, et reprises/activités complémentaires en classe) avec mes L3, ça me semble plus efficace que le système des TD classiques en L1 mais je ne sais pas dans quel mesure ça peut être généralisé

La suppression de la phase d'apprentissage "du soir" à la maison pour les élèves des écoles primaires n'est-elle pas, à long terme et compte-tenu de ce que l'on en sait, néfaste aux apprentissages?

La théorie qui dit que les savoirs doivent venir de l'enfant est obsolète. On constate qu'à force "d'accompagner" les élèves sans plus rien leur transmettre est une erreur.

Les nouvelles technologies sont une source de données qui rend obsolète le professeur comme source de savoir. Si internet devient la mémoire externe de mes apprenants, comment l'utiliser comme source de réflexion et donc d'apprentissage (mais pas de mémorisation pure)?

Pourquoi les programmes sont-ils si peu ludiques? Pourquoi l'école est censée se faire dans la ''douleur'' pour une grande majorité au détriment du développement individuel?

Est-il inéluctable d'édulcorer ces apprentissages pour les rendre plus assimilables? Par conséquent de donner l'impression fausse que des aménagements sont possibles avec des connaissances "dures"….

Apprentissages par compétences et classes sans notes: sont elles des motivations pour les élèves?

 

COMMENT SE FONT LES DIFFÉRENTS APPRENTISSAGES?

Comment fonctionne l’apprentissage, quel rapport avec le développement et la maturation cérébrale?

Comment faire?

Avec ou sans le numérique

Est-ce que c'est bien de...

Blocages, difficultés spécifiques: quelles sont les causes? Quelles stratégies adopter?

Comment apprend-on?

Quels types d'apprentissages sont possibles en fonction de l'âge des élèves?

Quels sont les mécanismes neuronaux mis en jeu dans l'apprentissage?

Y a-t-il des étapes nécessaires à tous les apprentissages?

Ne peut-on imaginer un temps spécifique dès les petites classes pour l'apprentissage systématique (vocabulaire, formules, etc) puisqu'à ma connaissance aucune classe sociale n'est pénalisée en terme de "mémoire" dès la naissance, ou en bas âge?

Peut on identifier différentes sortes de cerveaux face aux apprentissages: quelle est la part de l'organique par rapport au psychologique ou au social?

Que faut il enseigner et à quel moment?

 

 

 

 

Comment faire en sorte que les enfants aient envie d'apprendre?

Comment favoriser l’intérêt, étape indispensable à l'acquisition des connaissances?

Comment favoriser l'attention, la concentration?

Comment développer la réflexion chez les élèves?

Comment mieux articuler apprentissage dans la classe et hors des murs?

Comment analyser les procédures des élèves?

Comment réussir à leur faire prendre conscience de leurs procédures et comment cette connaissance peut les faire progresser?

Comment leur donner du sens, faire en sorte qu'ils répondent à un besoin ressenti par l'élève? 

Quel rythme? Un rythme différent selon les élèves?

Comment mieux utiliser les apprentissages naturels dans les apprentissages scolaires?

Qu'est-ce qu'apprendre à l'ère du numérique?

Comment faire aujourd'hui avec des élèves qui ont changé et qui vivent au XXIème siècle?

Comment adapter sans faire décrocher l'élève? Le numérique sert-il à quelque chose?

Nos programmes sont-ils réellement adaptés aux capacités cognitives des enfants (je pense surtout aux élèves de maternelle)?

Les compétences attendues dans les programmes sont-elles réellement en adéquation avec la maturité cognitive des élèves?

Les notions à acquérir correspondent-elles à la maturité du cerveau des élèves? Les notions sont-elles enseignées dans un ordre facilement assimilable?

Est-il pertinent de chercher à faire produire l'élève (de la réflexion, de l'analyse, etc.) avant qu'il soit en possession des outils et des contenus méthodologiques et culturels?

Quels sont les principaux obstacles aux apprentissages?

Comment rendre les apprentissages plus simples et moins anxiogènes pour les apprenants?

L'échec scolaire, que faire pour y remédier?

Baisse des acquis fondamentaux. Que faut-il modifier pour retrouver une efficacité réelle, sur le long terme?

Travaillant en REP, je recherche actuellement beaucoup sur l'émancipation et les blocages psychologiques face à l'apprentissage. L'impuissance apprise (ou  l'illusion d'incompétence), le refoulement de créativité et de curiosité (pourtant naturelles chez l'enfant, j'en suis persuadée), les liaisons entre sciences cognitives et condition sociale...

Quelles sont les incidences des possibles dysfonctionnement neurologiques sur les apprentissages scolaires, dans le contexte scolaire actuel?

Comment aider les enfants à besoins particuliers (nouvellement arrivé en France, dys...)?

Est-il possible d'avoir une méthode pédagogique alors que les enfants sont si différents les uns des autres? Comment en même temps être efficace en tant qu'enseignant tout en s'adaptant aux particularités de mes élèves?

