Mes commentaires

Titre du contenu Publié Commentaire
Classification des amphibiens Oui

Bonjour,

En sciences, il s'agit de comparer ce qui est comparable et, dans le cas qui nous intéresse ici, des organismes à même stade de développement. Intéressons-nous donc ici exclusivement à des adultes. Or, les animaux mentionnés ici possèdent à l'âge adulte : des poumons (des poumons " vous dis-je " Molière, Malade imaginaire, Acte III, scène 10... là, vous aurez un moyen mnémotechnique)

De la sorte, les amphibiens appartiennent au groupe des Vertébrés tétrapodes, avec une souris, un boa, un crocodile, une poule, un iguane, un lamantin et un raton-laveur. Cela peut être dit simplement à des élèves.

De plus, ce rapprochement est corroboré par la : la présence d'un cou, de pattes chez ces tous ces animaux. (un boa a des pattes !!! vous trouverez sur ce site une réponse détaillée sur ce point).

Je ne sais pas exactement à quels élèves vous enseignez, mais certains amphibiens possèdent des branchies à l'âge adulte ... mais cette persistance, peu fréquente au sein du groupe, ne cache pas les autres caractères partagés (pattes, cou ...).

Enfin, et si vous avez réellement des élèves très curieux, et dans le cadre de notre apprentissage à chacun ici, certains non-tétrapodes possèdent des branchies et un (ou des) poumon (s).... c'est le cas des dipneustes, " poissons " des eaux douces tropicales, pouvant résister à une estivation, à un assèchement des cours d'eau, enfouis dans un cocon de boue au sein duquel ils respirent grâce à un poumon... de même, les coelacanthes possèdent un poumon interne, transformé en organe graisseux, véritable relique, ou souvenir, de ce qui existait chez leur lointain ancêtre. Ancêtre qu'ils avaient en commun avec les dipneustes, les tétrapodes et donc... les amphibiens.

Bruno Chanet
 

Pourquoi le sel conserve-t-il les aliments ? Oui

Les qualités conservatrices du sel tiennent à  deux propriétés distinctes. D'une part, le sel agit comme déshydratant, par effet osmotique : un dépôt de sel sur un tissu biologique entraîne rapidement la formation d'une pellicule de solution très concentrée en sel sur la surface de ce tissu (le sel, très hygroscopique, condense la vapeur d'eau ambiante et s'humidifie très vite).
Du fait de l'osmose (cf Graines de Sciences 2, éditions Le Pommier, p.16), une grande partie du contenu hydrique des cellules est exsudé. Il reste des tissus partiellement déshydratés o๠toutes les dégradations spontanées d'origine enzymatique sont interrompues.
D'autre part, une fois l'eau sortie, le sel pénètre massivement dans les cellules et crée un milieu concentré impropre au développement des bactéries, levures et autres agents dégradants. Félicitons-nous de ce que la salaison ait représenté pendant des millénaires le meilleur moyen de conservation des chairs animales, car cela a donné des recettes savoureuses! Certains sels salent-t-ils plus ou moins que d'autres ?
D'abord, est-ce bien sûr? Et si oui, tout le monde est-il du même avis sur les sels qui salent plus et ceux qui salent moins? Le sel pur est du chlorure de sodium (Na Cl), et tous les chlorures de sodium salent de la même façon. Les raisons scientifiques pour qu'un sel sale moins qu'un autre tiennent au fait que souvent, le sel n'est pas du pur Na Cl, mais contient toutes sortes d'autres ions soit-disant excellents pour la santé (Ca, Mg, I etc) qui n'ont pas le goût salé. Il peut aussi contenir un peu d'eau intersticielle. A mon avis, une autre raison, majeure, de différence de salaison tient à  la texture du sel, qui fait qu'on ne met pas la même quantité de sel suivant qu'il est fin ou gros : un gramme de sel fin occupe moins de volume qu'un gramme de gros sel, par conséquent on en met plus!

