Monographies de quelques animaux

L'épeire diadème
Auteurs : Jean-Marie Bouchard(plus d'infos)
Résumé :
d'après Bernard Calvino ; François Calvino ; Jean Foucrier ; Hervé le Guyader Sciences de la vie (Tome 1) - Biologie animale et végétale -Armand Colin / Bourrelier eds.
Publication : 1 Juillet 2001

""


Le corps de l'Épeire comporte deux parties : le céphalothorax (c'est a dire la tête [le céphalon] et le thorax soudés), fortement chitinisé et l'abdomen.

Le céphalothorax comporte :

  • quatre paires d'yeux simples sur la face dorsale,
  • une paire de crochets (chélicères), en relation avec les glandes à venin,
  • une paire d'appendices (pédipalpes) autour de la "bouche", ayant un rôle sensoriel et masticateur,
  • quatre paires de pattes servant à la locomotion.

L'abdomen comprend, sur sa face ventrale :

  • l'orifice génital et les orifices respiratoires, pulmonaires et trachéens (les stigmates),
  • en position terminale, l'anus et les filières qui sécrètent la soie.


""
Epeire sur sa toile
Noter le fil sortant de la filière à l'extrémité de l'abdomen


L'Épeire se nourrit d'Insectes qu'elle capture dans sa toile. Celle-ci est toujours construite entre des rayons tendus sur un cadre. Ces fils sont étirés par la dernière patte équipée de pinces et de griffes.

L'Épeire se met à l'affût au centre ou la périphérie, guettant les vibrations de la toile qui annoncent la capture d'une proie. Elle l'enveloppe alors de fils pour l'immobiliser et la tue avec ses crochets venimeux. Puis elle injecte un suc digestif qui va liquéfier lintérieur du corps de la proie et en aspire la substance. La cuticule vide de l'Insecte reste intacte dans la toile.

Les échanges gazeux ont lieu dans le poumon et dans un système de trachées se ramifiant dans tout le corps.

Espèce ovipare, après l'accouplement, l'Épeire pond plusieurs centaines d'oeufs dans un cocon jaunâtre. À l'éclosion, les jeunes ressemblent à l'adulte ; ils restent sur la toile maternelle et grandissent par mues successives. Le mâle est plus petit que la femelle ; il ne tisse pas de toile et se nourrit des proies capturées par la femelle.