Evaluation du projet "Ma maison, ma planète... et moi !"

Portrait de david Wilgenbus

En juin 2012, un formulaire d'évaluation du projet "ma maison, ma planète... et moi !" a été mis en ligne sur le site de La main à la pâte. Une centaine d'enseignants a répondu aux 10 questions posées. Voici les résultats, qui montrent un intérêt marqué pour le projet.

Merci à Mathieu Hirztig pour le dépouillement de cette enquête !

Avez-vous mis en œuvre le projet "ma maison, ma planète... et moi !" ?

75,8% des sondés ont mis en œuvre tout ou partie du projet Ma maison, ma planète… et moi !. Une petite minorité (7%) ont même achevé la totalité des séances, dont celles jugées facultatives.

Combien de séances de ce projet avez-vous faites en classe ?

Le nombre de séances effectuées est très disparate. Un tiers (32%) des interrogés n’a pu faire que 5 séances ou moins, et un tiers (36%) a pu en faire plus que 10. L’effort consenti se quantifie par la présence de pics prononcés  sur l’histogramme : 2-3 séances, puis 5-6, une dizaine, une quinzaine, voire une vingtaine de séances. Chaque séquence commencée semble souvent être terminée à tout prix au bout de 3 séances. Le nombre de séquences entamées crée ainsi une  série de paliers susnommés.

Si vous n'avez pas mené ce projet dans votre classe, pourquoi ?

La plupart des enseignants qui n’ont pas pu mettre en œuvre ce projet (ou qui ne l’ont fait qu’en partie) parlent de circonstances similaires : 23 d’entre eux accusent le manque de temps, en particulier chez les remplaçants. Le fait que le projet fut ciblé principalement Cycle 3 semble avoir freiné 6 des participants (là où deux autres diront plus tard avoir sans problème extrapolé le projet en collège). Le fait que leur école favorise un autre thème (3 cas) ou que le guide pédagogique papier manque (3 autres cas) a aussi été cité. Dans le premier cas, un enseignant d’Afrique Occidentale a regretté que le projet ne soit pas facilement transposable à sa classe (d’où un manque flagrant d’enthousiasme de ses élèves, et un appel à l’aide en suggestion, voir plus loin).  Enfin, deux autres instituteurs se sont lassés du projet pour faute de matériel insuffisant, ou faute d’entrain.

Avez-vous l'intention de faire ce projet l'an prochain dans votre classe ?

La majorité des enseignants souhaitent faire ou refaire le projet l'an prochain. Le chiffre dépend étonnamment peu du fait qu'il l'ait déjà fait (en orange) ou non (en bleu)  De plus, 23% supplémentaires regrettent explicitement de ne pas pouvoir s’y atteler en 2013. Nous manquons d’éléments pour comprendre pourquoi les 15% restants ne referont pas le projet, pourtant 100% d’entre eux le recommanderaient à leurs collègues, comme nous le verrons plus loin. 

Comment trouvez-vous le guide pédagogique "ma maison, ma planète... et moi !" ?

Sans conteste, le guide pédagogique a été très apprécié par 98% des sondés, qui le jugent Très bien ou mieux. Les notes les plus basses ont été données par des enseignants n’ayant pas pu mettre en pratique le projet par faute de temps, il est donc probable que ce soit plus une note « par défaut » qu’un réel problème de conception.

Avez-vous utilisé une ou plusieurs animations multimédias disponibles sur le site ?

Les ressources multimédia ont été utilisées par la majorité des enseignants ayant mis en oeuvre le projet dans leur classe, et même par 10% de ceux qui ne l’ont pas fait (mais ils ne sont pas inclus sur le graphe ci-contre). Ceux qui n’ont pas utilisé ces ressources ont diverses justifications : par choix (13%), par contrainte (20%), ou par ignorance (11%).

La progression pédagogique vous a-t-elle semblé facile à mettre en œuvre ?

La progression bénéficie elle aussi d’une bonne évaluation, avec seulement 3% de mauvaises impressions. Ces dernières proviennent de groupes qui ont souffert du manque de temps, et qui ne pourront pas relancer ce projet l’année prochaine, bien qu’ils gardent un bon souvenir du projet et le recommandent à leurs collègues. On trouve parmi ces mauvaises notes le retour de cette classe d’Afrique Occidentale qui a vraiment eu du mal à se prendre au jeu, tellement leur cadre de vie différait de celui présenté dans le guide.

Quelle a été l'adhésion de vos élèves à ce projet ?

A part le cas de cette classe africaine dont l’engouement a été discret (notre seule note « Mauvais »), quatre classes (6%) n’ont pas montré un grand enthousiasme (notes non données ou « Passable »). Dans ces cas-là, les classes ont fait moins de 3 séances, souvent par faute de temps, sans utiliser les animations multimédia, et seule une d’entre elles recommencera peut-être le projet l’année prochaine.

Recommanderiez-vous ce projet à un(e) collègue ?

Score sans appel pour cette question : 99% des sondés conseillent à leurs collègues de s’intéresser au projet. Notre seule et unique réponse négative est étrange : la classe en question n’a pas suivi le projet par manque de temps, mais le guide est jugé pédagogique est jugé « Très Bien », et l’enseignant annonce clairement qu’il a l’intention de mettre en œuvre le projet une autre année « car le sujet l’intéresse ». Peut-être veut-il garder pour lui sa copie du guide pédagogique ?

Avez-vous des suggestions, pour de futurs projets ?

Un tiers des utilisateurs a saisi l’opportunité de nous dire le fond de leur pensée. Parmi eux, la moitié nous remercie chaleureusement de nos efforts. Deux classes de collège ont pu étoffer le contenu du guide pour s’ajuster au programme de 5ème.

Cinq thématiques ont été suggérées pour les futurs projets :

  • la biodiversité (faune et flore locales) à trois reprises
  • le recyclage à deux reprises
  • économie énergétique (scénario négawatt, jardinage, compost, etc)
  • le corps humain
  • l’évolution de l’homme (sciences, histoire)

Suggestions techniques :

  • format plus court pour permettre d’aborder d’autres projets (fut citée la « frustration » de ne pouvoir que rarement finir la totalité des séances)
  • accès hors ligne aux ressources
  • séances d’évaluation individuelle des compétences liées à la démarche d’investigation
  • progression inter-cycles

Addons

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte Ministère du développement durable ADEME CASDEN Universcience Fondation des Treilles Editions Le Pommier