Démarches d'investigation autour de l'élevage de ténébrions Oui

Cher Julien,
Malheureusement, l'histoire des sciences n'est pas en tant que telle présente dans les programmes de sciences et technologie à  l'école, non plus , je crois, qu'en histoire. Et pourtant, ce serait certainement très utile pour les élèves, de les mener dans les arcanes des découvertes et de la vie des savants : en général ils adorent cela. Dans les anciens ouvrages, vous trouverez par exemple, de courts extraits sur la vie de Pasteur à  propos du vaccin contre le rage! ceci avec des accents moralisateurs. Car la vie de savants peut être l'occasion de "leçon de morale" (abnégation, intérêt public, merveille de l'invention!).

Mais il ne me semble pas que cette question soit présente abondamment ! Peut être vous trouverez des images et exemples d'objets anciens en guise d'allusion. Le domaine où vous aurez aussi des exemples sera en astronomie : mesure du temps (historique des instruments), ou, sur l'énergie (les "transformateurs d'énergie" à  travers le temps)!

C'est finalement davantage sous cet aspect "particulier"(des techniques) que vous aurez des passages se référant de façon allusive à  l'histoire des sciences "et des techniques". J'ai essayé dans une action de formation des maîtres d'introduire l'histoire des sciences : en électricité, sur le passage de l'electricité statique à  la dynamique. Notamment à  propos de l'éclairage et de la naissance

de l'ampoule. (passage de l'arc électrique à  l'ampoule). La question était "comment éviter la consommation du charbon de l'arc électrique" tout en ayant un lumière éclairant ?" : la découverte d'Edison a été l'occasion de cerner le point central de la faiblesse de l'arc électrique; Je conçois l'introduction de l'histoire des sciences comme ressource dans la résolution de questions! (et pas l'histoire des sciences comme une histoire à  raconter!)

Claudette BALPE
Didacticienne des sciences et historienne des sciences claudette.balpe@wanadoo.fr

Élevage des vers à soie Oui

L'élevage de vers à soie ou larves du Bombyx du mûrier, est facile à  faire si vous avez des mûriers. Vous pouvez vous procurer des oeufs qui pourront être conservés au frais jusqu'au démarrage de l'élevage (réfrigérateur) ; cherchez par Internet ou sollicitez les collèges des environs.
À 20 °C, les oeufs pourront éclore en 15 jours et, au bout d'un mois (selon la température le délai peut être ralenti), vous aurez des chrysalides et, trois semaines plus tard, des adultes mâles et femelles qui s'accoupleront, puis pondront (seuls les oeufs qui deviennent foncés auront été fécondés).
Les adultes survivront peu de temps.
Le problème consiste à  nourrir les larves. Or les mûriers ne retrouvent des feuilles qu'au printemps. Commencer donc vers avril/mai. Utiliser les feuilles tendres juste formées, et les changer tous les jours. C'est donc facile, mais contraignant, surtout que les larves mangent beaucoup, comme toutes les chenilles.
Par contre vous risquez de ne pas avoir la totalité du cycle si vous commencez trop tard (2 mois et demi !). L'élevage peut se faire dans une boîte ouverte. Prévoir des branches ramifiées pour la phase de tissage du cocon.
Pour de plus amples détails, je vous renvoie à  Bordas, soit dans le Tavernier "Découverte du monde vivant", soit dans l'ouvrage "Faire des petits élevages".
Revenons au programme du cycle 2 : je rappelle que l'étude des stades de la vie d'un être vivant constitue un objectif du cycle 3 dorénavant, même si les textes concernant le cycle 2 indiquent la possibilité de constater l'existence de naissance, développement, reproduction et mort.
Je suis toujours étonné que les enseignants pensent seulement à  étudier le cycle de développement et négligent l'étude de l'alimentation, de la locomotion, et de la classification, prévues pour le cycle 2.
En cycle 2, plusieurs autres élevages sont possibles : les petites bêtes des environs de l'école (voir activité sur le site), les phasmes (idem), le poisson rouge, le hamster nain, le lapin, la couveuse et l'élevage de poussins, pour n'en citer que quelques-uns.
A vous de voir en fonction des objectifs des programmes.

