Monographies de quelques animaux

La moule
Auteurs : Jean-Marie Bouchard(plus d'infos)
Résumé :
d'après Bernard Calvino ; François Calvino ; Jean Foucrier ; Hervé le Guyader Sciences de la vie (Tome 1) - Biologie animale et végétale -Armand Colin / Bourrelier eds.
Publication : 1 Juillet 2001


Animal marin de la zone littorale, la moule vit fixée sur les rochers. Son corps mou est protégé par une coquille calcaire présentant des stries d'accroissement, chacune d'elles correspondant à une étape de la croissance. La coquille est formée de deux valves symétriques réunies dorsalement par une charnière munie d'un ligament élastique et de ce fait, la moule fait partie des Bivalves.

Deux muscles, dits adducteurs, permettent la fermeture active de la coquille.

Le corps est complètement enfermé par un repli formé par le tégument : le manteau.

Dans la cavité limitée par les lobes du manteau, on trouve, de part et d'autre de la masse viscérale, deux paires de branchies ayant un aspect lamellaire (d'où le nom de Lamellibranche).

À la base du pied, en position ventrale, partent des filaments cornés (byssus) qui permettent à l'animal de se fixer sur son support.

La moule, qui ne présente pas de tête différenciée, possède un orifice buccal entouré de palpes labiaux dans la région antérieure (extrémité effilée de la coquille).

Une circulation d'eau constante est assurée par le battement de nombreux cils vibratiles recouvrant la surface des branchies. Celle-ci permet l'apport de particules alimentaires et facilite les échanges de gaz dissous.

La moule est une espèce à sexes séparés. Les individus mâles peuvent être distingués des individus femelles lors de la maturité sexuelle (manteau du mâle orangé, celui de la femelle blanchâtre).

La moule pond des ufs par milliers ; la fécondation est externe et a lieu sans accouplement préalable.