Le panier à surprises

Séance : Le panier à surprises (PS)
Séquence : Le toucher

Comment exploiter cette séance afin de travailler sur la question « Qu’est−ce que la science ? »
 


Dominante :

Appréhender l'invisible

Dans des disciplines variées, les scientifiques sont amenés à s'intéresser à des objets ou des phénomènes qui ne sont pas visibles à l'oeil nu. Dans ces cas, ils doivent trouver des solutions pour pouvoir les étudier : mettre au point des outils pour utiliser tout de même leur vue (par exemple les loupes, les microscopes, les jumelles, les télescopes...), utiliser un autre de leurs sens, imaginer des méthodes d'observation indirectes permettant de révéler des manifestations de l'objet invisible (par exemple, repérer le parcours d'un animal sauvage par ses crottes ou ses empreintes, comme dans le livre « Devine qui fait quoi » de Gerda Muller).

Dans cette séance, il est proposé aux élèves d'explorer - uniquement par le toucher - le contenu d'un sac ou d'un panier couvert d'un linge pour récolter des indices sur ce qui se trouve à l'intérieur. Cette séance repose sur la curiosité des enfants de maternelle et la confiance qu’ils ont en leur maitresse. Si certains élèves expriment facilement leur curiosité, d’autres peuvent craindre d’explorer ce qu'ils ne voient pas. Par ailleurs, ils réalisent que le moyen d'exploration qu'ils emploient (le toucher) ne les renseigne pas sur toutes les propriétés de l'objet (par exemple ni sa couleur, ni son odeur, ni son goût, ni un éventuel son produit).

 


En second lieu, cette séance permet également d'aborder :

La peur de l'inconnu

"Les sciences travaillent souvent à la frontière du visible. Le passage de l’invisible au visible, ce point de bascule entre ce que l’on devine et ce que l’on parvient à percevoir, révéler, mesurer, est souvent le lieu où se cristallisent à la fois la fascination ainsi que les peurs pour les sciences et leurs impacts sur la société" (groupe Traces pour l'exposition "les Invisibles").
Au cours de cette séance, la crainte de certains élèves au moment de plonger la main dans le panier à surprises peut faire l'objet d'une discussion, tout comme la question  : "une fois que l'on a plus d'indices sur ce qui se trouve dans le sac, a-t-on encore peur d'y plonger la main ?" Si la réponse est "non, je n’ai plus peur", c’est bien l’ignorance qui nous faisait avoir peur. La science, dès lors, devient un moyen de lever la peur de l'inconnu.

Outils pour voir l'invisible

A titre de prolongement, l'enseignant pourra inviter les élèves à discuter des outils qu'ils connaissent permettant aux scientifiques d'explorer ce qui n'est pas visible avec leurs yeux. Très souvent, les élèves, même en petite section de maternelle ?, évoquent les loupes et les microscopes (pour voir ce qui est très petit et très près) ou les jumelles et les télescopes (pour voir ce qui est très gros mais très loin).
 



Attention!
La phase d’explicitation est nécessaire pour travailler sur la question « Qu’est−ce que la science ? » Les points évoqués ci-dessus devront être discutés avec les élèves une fois l'activité menée, autour de la question "Qu'avons-nous appris sur la science, aujourd'hui ?"

<< Retour au tableau des séances

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte CASDEN