Quelle est la superficie des mers et océans ? Oui

Les mers et océans (360 700 000 km²) représentent 70,71 % de la surface de la planète (510 100 000 km²) alors que les terres émergées en représentent 29,29 % (149 400 000 km²). Cordialement, D. Pol

Comparer la dégradabilité des sacs en plastique Oui

Bonjour,
Si des micro-organismes peuvent décomposer des matières organiques d'un matériau en présence d'air, alors celui-ci est dit biodégradable. Ainsi, la plupart des sacs en plastique ne sont pas biodégradables, mais les sacs en papier le sont. Ceci est important pour l'avenir des déchets étant donné que les sacs plastiques abandonnés dans la nature s'éterniseront durablement.

Il existe actuellement des matières plastiques dégradables (à  ne pas confondre avec biodégradable). Celles-ci contiennent des additifs qui fragmentent le plastique en petits morceaux. Mais le plastique ne disparaît pas, il existe sous forme fragmentaire. Mais il faut bien prendre conscience que le mot " biodégradable " est lié intimement à  la notion de temps.
(Quelques chiffres ... pelure de fruit : 6 mois, journal : 12 mois, chewing-gum : 5 ans, carte téléphonique : 1000 ans! (Source : Graines de Sciences 4, Ed. Le Pommier)).

Bon courage
Bruno Plault
 

Pourquoi le magma est-il liquide ? Oui

La température de la terre augmente avec la profondeur,
quand on descend vers le centre de la Terre. Les causes en sont multiples : la première
est la présence d'éléments radioactifs naturels (uranium, thorium, rubidium,
potassium, etc.) présents dans les roches de la croûte, qui en se transmutant
par décroissance radioactive engendrent de la chaleur.
La seconde est que la terre était initialement plus chaude lors de sa
formation, il y a 4,6 milliards d'années, et se refroidit lentement depuis, en
perdant sa chaleur par radiations thermiques dans l'espace.
 
La température de la terre augmente avec la profondeur, quand on descend vers le centre de la Terre. Les causes en sont multiples : la première est la présence d'éléments radioactifs naturels (uranium, thorium, rubidium, potassium, etc.) présents dans les roches de la croûte, qui en se transmutant par décroissance radioactive engendrent de la chaleur.
La seconde est que la terre était initialement plus chaude lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d'années, et se refroidit lentement depuis, en perdant sa chaleur par radiations thermiques dans l'espace.

Donc le centre est plus chaud que l'extérieur. Enfin, la dernière est que la "graine" centrale, faite de fer-nickel solidifié, s'agrandit lentement en condensant le fer-nickel liquide du noyau.
En se solidifiant, le fer-nickel libère de la chaleur. Pour fixer les idées, le rayon de la terre est d'environ 6500 km ; la graine centrale solide occupe les premiers 1300 km, en partant du centre de la Terre ; le noyau liquide occupe les 2400 km qui suivent ; le "manteau" rocheux pâteux occupe les 2750 km qui suivent, et la "croûte solide" occupe environ les derniers 50 km. Partons maintenant depuis la surface ; la température du sol est de l'ordre de la température moyenne annuelle de l'air, soit environ 15°C à  Nîmes, ou 12°C à  Paris.
La température augmente vers la profondeur d'environ 30°C tous les km au départ, mais moins vite quand on descend très bas. A 100 km, on est à  peu près à  900°C ; à  200 km, à  1300°C ; on atteint 2000°C à  550 km. C'est dans la zone 100-300 km que se produit le magma
.
Pourquoi est-il liquide ? Tout simplement parce qu'il fait chaud, et que les roches du manteau fondent partiellement, comme le beure fond si on le met dans une casserole et qu'on le chauffe. En fait, le magma est une fusion partielle des roches du manteau. Ceci veut dire que seuls certains des minéraux de ces roches fondent, d'autres pas. Les minéraux sont des cristaux de roche différents, par exemple le quartz que l'on peut voir dans certaines roches en surface, le mica, la calcite, etc. Si par exemple on met des amandes pilées bien mélangées dans le bloc de beurre que l'on veut faire fondre dans la casserole, dans l'exemple de tout à  l'heure, il est évident qu'en chauffant, seul le beurre va fondre, les amandes vont rester solides. C'est ce qui se passe dans le manteau : seuls quelques minéraux fondent, et forment le magma.
Il peut s'écouler (vers la surface pour faire des volcans) en s'échappant entre les fractions restées solides qui demeurent dans le manteau. On a donc dans la terre, en partant du centre, du solide (la graine), du liquide (le noyau) puis du pâteux (le manteau) qui est en fusion partielle et produit le magma.
 
