Les 5 sens et l’alimentation

Séance 3 - Comment différencier les quatre goûts des aliments avec notre langue et comment les décrire ?
Auteurs : Clotilde MARIN MICEWICZ(plus d'infos)
Résumé :
Avec notre langue nous pouvons différencier 4 goûts : le salé, le sucré, l’acide et l’amer.
Publication : 30 Janvier 2013
Objectif :
Développer les capacités d’observation avec tous ses sens. Prendre conscience des sensations en relation avec des aliments. Pouvoir formuler des prévisions ou des hypothèses, exposer son raisonnement face à des pairs , émettre un avis critique, argumenter. Élaborer un dessin légendé comme compte rendu d’observation et d’expérimentation. Distinguer « titre » et « légende » d’un dessin.
Matériel :

 

  • Des aliments ayant des goûts différents : Groupe de base : eau salée, eau sucrée, jus de citron, jus de pamplemousse. Autres aliments : fromage(s), biscottes, pain, sirop(s) de fruit, yaourts sucrés, compotes sucrées, orange, tomate, kiwi, cacao amer, endive, roquette… (numérotés de 1 à 12)
  • Feuille de paperboard 1 (hypothèses), feuille paperboard 2 (observations), feuille de paperboard 3 (affichage). Fiche « élève » support observations.

 

           Déroulement :

Phase 1 : Rappel de la séance précédente en s‘appuyant sur les dessins réalisés par les élèves en fin de séance précédente et sur les 2 affichages. Afficher les paperboards et les dessins des élèves.

Qu’avons-nous fait la dernière fois ?

Qu’avons-nous appris ?

Qu’est-ce que vous avez dessiné ?

Est-ce que ce que vous avez dessiné correspond à ce qu’on avait trouvé en expérimentant ?

Comment avez-vous présenté vos dessins ? Y’a-t-il une légende, un titre sur vos dessins ?

 

Introduction du thème par l’enseignant avec tout le groupe

«  Vous avez remarqué que les aliments ont des goûts différents dans votre bouche. Que pouvons-nous dire des fruits en général ? Par rapport à la viande par exemple ? » (les fruits sont sucrés, la viande est salée)

 « Est-ce que vous connaissez d’autres goûts que le goût salé et le goût sucré ? »

 

 Phase 2 : travail en petits groupes. « Maintenant, vous allez travailler en groupes et essayer de ranger « par famille » les aliments que je vous ai préparés, mettant ensemble ceux qui vous semblent aller ensemble. Vous devrez essayer de vous mettre d’accord et nommer vos familles  d’objets. »

Chaque groupe dispose d’une dizaine d’aliments différents, certains étant communs à deux groupes. Les élèves goûtent les aliments, échangent leurs idées et essayent de les classer par famille (sucré, salé,…). L’enseignant circule, questionne, encourage. 

Remarque: Si les élèves manquent de vocabulaire et ne peuvent trouver de nom à leurs familles (pour amer, par exemple), demander qu’ils les groupent sans leur donner de nom.

Les élèves peuvent dessiner sur leur cahier ce qu’ils ont fait pour reconnaître les aliments

 

Phase 3 : mise en commun des travaux 

« Vous allez dire aux autres comment vous avez regroupé vos aliments et pourquoi vous avez fait ce choix»

Le rapporteur de chaque groupe donne les résultats des observations réalisées (pour ce faire, chaque groupe peut s’aider dans un deuxième temps du texte documentaire) , une discussion s’engage pour essayer de se mettre d’accord (lorsque c’est possible), puis l’enseignant note sur la feuille paperboard 

 

 

Remarque : la mise en commun permettra de voir les convergences  (par exemple tout le monde est d’accord pour dire que le citron est acide ou piquant) et les divergences sur d’autres familles de gout (amer et acide) (plus ou moins sucré), échanges qui ne seront possibles que si les groupes ont des aliments communs.

Phase 4 :

Avant de clôturer la séance, un temps « j’aime ou je n’aime pas les goûts que l’on me propose » permet de mettre en évidence les différences de goûts, de manière à suggérer aux élèves que parfois certaines personnes aiment des goûts que d’autres n’aiment pas, et vice-versa (exactement comme pour le son et l’odorat). Cela qui permet aussi d’approcher la question de subjectivité de nos sens

 

Phase 5 :  Synthèse collective de la séance : Qu’avons-nous fait ? Qu’avons-nous appris ? Il s’agit ici de retracer le travail accompli et de conclure :

Notre langue nous permet de distinguer 4 goûts différents et il existe un vocabulaire précis pour en parler. Nous connaissons bien le salé et le sucré. Il est parfois plus difficile de reconnaître l’acide et l’amer mais on peut s’y entraîner. Certaines odeurs nous plaisent, d’autres pas ; une odeur qui me plaît à moi peut ne pas plaire à d’autres.(Texte documentaire : La langue et les 4 goûts )

Il peut être plus facile de déterminer un goût particulier en sentant son odeur en même temps ; d’ailleurs souvent, les informations de nos différents sens se complètent.

 

Petit apport scientifique pour le maître (d’après insights) :

Lorsqu'un aliment entre dans la bouche, de petites particules, les molécules, se dissolvent dans la salive et entrent en contact avec les papilles gustatives. Celles-ci sont situées dans les petites aspérités qui forment la rugosité de la langue et que l'on peut voir dans un miroir. Chaque papille renferme plusieurs cellules gustatives, et chaque cellule a une minuscule terminaison nerveuse sous forme d'une fibre. La plupart des papilles ne peuvent percevoir qu'un seul type de goût : sucré, amer, salé ou acide. Les terminaisons nerveuses de chaque cellule se rejoignent et envoient des messages au cerveau. Le cerveau interprète les messages par des goûts ou par des saveurs particulières

 

 

           Evaluation possible

Proposer une liste d’aliments à classer dans un tableau, soit en indiquant le nom de la famille, soit en demandant de l’indiquer ensuite

 

 

 

Addons