EIST - Dans la classe : comment faire ?

Auteurs : Equipe La main à la pâte(plus d'infos)
Résumé :
Comment mettre en place un enseignement intégré dans sa classe, gérer sa concertation, le liens avec les parents et la relation aux élèves
Copyright :
Creative Commons France. Certains droits réservés.

L’enseignement des sciences et de la technologie met les élèves en situation de formuler, à l’oral ou par écrit, des problèmes scientifiques, des hypothèses, des pistes de recherche, des comptes-rendus d’activités, des bilans, des conclusions. La démarche d’investigation recouvre plusieurs étapes. Une situation initiale de questionnement est suivie par un temps d’investigation pour aboutir finalement à une construction des savoirs.
Les élèves travaillent par groupes de 3 ou 4 lors des séquences d’investigation. Dans chaque groupe, à chaque début de séance, sont désignés un rapporteur (qui rend compte oralement ou par écrit des travaux de son groupe) et un responsable du matériel. Les rôles peuvent changer d’une séance à l’autre. Les élèves possèdent un cahier d’expérience sur lequel ils notent toutes leurs idées, bonnes ou mauvaises. Ce cahier d’expérience permet de voir l’avancement de l’élève dans sa façon de raisonner. Selon la volonté de l’enseignant, le cahier peut également servir à rédiger les comptes-rendus de fin de cours, plus structurés car issus d’une réflexion de toute la classe aidée par l’enseignant.
L’équipe est constituée d’enseignants, chefs d’établissement, parents d’élèves informés. Les enseignants ne sont plus professeurs de SVT, de technologie ou de sciences physiques et chimiques mais des professeurs de science et technologie, spécialistes de sciences physiques et chimiques, ou SVT, ou technologie. Les notions de bivalence ou trivalence ne sont pas associées à l’EIST. On peut entre autres mettre en avant une différence fondamentale : dans le cadre de l’enseignement de deux disciplines (cas de la bivalence), on ne demande pas expressément à l’enseignement de faire de liens entre elles ! « Travailler en équipe permet d’intégrer d’autres données pour parler science», témoigne un professeur.

Certaines modalités, paraissant attirantes au premier abord, sont plutôt à éviter, telles que :

  • prévoir de manière systématique des rotations dans lesquelles les enseignants changeraient de groupe pour des raisons de dominante disciplinaire mieux maîtrisée. Ceci équivaudrait à perdre l’esprit EIST. Si c’est confortable pour l’enseignant, c’est perturbant pour l’élève.
  • échanger les élèves pour rendre un groupe plus homogène. Ceci supprimerait la richesse créée par l’hétérogénéité.

Organisation des emplois du temps

Choisir 1, 2 ou 3 séances hebdomadaires en fonction du contexte local.
Le temps de concertation doit être verrouillé, c’est-à-dire impérativement affiché à l’emploi du temps des professeurs.
L’emploi du temps en barrette est privilégié quand les collègues travaillent en 3 groupes sur 2 classes. Il ne contraint pas trop les organisations des collèges mais a le désavantage de ne pas permettre aux enseignants de s’observer mutuellement.
Dès les premières réunions de concertation, il convient de planifier les séquences en tenant compte des contraintes matérielles.

Concertation :

Les échanges sont incontournables pour la réussite de l’expérimentation.

  • « Les concertations servent à faire le bilan de séances passées » ;
  • « Elles permettent d’avancer ensemble » ;
  • « Elles permettent de tester des manipulations, la préparation des séances se passant à l’extérieur du temps de concertation. »
  • « La concertation apporte ouverture, permet la remise en cause de ses pratiques, remise en cause de soi » ;
  • « La concertation permet un enrichissement personnel au sein
  • d’une équipe » ;
  • « Une séance qui se termine à 11h30 le matin offre une plage de concertation immédiate » ;
  • « Suivant les possibilités de l’établissement, banaliser un après-midi permet d’y associer les collègues des autres disciplines ».

Face à l’élève :

Faire travailler les enfants sur des questions ouvertes (questionnement se rapprochant de problématiques réelles) de science et technologie.

Accepter de dire « Je ne sais pas... mais je vais chercher... ».

Face à une problématique à laquelle le professeur reste sans réponse, maître et élèves avancent ensemble puis l’enseignant apporte une réponse à la séance suivante (on peut la comparer à celles que les élèves proposeront).

« Faire des préparations plus simples, avec moins de contenus, des objectifs réalistes qui mettent l’élève en situation de réussite ».


Les témoignages reçus attestent d’une grande satisfaction des élèves exprimée aux enseignants ; les enseignants se disent plus proches de la réflexion et de l’approche de leurs élèves dans la construction des savoirs lorsqu’ils enseignent dans la discipline connexe.
Outils mis à disposition : quelques conseils

  • S’ils existent, ne pas hésiter à utiliser les espaces numériques de travail internes à l’établissement pour mutualiser les documents mais aussi répondre à une question élève ;
  • Consulter le site national http://science-techno-college.net/ ;
  • Mettre ses documents à la disposition de tous n’est pas aisé : il faut dépasser l’impression d’inachevé ou/et la peur du jugement ;
  • S’inscrire pour profiter de la rubrique Espaces académiques, créée à cette intention ;
  • Écrire sur le forum ou au réseau de consultants pour poser des questions.

Le choix du thème support d’étude (réel, objet technique à réaliser ou simplement l’objet d’une visite) est le point de démarrage du travail autour des disciplines. Cette étape prend du temps mais fonde le groupe de travail et donne du sens au travail en équipe !
Les échanges virtuels ne sont pas suffisants, faire se rencontrer les enseignants crée une dynamique et de la valeur ajoutée…

Programmes et socle commun

Avoir une bonne maîtrise de la démarche d’investigation ou souhaiter la mettre concrètement en oeuvre est essentiel à l’engagement dans l’EIST. Cette démarche est prescrite dans les programmes des trois disciplines.
Il est précieux de retrouver sur le site de l’EIST des programmations annuelles réussies, qui ont réussi à associer les trois disciplines, leurs programmes et les éléments du socle. C’est un point important dans l’aide aux équipes qui veulent démarrer et se rassurer sur la faisabilité de l’EIST dans le respect des programmes.

Les élèves et les parents

L’inscription à l’EIST peut être un choix si l’intérêt d’un tel enseignement a été porté à la connaissance des élèves lors de la visite du collège en fin de CM2 ou des parents lors d’un contact avec le chef d’établissement, lequel peut parfois offrir d’autres classes à thèmes.
L’adhésion des parents est importante. Dans tous les cas (inscription choisie ou de fait dans une classe EIST), il est important d’organiser une séance d’information et d’explication très tôt dans l’année scolaire. Il faut expliquer et démontrer que ce n’est pas un enseignement au rabais, qu’il traite du programme du collège, que la continuité avec le cycle central est assurée et que l’élève est évalué.
 

Addons