Seule la croûte en surface est véritablement solide.

Ghislain de Marsily,
Professeur de Géologie à  l'Université Paris VI
 

Où sont les yeux du lombric ? Oui

Où sont les yeux du Lombric ?
A l'avant. Mais, ils sont particuliers ... et très peu visibles ... Ce sont en fait des cellules spécialisées, présentes dans la couche de cellules la plus externe, la " peau " du lombric. Ces cellules sont sensibles à la lumière et reliées au " cerveau " de l'animal.
Le lombric avec son mode de vie terricole a de nombreux organes sensoriels réduits !!! Mais, ses plus proches parents, les vers marins comme les néreis, appelées localement gravettes, ont de très beaux yeux, si, si !! Leur ancêtre commun possédait des yeux. Les animaux ayant mené aux lombrics actuels ont perdu les leurs lors de leur colonisation de leur milieu de vie.
Vous avez un cas similaire ... avec des amphibiens ou des poissons osseux vivant dans des cavernes et ayant perdu leurs yeux ou leur capacité à voir (ils sont aveugles !).
Petite remarque : le choix du lombric est-il judicieux dans un choix d'espèces pour montrer à des élèves les caractéristiques des animaux ?
Astuce : placez le a posteriori ...
Merci de votre question,
Bruno Chanet
 

Qu'est-ce qu'un mammifère ? Oui

Bonjour.
Merci pour votre question.
Les Mammifères forment un groupe de vertébrés, possédant tous, pour prendre des caractères simples :
1. des poils ;
2. des oreilles externes (les pavillons -mobiles chez certaines espèces, âne, chien ...)
3. des mamelles.
Il s'agit d'une réponse simple pouvant être délivrée à des enfants.
Dites bien: oreilles externes ou pavillons, car nous avons 6 oreilles ! 2 externes (celles où les élèves mettent les doigts (cela les fait rire et ils s'en rappelleront )), 2 oreilles moyennes (siège de l'audition et des ... otites), et deux internes (siège de l'équilibration).
Dans le détail, au sein de ce groupe, certains peuvent avoir perdu, ou les posséder de manière moindre, certains caractères. Les baleines ont des poils, mais réduits et peu visibles (ils en ont en avant des palettes natatoires, dans les oreilles et les fanons des baleines qui en possèdent sont des poils transformés !!). De même, chez certains Mammifères, les oreilles externes sont très réduites voire absentes (phoques et les baleines (encore elles!!).
Enfin, certains Mammifères, comme l'ornithorynque, ne possèdent pas de "vraies" mamelles, mais des zones lactéales sur le tronc, d'où s'écoule un lait sucé par les jeunes.
Si vous voulez allez plus loin, la mâchoire inférieure des mammifères est composée uniquement de deux os : les dentaires (chez les autres vertébrés, il y en a bien plus) : vous pourrez facilement le voir en décortiquant une tête de lapin après cuisson (à la moutarde !!! bien entendu ;-) ). Ou encore, les dents latérales ont une double racine ... (très visible sur une radio de machoire humaine) ou encore, le développement des jeunes (hors ornithorynque, qui pond des oeufs !!) se réalise dans l'utérus maternel (pas le ventre !!! trop général et imprécis anatomiquement) . Attention, la viviparité n'est pas l'apanage des Mammifères !!!
Des lézards, des requins, des serpents, des anémones sont ... vivipares ... mais le développement des jeunes ne se fait pas dans un utérus !!!
Bruno Chanet
 