Quelles sont les origines des difficultés rencontrées par les élèves : manque de motivation, difficultés cognitives, blocages psychologiques, sachant que ces trois aspects sont généralement imbriqués? Comment apporter une aide efficace?

D’où viennent les difficultés à réutiliser une savoir faire dans une autre activité?

Pourquoi apprendre n’est pas motivant pour les élèves?

Comment enseigner avec les différences multiples des élèves: niveau, rythme, culture, envie...?

 

Apprentissages spécifiques

La langue Les autres langues Les maths

Pourquoi les élèves ont-ils à ce point du mal à mémoriser et comprendre les règles d'orthographe?

Difficile acquisition de l'orthographe grammaticale, comment agir?

Pourquoi l'apprentissage de la lecture est aussi difficile pour certains enfants?

L'outil informatique est il un outil efficace pour les enfants dyspraxiques?

Les travaux de S. Dehaenne  nous éclairent de façon très précise sur les mécanismes l'apprentissage de la lecture mais ses prescriptions en termes de méthodes d'enseignement outrepassent les conclusions de ses recherches et imposent une vision exclusivement mécaniste de la lecture.

Comment apprend-t-on une langue étrangère?

A quel moment est-ce le plus efficace?

Combien de temps doit-elle être parlée pour que l'apprentissage soit efficace? 

Combien de langues un enfant peut-il parler sans rencontrer de difficultés? 

Rencontre-t-il forcément des difficultés en parlant plusieurs langues?

Comment enseigner efficacement la numération maternelle / CP?

L'apport des sciences cognitives et des neurosciences dans l'apprentissage de la lecture est assez répandu et accessible. Il me semble que cela est moins vrai pour ce qui a trait à l'apprentissage de la numération et de la résolution de problèmes. C'est sur cet aspect des apprentissages que j'aurais besoin d'informations.

Comment enseigner la mémorisation des tables de multiplication de façon rapide et efficace (résultats des tables X à X 9)?

Comment faire pour faire des maths et du français de façon indirecte (travailler la logique...)

Tous les enfants sont-ils capables de retenir par cœur les tables de multiplication?

Un exemple : pour travailler sur la proportionnalité, il est nécessaire de comprendre un court texte, le plus souvent de savoir le lire, de retenir des notions, de les mettre en liens, de se repérer spatialement dans le tableau (les deux lignes et le coef. de prop.), un minimum de concentration, un tâche qui fasse sens... Bref, il y a une multiplicité d'actions cognitives à vivre pour l'élève.
Est-il pertinent de se demander: Comment savoir laquelle est la plus fragile?
Dans mon exemple, il me semble qu'il y a un croisement de fonctions instrumentales et exécutives. J'aimerais être formé à leurs reconnaissances fines dans le cadre d'exercices scolaires.

 

Quels savoirs?

Quels sont les savoirs réellement utiles pour les élèves?

Disciplinaires ou pas disciplinaires?

Combien de savoirs?

Quels domaines d'apprentissage sont vraiment utiles?

Lesquels sont vraiment utiles pour les élèves?

Sont-ils adaptés à notre société et à son évolution?

Sont-ils tous accessibles à tous les élèves? Comment les rendre plus accessibles?

Je les sais indispensables, mais l'ensemble du système permet aux élèves de s'en dispenser...

Pourquoi apprendre tant de choses souvent inutiles?

Ne sont-ils pas rébarbatifs, sclérosés, tristes?

Quelle est la pertinence de certains thèmes (apprentissages souvent trop pointus et déconnectés des besoins réels des élèves)?

Sont-ils adaptés aux "nouveaux" élèves?

Ils ne sont peu ou plus adaptés aux élèves d'aujourd'hui qui se débrouillent plus seuls, sans leurs parents

Sont-ils toujours adaptés au niveau de capacité d'abstraction des élèves?

Sont-ils tous nécessaires et ne vaudrait-il pas mieux consacrer plus de temps à la méthodologie, l'apprentissage des outils à notre disposition?

Quels apprentissages sont vraiment utiles pour s'épanouir dans sa vie (vie privée, monde du travail, vie sociale...)? Serait-il intéressant d'enseigner des méthodes de développement personnel (théâtre d'improvisation, méditation...)?

La place du manuel  (arts plastiques, artisanat, ...) et du gestuel (théâtre, mime...) dans l'apprentissage?

Comment se fait-il que les connaissances disciplinaires qui sont peut-être vouées à disparaître restent prioritaire à la formation de l'enfant dans sa manière d'apprendre?

La méthodologie, la confiance en soi et la "prise de risques" sont interdisciplinaires et indispensables pour apprendre à apprendre; ce sont les "vrais fondamentaux" que les élèves doivent acquérir. Les exercices "mécaniques" ne peuvent servir qu'en renforcement et en application.

