Boite aux questions

 


L'espace Boîte à questions contient des questions et des réponses à des questions posées par des enseignants sur les fonctions du cerveau, la cognition et l’apprentissage.

 

Toutes ces questions proviennent de situations éducatives issues du quotidien de la classe. Elles ont été recueillies par La main à la pâte.

Parmi toutes les questions posées, celles que l’on trouvera dans cette Boîte aux questions ont été sélectionnées comme se prêtant particulièrement à recevoir un éclairage par les sciences de la cognition, soit parce que les connaissances scientifiques sont spécialement avancées à leur sujet, ou qu’elles ont fait l’objet de recherches appliquées, ou encore parce qu’on a considéré que les sciences cognitives peuvent leur apporter une lumière nouvelle.

 

Les réponses, détaillées sans toutefois prétendre à l’exhaustivité, visent à fournir aux enseignants des clés de lecture et une vision scientifique de différents aspects de l’apprentissage et de l’enseignement.  Elles ne sont en aucun cas des recettes prêtes à l’emploi.


Sommaire

 


Se poser des questions, chercher des réponses

En 2015, un groupe de chercheurs réunis dans le réseau international Neurosciences cognitives et école lance un sondage pour mieux identifier les attentes des enseignants concernant les apports des sciences cognitives.

"Le réseau international de coordination scientifique « Neurosciences cognitives et école » est un réseau financé par le CNRS qui regroupe des chercheurs de multiples laboratoires français et étrangers en sciences cognitives et en sciences de l’éducation. Ce réseau a notamment pour objectif d’augmenter les interactions entre sciences cognitives et éducation, en créant et en mettant à disposition des enseignants francophones un ensemble de ressources d’information et de formation sur les sciences cognitives et leurs applications à l’éducation. 

Si les chercheurs ont déjà quelques idées sur les questions que les enseignants se posent et auxquelles les sciences cognitives pourraient apporter des réponses, ils souhaitent également faire remonter du terrain d’autres questions qui pourraient leur avoir échappé. Nous avons proposé pour cela aux enseignants qui le souhaitent de répondre à un court sondage en ligne leur permettant de nous faire part de leurs questionnements sur les élèves, les apprentissages, et les pratiques pédagogiques."

Il est maintenant possible de consulter une synthèse des principales questions qui ont émergé:

Quelles questions vous posez-vous sur vos élèves? / Quelles questions vous posez-vous sur les apprentissages scolaires? / Quellles questions vous posez-vous sur les pratiques pédagogiques? / Quels sont les problèmes que vous rencontrez et pour lesquels vous aimeriez être formé(e)? / Qu'attendez-vous des sciences cognitives pour vos pratiques? 

Il est aussi possible de voter pour l'une ou l'autre question, de manière à nous permettre de répondre en premier lieu à celles qui vous paraissent plus pressantes et importantes. Et naturellement de poser de nouvelles questions, via le FORUM DÉDIÉ DE CE SITE WEB 


Questions-Réponses sur le cerveau

  • Utilisons-nous seulement 10% de notre cerveau ?
    Non. Bien qu’il ne représente qu’environ 2% de notre poids, le cerveau consomme environ 20% de l’énergie que nous dépensons. Comme les autres organes de notre corps, le cerveau est le résultat d’un long processus d’évolution, et il est donc peu probable qu’un organe si coûteux soit massivement sous-utilisé.  Cependant, celui du 10% est parmi les neuromythes les plus répandus, et anciens - le film dont nous avons parlé l’ayant peut-être relancé, mais il ne l’a certes pas créé. (...)
  • Sommes-nous plutôt "cerveau droit" ou "cerveau gauche" ?
    « Etes-vous plutôt cerveau gauche ou cerveau droit ? » Cette question fait référence au (neuro-)mythe selon lequel la spécialisation des fonctions dans les deux hémisphères du cerveau pourrait servir à définir des styles de pensée, des personnalités, voire des troubles de l’apprentissage. (...)
  • Est-ce que tout se joue avant (3-6-9) ans ?
    Le mythe selon lequel tout se joue avant… (3-6-9 ans, à vous de remplir avec votre idée) est désormais souvent attaqué et démenti. Il puise notamment ses racines dans des études concernant les périodes critiques ou sensibles pour le développement de certaines fonctions au niveau cérébral. A partir de là, le mythe extrapole et généralise de manière injustifiée, voire il inverse la roue, et en oublie de prendre en compte les mécanismes composites et multiples qui assurent la capacité d’apprendre toute la vie. (...)
  • Peut-on muscler le cerveau ?
    Lorsqu’on démonte un neuro-mythe, il est extrêmement facile de tomber dans celui diamétralement opposé. En se mettant en opposition avec l’idée que tout se joue avant un certain âge on peut alors tomber dans une mauvaise interprétation de la notion de plasticité cérébrale, et penser que tout est possible pour le cerveau  - ce qui est faux indépendamment de la notion d’âge. (...)

Questions-Réponses sur l'attention

  • Connaît-on les effets de ce qui est affiché aux murs de la classe sur l’attention des élèves ?
    Il est fréquent que les murs des salles de classe soient plus ou moins couverts avec des dessins ou des travaux des enfants, des photos, des documents à visée pédagogique... Les affichages sur les murs des classes peuvent-ils avoir un effet négatif sur l’attention de l’élève : peuvent-ils attirer son attention, la détourner de ce qui se passe à un moment donné entre lui, l’enseignant et le reste de la classe et compromettre ses apprentissages ?  Il n’est pas facile d’étudier l’attention, et elle seule, dans une salle de classe. (...)
  • Peut-on faire (attention à) plusieurs choses à la fois ?
    Ce que nous prenons pour du "multitâches" – parce que cela correspond à ce que nous pouvons observer de l’extérieur – revient, pour le cerveau, à traiter une partie des tâches de manière automatisée, ou bien à jongler rapidement d’une tâche à une autre. Le terme « multitasking » ne relève d’ailleurs pas du vocabulaire du psychologue, mais de celui de l’ingénieur (et indique la capacité d’un microprocesseur à mener plusieurs tâches de manière simultanée). (...)

