Historique de la Fondation La main à la pâte

La dimension internationale du travail de La main à la pâte est présente dès ses débuts, les expérimentations conduites par Leon Lederman à Chicago en constituant un des éléments déclencheurs qui, associé à la longue tradition française de pédagogie active et d’enseignement scientifique, devait susciter la création du programme français. Les réseaux internationaux propres à la communauté scientifique ont ensuite largement contribué à la diffusion mondiale d’idées nouvelles concernant la réforme de l’enseignement des sciences à l’école primaire, idées portées dans beaucoup de ces instances par les représentants de La main à la pâte, et qui font notamment de la maîtrise des connaissances scientifiques élémentaires un enjeu de la formation de citoyens éclairés.

Les différentes expérimentations menées (notamment aux Etats-Unis, en Suède, en Angleterre, en France) à la fin des années 90 ont également conduit ces différents partenaires à dialoguer sur le plan des méthodes, des stratégies, de l’évaluation et à converger vers une définition solide et partagée de ce qu’on désigne désormais sous le nom d’inquiry-based science education (IBSE) ou encore, en français, d’enseignement des sciences fondé sur l’investigation (ESFI).

Dans un troisième temps, de nombreux partenaires, provenant notamment de grands pays émergents (Brésil, Chine), ont voulu s’inspirer de ces méthodes et de ces expériences pour réformer leur enseignement scientifique, et ont pris contact avec le programme français, qui présentait l’avantage d’une diffusion gratuite et respectueuse de la diversité des contextes culturels.

Quatrième étape, la constitution de réseaux européens grâce à des réponses à projets de la Commission européenne a permis d’installer ces enjeux au sein des priorités de la Commission et des pays membres de l’Union, comme en témoigne notamment le rapport Rocard (L’enseignement scientifique aujourd’hui : pédagogie renouvelée pour l’avenir de l’Europe, 2007). C’est ainsi que La main à la pâte coordonne successivement trois projets européens consacré à l’éducation à la science :

  • Science Educ
  • Pollen (2006-2009, impliquant 12 pays de l’UE)
  • Fibonacci (2010-2013, impliquant jusqu’à 24 pays de l’UE).

La participation active de membres de La main à la pâte aux travaux de plusieurs organisations internationales (IAP The global network of science academies, OCDE, UNESCO...) a également permis d'inscrire ces questions au cœur des agendas internationaux sur l'éducation.

Quinze ans après ses débuts, les relations internationales de La main à la pâte concernent plus de 50 pays et 3 réseaux régionaux (Union européenne, Asie du Sud-Est, Amérique latine).

Addons