Pourquoi demande-t-on la polyvalence de l'enseignant en classes primaires et la spécialisation par matière dans les classes secondaires?

Pourquoi les classes des cycles 1 et 2 sont-elles aussi surchargées?

Pourquoi autant de notions chaque année pour les élèves?

N'y a t il pas trop de matières? Pourtant aucune ne manque d'intérêt. Quand il y a trop à apprendre, est ce qu'on ne sélectionne pas trop? Est ce que le savoir n'est pas éparpillé?

Une telle quantité de savoirs est-elle vraiment nécessaire?
Ne vaudrait-il pas mieux diminuer la quantité (tête bien pleine) et favoriser la qualité (tête bien faite)?
Pourquoi certains enseignements sont-ils à ce point déconnectés de la vie réelle? / Certains enseignements ne seraient-ils pas plus efficaces s'ils étaient plus en lien avec la vie réelle?

Pourquoi autant de matières obligatoires, les élèves pourraient choisir? Pourquoi si peu d'heures de LV? Pourquoi pas des modules intensifs?

N’y a-t-il pas trop de dispersion au détriment des fondamentaux?

N'apportons-nous pas trop de connaissances et trop de peu d'outils pour sélectionner les informations nécessaires à une bonne compréhension du monde? Ne gagnerait-on pas à proposer aux élèves trois ou quatre disciplines fondamentales puis des options à la carte en fonction de leurs capacités, de leurs goûts?

 

L'ÉCOLE

   
L’école de masse L’école et ses rythmes Chacun à son rythme? Les autres rythmes Le décrochage

Est-il possible d'enseigner à 25 enfants sans échec?

Comment allier pédagogie différenciée aux effectifs de classe toujours croissants?

Comment casser ce rythme des journées longues et improductives?

Apprendre, oublier et réapprendre pendant 4 ans est-il efficace?

Pourquoi ne construisons pas une école où les apprentissages seraient acquis avec le temps nécessaire pour chaque élève au lieu de regrouper par tranche d'âge? Je rêve d'une école libre: chaque enfant arrive et apprend à son rythme. Une école où les enseignants partagent un savoir et ne l'imposent pas

N'y a-t-il pas trop de rigidité dans notre système scolaire au détriment  à la fois de ceux qui avancent très vite et de ceux qui ont besoin de temps?

Comment amener le système a prendre en compte l'individu et ses particularités à fin d'aider chaque élève à avancer au mieux en fonction de ses capacités à un moments donné?

Les apprentissages devraient se faire plus en autonomie, chaque enfant devrait pouvoir avancer à son rythme, comment mettre ça en place?

Importance du sommeil et d'une bonne hygiène de vie.
Comment former sans s'immiscer dans la vie  et les prérogatives des parents?

Quelle liaison entre compétences demandées à l'école et développement cérébral des enfants?

A quel moment de la scolarité se fait le décrochage scolaire?

 

LES ENSEIGNANTS

 La formation des enseignants Enseigner Le cerveau de l’enseignant

Pourquoi ne nous a-t-on rien dit au départ? c'est toute seule que j'ai lu Piaget, que j'ai pris des stages etc

Je suis devenue rééducatrice de l'écriture en plus de mon activité de professeur des écoles. Je constate que l'école "fabrique" des dysgraphiques par manque de formation des enseignants. Je suppose donc  que dans les autres domaines d'apprentissages les mêmes erreurs pourraient se produire. Les sciences cognitives ont certainement un éclairage intéressant pour tenter d'y remédier.

Qu'est-ce qu'enseigner en 2015,... en 2050? Savoir communiquer, trouver des moyens pour expliquer, rendre attentif, organiser des processus d'acquisition, de mémorisation, inviter à se poser des questions, résoudre des problématiques, faire émettre des hypothèses, construire de la pensée, la faire évoluer, échanger des idées, partager des Connaissances avec les nouvelles technologies sur des espaces numériques. L'enseignant doit savoir maîtriser les écrans, comment créer les outils didactiques, les valider (sans formation) et les utiliser pour faire passer son enseignement. La maîtresse d'école saura-t-elle se transformer en ingénieur pédagogique de l'information? Et la robotique réussira-t-elle à s’introduire dans nos classes?

On ne peut rien imposer aux profs, ceux qui ne se sentent pas concernés au plus profond d'eux même ne se remettront pas en cause et continueront à ronronner ou à perdre les pédales. les réformes ne servent à rien, on ne peut pas penser à la place des autres et imposer quoi que ce soit! en revanche si on leur explique qu'ils seront mieux, moins stressés, heureux de réussir avec les élèves, d'être près d'eux et performants pour eux alors là oui je pense qu'ils tendront l'oreille. Les neurosciences peuvent aider à cela car le cerveau du prof mérite aussi qu'on s'y intéresse :-)

 

 

 


Revenir à la Boite à questions

Partenaires du projet