 

Questions-Réponses sur la motivation

 

  • Comment développer la curiosité intellectuelle des élèves ? La curiosité intellectuelle correspond au désir de connaissances : liant ainsi plaisir et travail,  elle semble avoir la propriété de faciliter l’apprentissage. Cicéron décrit d’ailleurs la curiosité comme "la passion d’apprendre".  Dès lors, on aimerait voir chez tout élève cette passion intrinsèque favorisant une acquisition des connaissances sans effort. (...) 
  • L'apprentissage devrait-il être sa propre récompense? Récompenser des élèves par des récréations supplémentaires, des images ou des autocollants, des diplômes, des jeux, etc., est une pratique très répandue. La plupart des enseignants ont la possibilité de distribuer des récompenses en classe et beaucoup le font. Mais, est-ce une bonne idée de récompenser les élèves pour leur travail en classe ? (...)

 

Questions-Réponses sur la mémoire

  • Comment faciliter la compréhension et la retention des élèves? La recherche des 30 dernières années montre que les histoires ont quelque chose de particulier. Elles sont faciles à comprendre et elles sont faciles à retenir. Ce n’est pas seulement parce que nous leur portons une grande attention ; c’est aussi la construction d’une histoire qui la rend facile à comprendre et à retenir. Les enseignants peuvent se servir des éléments de base structurant une histoire pour construire le plan de leurs leçons et introduire des concepts compliqués, sans qu’il s’agisse de raconter une histoire pendant la classe. (...)
  • Est-ce que apprendre à bien utiliser des sources d'information (wikipedia, par exemple, mais pas seulement) est SUFFISANT pour apprendre à apprendre? Peut-on se passer du fait d'apprendre... des faits? Quand on lit les écrits des chercheurs en sciences cognitives, on constate que les savoirs font beaucoup plus que seulement aider les élèves à aiguiser leurs compétences à penser. Savoir facilite réellement l’apprentissage. Les connaissances s’accumulent et elles augmentent de façon exponentielle. Ceux qui sont riches de connaissances factuelles trouvent plus facile d’apprendre plus. Les riches s’enrichissent. De plus, les connaissances factuelles stimulent les processus cognitifs comme la résolution de problèmes et le raisonnement. Plus on a de connaissances, plus ces processus cognitifs opèrent de façon fluide et efficace, c’est justement ce que les enseignants désirent pour leurs élèves. Ainsi, plus les élèves accumulent de savoirs, plus ils deviennent intelligents. (...)

Questions-Réponses sur les méthodes éducatives qui se disent "fondées sur la connaissance du cerveau" 

  • La pratique de quelques respirations calmes ou d'exercices de "Brain Gym" est-elle vraiment efficace pour amener les élèves à une bonne concentration?  La Brain Gym®, créée par le couple d’éducateurs Paul et Gail Dennison,  comprend 26 exercices qui favoriseraient la concentration, la mémoire, les compétences académiques, ou encore les capacités organisatrices. Elle a d’abord été développée pour une utilisation en classe. Présente dans 87 pays, la Brain Gym® est relativement répandue en Grande-Bretagne : 82% des enseignants anglais disent y avoir été confrontés dans leur école, et 55% l’ont utilisée ou l’utilisent toujours. Sa pratique est valorisée sur des sites australiens officiels servant de ressource aux éducateurs.  En France, où la Brain Gym® est aussi connue sous le nom de kinésiologie éducative, il existe des formations (payantes) et accompagnateurs sont présents, mais des chiffres précis sont plus difficiles à obtenir. Si elle est fortement diffusée, la Brain Gym® ne s’appuie pas sur des fondements théoriques solides. De plus, les quelques études indépendantes ayant concrètement testé ses effets sur les capacités cognitives et les apprentissages n’ont pas prouvé son efficacité. (...)
  • Qu'est-ce que la pleine conscience? Les interventions fondées sur la pleine conscience impliquent généralement des exercices d'attention au moment présent, à soi, aux pensées, aux émotions ; de la méditation ; du « body scan » et des exercices de méditation lors des activités de vie quotidienne (Kabat-Zinn, 1994). Les objectifs des exercices de pleine conscience sont variés : permettre le développement de l'attention à soi, aux autres (compassion, empathie) ; des fonctions exécutives ; des capacités de régulation émotionnelle diminuant ainsi les impacts négatifs que le stress pourrait avoir et améliorant le bien-être cognitif, émotionnel et social (Rempel, 2012) mais de futures preuves sont attendues. (...)
  • Que peut-on dire de l'idée "d'intelligences multiples" et de son application en classe ? La théorie des intelligences multiples a été développée par Howard Gardner, professeur à la Harvard Graduate School of Education. Cet auteur identifie 8 formes d’intelligence. Pour mieux comprendre le succès de la théorie d’Howard Gardner, mais aussi les critiques scientifiques dont elle a fait l’objet, il convient de revenir sur la manière dont il a dressé la liste des “intelligences”. Qu’est-ce qui définirait une aptitude qualifiée d’intelligente ?(...)

 

 

 

 

 

 

<< Revenir à la Page d'accueil

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte