Les éclipses de soleil : simulation, observation…

5- Pistes de prolongements : arts visuels , théâtre…
Auteurs : Mireille Hartmann(plus d'infos)
Résumé :
- Couronnes solaires - triptyque à propos d'un jeu de cache-cache - astres-marionnettes et dialogue improvisé
Publication : 22 Septembre 2005
Matériel :

- Feuilles de Rhodoïd, marqueurs, tiges.
- drap blanc sur un fil à linge.
- projecteur.

Couronnes solaires en feux dartifice

- Dessins libres

Les élèves vont essayer de reproduire librement l'impression visuelle que leur donnent les documents en " fausses couleurs " : un soleil central très sombre entouré de grandes plages uniformes de couleurs vives, réparties en cercles concentriques et aux contours irréguliers. Lors d'une exécution au pinceau souple avec des encres transparentes, on pourra conseiller aux enfants de mouiller leur papier autour du disque solaire, une fois que celui-ci figurera au centre de la feuille. Les plages colorées seront ensuite exécutées rapidement de façon à ce qu'elles interfèrent légèrement pour donner des effets de dégradés.

- Travaux dirigés

Ici, les élèves vont avoir l'occasion de réaliser des cercles concentriques de manière inhabituelle. En effet, il va sagir de faire apparaître ces derniers par une sorte de " balayage " rayonnant autour du disque central. La difficulté pour les jeunes enfants est d'abord de bien serrer les segments du balayage et ensuite, de les orienter correctement de façon à ce qu'ils tournent en rayonnant. Ils pourront, soit laisser un espace entre les cercles, soit les faire se toucher avec, dans ce cas, la possibilité de recouvrements partiels s'ils utilisent des couleurs transparentes. Une autre tâche consister à savoir " remplir " une surface carrée, les cercles les plus externes étant forcément interrompus dans les quatre coins.

Couronnes solaires d'orfèvrerie.

D'autres techniques utilisant un graphisme plus " travaillé " permettent d'obtenir des effets très prisés des enfants. Les cercles concentriques sont formés à partir d'éléments linéaires très simples (boucles, spirales, festons, zigzags, croisillons, etc.) lesquels mis bout à bout, donnent à l'ensemble une certaine préciosité : pour accentuer celle-ci on utilisera bien sûr des marqueurs or, argent ou bronze sur fond de couleur.

Des compositions décoratives de grande taille vont pouvoir donner une impression similaire, mais cette fois grâce à une technique de découpage / collage : des éléments géométriques sont découpés dans du papier métallisé, uni ou imprimé (genre papier cadeau), puis collés avec soin sur des feuilles de couleur permettant des effets de contrastes (clair / foncé, mat / brillant, uni / imprimé, etc.).

Triptyque à propos d'un " jeu de cache-cache "

Voici un jeu graphique que les enfants aiment tout particulièrement, et qui offre de surcroît quelques prolongements inattendus comme nous le verrons un peu plus loin. Il consiste à réaliser un triptyque montrant la Lune et le Soleil personnifiés dans le scénario d'une éclipse totale.

Deux dessins-matrices vont être réalisés au feutre noir sur deux carrés de papier ordinaire ne dépassant pas 29,7 cm de côté pour pouvoir être photocopiés. Tracer d'abord au centre de l'un des carrés le disque solaire à main levée, puis, par transparence, le disque lunaire sur le deuxième. Dessiner les traits des deux visages, la Lune ayant les paupières baissées. Décorer le pourtour des deux disques, celui du Soleil ayant de grands motifs rayonnants, et à l'inverse, celui de la Lune restant très sobre puisqu'il devra être découpé par la suite (on évitera aussi pour elle les motifs " pointus " évoquant des " rayons "). Photocopier les deux matrices en trois exemplaires chacune. Colorier les trois soleils de façon identique avec des couleurs vives, chaudes de préférence. Au contraire, utiliser des couleurs froides pour la Lune, un bleu profond mais pas trop foncé étant ce qu'il y a de mieux pour son visage.

Animation

Il ne reste plus qu'à découper soigneusement les trois lunes puis à les coller sur les trois soleils de façon à illustrer l'éclipse en trois étapes. Pour terminer, les trois couples seront fixés sur un support à trois volets : on obtiendra ainsi un joli triptyque, à la fois décoratif et plein dhumour ! On pourra bien sûr ajouter deux couples supplémentaires (et symétriques aux deux premiers) pour illustrer " la fin du jeu de cache-cache ", mais l'ensemble deviendra alors une B.D. !

Le Maître aura remarqué qu'avant d'effectuer le collage de leurs lunes, les enfants ont pris un moment pour jouer avec l'un des couples de leurs célestes personnages : ils ont manipulé ces derniers en leur prêtant vie et parole, si bien que l'idée d'en réaliser d'autres pour des jeux d'animations leur est venue en tête Ils ont donc découpé deux nouveaux dessins d'astres et les ont animé spontanément en les tenant dans chaque main. A partir de là, l'enseignant pourra proposer à ses élèves une variante originale, dont le nom à lui seul leur évoquera bien des souvenirs de " manips " : des astres-marionnettes pour un théâtre d'ombres !

Réaliser les deux " astres-marionnettes "

On va utiliser deux feuilles de Rhodoïd en reprenant les deux dessins-matrices et en les décalquant par transparence en traits assez épais avec un marqueur noir indélébile. Pour le visage de la Lune, faire en sorte que les yeux (qui cette fois seront ouverts), le nez et la bouche puissent rester bien visibles quand le visage sera colorié avec un marqueur bleu. Pour colorier le Soleil, utiliser des feutres pour rétro-projection de couleur jaune, orange, rose et rouge (ou des vernis colorés mais transparents).

