Sol et durabilité des écosystèmes terrestres

De quoi s'agit-il ?

La bioturbation correspond à la perturbation des couches de sol (ou des sédiments meubles) par l’activité biologique. Il s’agit avant tout d’un déplacement de particules par la faune du sol, principalement les vers de terre mais aussi les fourmis, les termites, certaines larves d’insectes. Sans oublier les taupes ou les sangliers ! La bioturbation résulte de l’enfouissement ou de l’ingestion de particules de sol, du rejet de sol sous forme de déjections (qu’on appelle « turricules » pour les vers de terre), ou encore du creusement de galeries ou de terriers.
 

Que peut-on observer ? 

Les vers de terre sont les organismes qui participent le mieux à la bioturbation et donc au mélange des couches de sol. Des vers de terre introduits dans un sol constitué de couches de couleurs différentes vont en quelque temps homogénéiser le sol et les différentes couleurs ne seront plus visibles. D’autre part, on pourra aisément reconnaître les turricules de vers de terre et les galeries qu’ils auront creusées.
 
Attention ! Pour pouvoir observer facilement la bioturbation par les vers de terre, il faut les élever derrière une plaque de verre (ou de plexiglas), que le sol soit humide (mais pas trop), qu’ils aient à manger et qu’ils soient le plus possible à l’obscurité : les vers de terre n’aiment pas la lumière !
 

Que peut-on mesurer ?

Que cherche-t-on à faire ?
Montrer que les vers de terre sont capables de mélanger des couches de sol.

Quel matériel ?

  • Un aquarium qu’on appellera « vérodrome » (en verre ou plexiglas) dont les dimensions importent peu. Seule la largeur doit être limitée à 1 cm (ce qui est très mince mais permettra de mieux voir la perturbation. En revanche, longueur et hauteur sont libres (mais compter au moins 30-40 cm de long et 30-40 cm de haut).
  • Du sol de couleurs différentes si possible (plutôt rouge et plutôt marron…). Si on ne dispose que d’une seule couleur de sol, insérer entre deux couches une petite couche mince de kaolin.
  • Quelques feuilles mortes.
  • De l’eau.
  • Un plastique noir afin de préserver l’aquarium de la lumière en dehors des périodes d’observation.

Quel déroulement ?
Verser le sol par couches dans l’aquarium (le sol aura été préalablement séché et tamisé) en insérant des couches de couleurs différentes. Verser de l’eau suffisamment pour humecter mais pas trop pour ne pas noyer les vers de terre.
Mettre les vers de terre qu’on aura récolté dans un jardin (ou autre) puis ajouter quelques feuilles mortes à la surface du sol.
Laisser reposer…
On peut aussi faire le même aquarium (expérience témoin) dans lequel on ne mettra pas de vers de terre ce qui permettra de mieux mettre en évidence l’effet des vers de terre.

 

Explications par l'image

 
 

Quels prolongements ?

La « lombrifiltration » est un procédé qui utilise des vers de terre élevés sur un support organique (tourbe, sciure) et qui digèrent les matières organiques. Il s’agit d’un procédé écologiquement intéressant par la faible production de boues qui sont générées par rapport aux stations d’épuration classiques.
 
 

Addons