De "La main à la pâte" au Plan de rénovation de l'enseignement des sciences

Le texte ci-dessous est une déclaration commune de la Direction de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale et de l’Académie des sciences : résolution prise lors de la 1re réunion du Comité national de suivi du Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école, le 8 septembre 2000.

De l’opération La main à la pâte au Plan de rénovation de l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école

Le Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école, mis en place en juin 2000, par le ministère de l'Éducation nationale est une entreprise de grande ampleur qui prend appui sur l'expérience issue de l'opération La main à la pâte.

L'opération La main à la pâte est poursuivie. Elle conserve sa dynamique propre ainsi que sa spécificité apportée notamment par l'association de partenaires scientifiques. Intégrée au plan en tant que pôle innovant et centre de diffusion, elle en est un élément essentiel.

En 1992, une méthode d'enseignement destinée aux enfants de cinq à douze ans appelée Hands on était présentée au professeur Georges Charpak, prix Nobel. Selon ses propres mots : « Ma conviction s’est forgée en une journée en voyant, dans un ghetto de Chicago, des enfants aux yeux pétillants de plaisir découvrir le monde et ses lois en manipulant des objets simples, bien choisis, en discuter entre eux puis avec la maîtresse, en décrivant par l'écriture et le dessin leurs observations, en s'imprégnant des concepts dont les scientifiques qui avaient imaginé les expériences voulaient qu'il prissent conscience. » 

Sous l'impulsion de Georges Charpak et de l'Académie des sciences, La main à la pâte, dynamique de rénovation des sciences à l'école, a été développée à partir de 1996 par le ministère de l'Éducation nationale. 

En 1999, l'opération s'étendait à environ 2 % des écoles françaises et son rayonnement dépassait largement ce pourcentage. Une enquête conduite à cette date a mis en évidence les effets très positifs de la méthodologie de La main à la pâte, non seulement en ce qui concerne l'acquisition du savoir scientifique mais, de façon encore plus nette, dans les domaines du comportement social et moral, de l'expression dans la langue française et de la formation générale de l'esprit. 

En juin 2000, le ministre de l'Éducation nationale a décidé de faire bénéficier tous les enfants des écoles d'une méthode dont le succès est incontestable et a rendu hommage à la clairvoyance de Georges Charpak ainsi qu'à l'action de l'Académie des sciences. 

Le Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école qui traduit cette décision entreprend de mettre en œuvre progressivement une méthodologie issue de La main à la pâte dans toutes les écoles, même là où l'aide d'intervenants extérieurs sous forme d'une présence physique n'est pas envisageable à moyen terme. 

L'opération La main à la pâte se poursuit avec la mise en œuvre du Plan de rénovation : en tant que pôle innovant, sa contribution peut être un élément important pour le succès du Plan. Des classes ou des circonscriptions, parfois un petit groupe de professeurs des écoles continuent, en tant que pôles expérimentaux ou centres d'excellence, à développer la dynamique engagée, à élaborer des ressources et à expérimenter avec une remarquable inventivité. Une équipe La main à la pâte, sise actuellement à l'INRP et guidée par l'Académie des sciences, assure un ensemble de tâches d'accompagnement et de mutualisation : elle poursuit notamment le développement du site Internet Lamap comme le Plan le lui confie ; elle contribue à l'élaboration des ressources prévues par le Plan ; elle participe au développement de La main à la pâte dans les IUFM en perspective de la mise en œuvre du Plan ; elle apporte son soutien à l'activité internationale engendrée par La main à la pâte ; elle se tient en étroit contact avec le Comité national de pilotage du Plan. 

L'Académie des sciences poursuivra son action dans une triple direction :

  • Elle veillera à maintenir la dynamique La main à la pâte en soutenant les pôles expérimentaux et en guidant l'action de l'équipe La main à la pâte. Elle collectera à cet effet des ressources et veillera à la qualité scientifique irréprochable des actions entreprises. En outre, elle se préoccupera particulièrement de l'impact international des réformes introduites en France.
  • Elle apportera un appui déterminé au Plan de rénovation des sciences et de la technologie à l'école, sous les formes qui seront élaborées au sein du Comité national de pilotage où elle est représentée. Elle contribuera à mobiliser la communauté scientifique en faveur du Plan et de l'accompagnement des maîtres.
  • Elle entreprendra progressivement une réflexion sur l'articulation école-collège et sur l'enseignement des sciences et de la technologie au collège, en prolongement de l'action menée jusqu'ici dans le primaire. 

Le Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école est une entreprise d'une grande ampleur. Son champ d'action va en effet au-delà du seul enseignement scientifique. Par ailleurs, le Plan préfigure des changements que le ministre entend conduire au collège et au lycée. 

L'enseignement des sciences avait régressé à l'école en raison de la conviction que le temps qui lui était consacré était pris sur celui des apprentissages fondamentaux (parler, lire, écrire, compter). En engageant une véritable refondation de l'enseignement des sciences, le plan de rénovation doit permettre de dépasser cette contradiction en proposant une méthode d'enseignement qui s'intègre dans les apprentissages fondamentaux. La science n'est pas seulement une source de connaissances et une école de la pensée. Elle peut aussi se révéler une école de l'expression et du comportement et contribuer au respect d'autrui et à la tolérance. 

Le Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école, piloté par la direction de l'enseignement scolaire, est une entreprise réaliste. Il inscrit dans la durée l'application d'une méthode d'enseignement dont il a été constaté qu'elle peut être valablement mise en œuvre par des maîtres sans formation initiale scientifique spécialisée à condition qu'ils soient convenablement guidés. Le Plan prend en compte cette réalité et prévoit de mettre à la disposition des maîtres des outils adaptés. 

L'adoption du Plan a été précédée par une expérimentation de plus de cinq années, appuyée par trois ministères successifs et étendue à une large partie du territoire. À l'issue de cette phase, il est manifeste que le principe de l'action engagée fait l'objet d'un large consensus. 

L'Académie des sciences et le ministère de l'Éducation nationale entendent poursuivre leur collaboration pour une rénovation de l'enseignement scientifique et technologique au sein de l'école primaire afin de garantir la pérennité de l'action ainsi engagée. Une convention de partenariat sera établie à cet effet. 

Les secrétaires perpétuels de l'Académie des sciences
Jean DERCOURT, François GROS 

Le directeur de l'enseignement scolaire
Jean-Paul DE GAUDEMAR 

Le président du comité national de suivi du Plan de rénovation de l'enseignement des sciences et de la technologie à l'école
Jean-Pierre SARMANT 

Paris le 10 septembre 2000.