Découper les deux astres en laissant tout autour une marge suffisante pour assurer la cohésion de tous les éléments. Si le Rhodoïd est très mince, on peut doubler son épaisseur en maintenant les deux feuilles avec quelques morceaux d'adhésif. Il ne reste plus qu'à fixer les deux marionnettes sur une tige métallique, la plus fine possible (genre corde à piano), ou encore sur une bande de Rhodoïd qui aura été légèrement pliée dans le sens de la longueur pour lui donner une certaine rigidité.

Installer le " théâtre " et expérimenter les ombres

Dans un endroit pouvant s'assombrir, tendre une ficelle à environ 1,80 m de hauteur. Y fixer un drap blanc avec des pinces à linge (il doit toucher le sol) ; épingler dans sa partie inférieure quelques grandes feuilles de papier foncé destinées à masquer les manipulateurs (facultatif). Placer, à environ 2 m derrière le drap, une source de lumière surélevée et bien stable : les " répétitions " peuvent commencer !

Les manipulateurs, tout comme les spectateurs, vont retrouver de vieilles connaissances : les ombres Mais celles des marionnettes auront sur les précédentes un avantage fort appréciable : celui, ô merveille, d'être colorées ! Les enfants retrouveront aussi quelques principes optiques en constatant que la netteté maximum des ombres est obtenue en plaquant les marionnettes contre le drap : dès quelles s'en écartent un peu, un léger flou apparaît dans tous les tracés, un flou qui augmente très vite avec la distance, tandis que la taille des ombres croît rapidement et que les couleurs paraissent s'estomper.

Improviser un dialogue pour une céleste rencontre...

Rire et bonne humeur, la fantaisie peut faire bon ménage avec un sujet réputé aussi sérieux que l'Astronomie !

Pendant des moments d'activités libres, des enfants vont venir tour à tour prendre place derrière le drap éclairé pour manipuler leurs marionnettes.

 

Certains dentre eux (et pas forcément les plus délurés !) ne seront pas en peine de faire " parler " les deux personnages de façon volubile et plus ou moins cocasse. Comme on peut s'y attendre, chaque enfant puisera son inspiration dans son vécu à la fois familial, scolaire, affectif et culturel. J'ai aussi remarqué que les meilleurs " sketches " s'obtenaient souvent de manière spontanée et informelle en petit comité, devant un public très restreint et coopérant : la poignée de spectateurs intervient dans les répliques, rit aux éclats et bat des mains lorsque fusent quelques réparties comme celles-ci :

- Tiens, mais cest la Lune que j'vois arriver là bas ! Bonjour madame la Lune !

- Ah, bonjour monsieur le Soleil ! C'est pas souvent qu'on srencontre !

- Ca c'est vrai ! Alors, on va s'faire la bise pour fêter ça !

- Ah non ! Surtout pas ! J'ai pas envie de m'brûler, moi !

- J'vous envoie juste une petite protubérance pour vous faire un gros bisou : elle aura l'temps d'refroidir avant d'arriver sur votr figure !

- D'accord, d'accord ! Ah, ça m'fait vraiment plaisir de rencontrer quelqu'un ! Vous savez, qu'est-ce que j'mennuie, moi ! Cest pas rigolo d'être toujours obligée de tourner et de regarder la Terre en même temps ! Et j'peux jamais discuter avec les Terriens : évidemment, quand j'me lève, eux, ils vont s'coucher ! Et quand j'suis là, dans la journée, souvent ils me voient même pas, tellement ils sont occupés à travailler ...

- Ah, vous avez vraiment pas d'chance, parce que moi, les Terriens m'aiment bien ! Mais faut dire, madame la Lune, qu'heureusement que je suis pas pareil que vous, sinon y'aurait rien qui pousserait sur leur planète et ils pourraient pas bronzer pendant leurs vacances. J'crois bien aussi qu'ils seraient déjà tous morts de froid. Alors comme ça, vous n'avez vraiment pas d'amis ?

- Ben si, quelques uns : y'a les astronomes qui me regardent dans leurs dans leurs gros télescopes comme ils disent. Y'a aussi les enfants de l'école qui me font des " coucous " avant d'aller dormir : ils sont tous vraiment sympa !

- Et ben justement, ça m'donne une idée ! On va faire une petite surprise à ces enfants là : j'crois qu'ils n'ont jamais vu une vraie éclipse totale de Soleil, sauf dans les livres et à la télé : alors, on pourrait leur en montrer une belle !

- Ouais ! Bonne idée ! Allons y !

(Tout en chantonnant, la " Lune " s'approche du " Soleil " puis se glisse avec d'infinies précautions devant lui Les spectateurs retiennent leur souffle. Dès que le disque solaire est complètement masqué, elle s'immobilise tandis que les enfants applaudissent. Le dialogue reprend.)

- Qu'est-ce que j'vous disais, madame la Lune : vous entendez comme ils sont contents ?

- Oui, oui, cest super ! Mais y'a une chose qui m'embête tout de même : pour leur montrer une éclipse comme pour de vrai, il faudrait que le ciel devienne tout sombre Mais on peut pas éteindre la lumière, parce que sinon, on verra plus rien

- Faudrait avoir une ptite lampe électrique allumée juste derrière moi : ça m'ferait une belle couronne solaire !

- Mais faudrait avoir aussi plein d'autres marionnettes pour montrer tout ce qu'on voit dans le ciel pendant qu'vous êtes éclipsé, mon cher Soleil !

- Oui, cest ça ! Faudrait des planètes faudrait des étoiles !

- Faudrait aussi des choses qu'ont un grande queue de lumière qui brille

- Ah oui, des comètes que ça s'appelle !

- Faudrait avoir tout ça ! Mais comment on va faire ?

- Et et si on demandait à la maîtresse ?

Le Vésinet, février 1999

 

 

Addons