Les 5 sens et l’alimentation

Séance 4 - Le nez joue-t-il un rôle important pour identifier les aliments ?
Auteurs : Clotilde MARIN MICEWICZ(plus d'infos)
Résumé :
Notre nez nous permet de distinguer finement des aliments qui se ressemblent beaucoup mais qui n’ont pas la même odeur.
Publication : 30 Janvier 2013
Objectif :
Développer les capacités d’observation avec tous ses sens. Prendre conscience des sensations en relation avec les aliments. Pouvoir formuler des prévisions et des hypothèses, exposer son raisonnement face à des pairs , émettre un avis critique, argumenter. Élaborer un dessin légendé comme compte rendu d’observation et d’expérimentation. Distinguer « titre » et « légende » d’un dessin.
Matériel :

 

  • Des yaourts aromatisés avec des parfums différents, différents sirops de fruits rouges, des compotes de pommes aromatisées avec différentes épices, vaisselle nécessaire pour chaque élève (gobelets, cuillères à café, verres, assiettes ou bols.
  • Feuille de paperboard 1 (hypothèses) ,feuille paperboard 2 (observations), feuille de paperboard 3 (affichage).  Fiche « élève » support observations,.

 

 

Déroulement :

Phase 1 : Rappel de la séance précédente en s‘appuyant sur les traces écrites réalisées

Qu’avons-nous fait la dernière fois ?

Qu’avons-nous appris ?

Qu’est-ce que vous avez dessiné ?

 

Introduction du thème par l’enseignant avec tout le groupe

Aujourd’hui, vous allez goûter des aliments une 1ère fois en vous bouchant le nez, puis quand vous aurez tout goûté, vous les goûterez à nouveau sans vous boucher le nez. Vous noterez ce que vous aurez reconnu la 1ère fois et s’il y a une différence la 2ème fois.

 

Avertir les élèves que les substances que vous avez choisies sont sans danger

 

 Phase 2 : travail en petits groupes. Maintenant, vous allez travailler en trois groupes et essayer de reconnaître les aliments qui vous sont proposés en vous bouchant le nez . Une fiche vous permet de noter vos idées(lien pour le PDF)

 

L’enseignant montre les 3 lieux de la classe :

Trois tables sont installées avec des chaises et de la vaisselle. Sur chaque table sont posés 4 aliments de même apparence. Chaque groupe s’installe et les élèves goûtent les 4 aliments en se bouchant le nez et remplissent la 1ère partie de la fiche. Ils goûtent à nouveau sans se boucher le nez et remplissent la 2ème partie de la fiche.

Groupe 1 : yaourts aromatisés : fraise, framboise, pêche, abricot.

Groupe 2 : sirops : grenadine, fraise, framboise, groseille ;

Groupe 3 : compotes de pommes : cannelle, vanille, menthe et une sans arôme supplémentaire.

 

Les élèves peuvent dessiner sur leur cahier ce qu’ils ont fait pour reconnaître les aliments

 

Phase 3 : mise en commun des travaux

« Vous allez dire aux autres ce que vous pensez avoir reconnu comme aliments, comment vous vous y êtes pris  et ce que vous avez constaté quand vous avez goûté la 2ème fois en ne vous bouchant plus le nez. »

Le rapporteur de chaque groupe donne les résultats des observations réalisées et l’enseignant note sur la feuille paperboard 2. L’enseignant rappelle que le but n’est pas seulement de deviner quels sont les aliments, mais surtout de chercher à expliquer comment s’y prendre pour reconnaître les aliments. Il peut amener les élèves à constater que le fait de sentir ou non les aliments avec son nez en les mangeant nous permet de mieux percevoir leur goût et de mieux différencier certains aliments.

 

Phase 4 :

Avant de clôturer la séance, un temps « j’aime ou je n’aime pas les odeurs que l’on me propose » qui permet de mettre en évidence les différences de goûts, de manière à suggérer aux élèves que parfois certaines personnes aiment des goûts que d’autres n’aiment pas, et vice-versa ( exactement comme pour le son et l’odorat). Ce qui permet aussi d’approcher la question de subjectivité de nos sens.

 

Phase 5 : Synthèse collective de la séance : Qu’avons-nous fait ? Qu’avons-nous appris ? Il s’agit ici de retracer le travail accompli et de conclure :

Quand on a le nez bouché, on sent beaucoup moins bien le goût de ce que l’on mange car il ne reste que le goût salé, sucré, amer ou acide et il n’y a pas l’odeur, l’arôme de l’aliment. Notre nez nous permet de distinguer finement des aliments qui se ressemblent beaucoup mais qui n’ont pas la même odeur. Les informations de nos différents sens se complètent donc utilement, et en particulier celles de l’odorat et du goût.

Certaines odeurs ou parfums nous attirent et nous plaisent, ou au contraire nous déplaisent ; un parfum qui plaît à un individu peut être détesté par un autre et vice versa. Nous sommes tous différents.

 

 

 

Petit apport scientifique pour le maître (d’après insights) :

De nombreuses choses dans le monde émettent des petites particules d'elles-mêmes que l’on appelle des molécules ; celles-ci sont transportées par l'air puis sont inhalées par le nez. Nous sommes capables de reconnaître une odeur lorsque que le nez a rassemblé suffisamment d'informations des molécules de l'air ambiant, et les a envoyées au cerveau. Les choses qui n'émettent que très peu de molécules, comme le métal ou la brique, ont peu ou pas d'odeur.                                                               

Lorsque les molécules pénètrent dans le nez, elles se propagent jusqu'à une région particulière située en haut du conduit nasal et appelée bulbe olfactif. A cet endroit, les molécules se dissolvent dans les muqueuses et stimulent de petites fibres, les terminaisons nerveuses, au-dessous de la couche de muqueuse. Les nerfs envoient alors les messages directement au cerveau et celui-ci interprète les messages nerveux par des odeurs différentes.

L'odorat et le goût ne sont pas des sens indépendants, sentir quelque chose peut aider à en trouver le goût. La bouche et le nez sont connectés à l'arrière de la gorge. Lorsque vous mangez, quelques molécules des aliments parviennent jusqu'à l'aire olfactive du nez. C'est la raison pour laquelle on ne peut pas distinguer les aliments lorsqu'on est enrhumé.

 

 

 

 

Addons