Les ancêtres des serpents étaient-ils des lézards venimeux ? Oui

Oh les belles questions ! très actuelles !
Les serpents peuvent en effet être considérés comme des lézards ayant perdu leurs pattes. Il existe dans la nature actuelle des serpents avec des vestiges de bassins et de pattes postérieures. Des serpents fossiles possédant des pattes sont également connus.
Quant aux venins : tous les serpents ne sont pas venimeux (les couleuvres, à l’exception de la couleuvre de Montpellier, sont sans venin). Mais, la majorité des espèces actuelles de serpents possède une salive aux propriétés toxiques (variables selon les espèces). On pense donc que l’ancêtre commun de tous les serpents possédait une salive potentiellement toxique.
Quelques lézards ont également une salive toxique, dont le Gila Monster, ou monstre de Gila (Heloderma suspectum) des déserts du sud-ouest américain, célèbre dans les albums de Blueberry et certains westerns Spaghetti.
Il y a peu encore, on considérait cette présence de venins comme deux adaptations indépendantes avec apparitions de venins d’une part chez des serpents et d’autre part chez des lézards.
Or, les molécules des venins sont très semblables dans les deux cas … et il semble donc qu’on ait en fait : un ancêtre commun aux serpents et lézards possédant une salive toxique. Par la suite, la majorité des lézards et quelques serpents ont perdu une salive de ce type au cours de leur évolution. Alors que chez d’autres espèces, serpents et lézards venimeux, cette capacité s’est renforcée.
Cette explication est récente : 2006, et est confirmée par l’étude ce nombreuses données.
Source (complexe !) : chapitre 12 de « Le ver qui prenait l’escargot comme taxi Et autres histoires naturelles » par Jean Deutsch, 2007. Seuil.
Merci pour votre question
A bientôt
Bruno Chanet

Les premiers humains avaient-ils la peau foncée ? Oui

Non, a priori, et tout dépend de ce que vous appelez premiers.
En régions tropicales, une peau foncée protège des effets cancérigènes des UV. En régions tempérées, une peau claire est un avantage, car la lumière solaire favorise la synthèse de vitamine D dans la peau. Ainsi, en Australie, les populations d’origine européenne ont un taux record de cancers de la peau et, en régions tempérées, les enfants à la peau noire doivent recevoir une double dose de vitamine D durant leur première année. Regardez les notices des vitamines D données aux jeunes enfants en France.
Ainsi, les premiers humains devaient avoir une peau foncée si ils vivaient en région tropicale. Mais, les populations humaines, vivant en régions tempérées, Hommes de Neanderthal et Cro-Magnon, devaient plutôt avoir une peau plus claire.
En espérant vous avoir éclairée.
Bruno Chanet
CNED Vanves

Le groupe des ongulés est-il pertinent ? Oui

Bonjour.
Dans la classification moderne, les Ongulés, au sens classique, s'appelent les Fereongulés et comprennent les Carnivores et les Baleines ... Est-ce là un des objectifs de votre enseignement ? On quitte là les IO ...
Il me semble qu'il faut simplifier sans falsifier. Classez les organismes sur ce qu'ils  ONT en utilisant des caractères simples ... sabots => ongulés,  cornes => ruminants, crocs => carnivores ; le principal est de faire fonctionner, pratiquer et comprendre la méthode ... les connaissances seront, éventuellement, affinées plus tard, selon les évolutions des programmes.
Vous pouvez consulter :
Classer les animaux au quotidien, Cycles 2 et 3.
Chanet, B. et F. Lusignan
Collection « Au Quotidien », SCEREN-CRDP de Bretagne, 96 pages + cédérom, février 2007.
Merci de votre question
Bruno Chanet

Comment explique-t-on que les reptiles sont des tétrapodes ? Oui

Les serpents sont classés parmi les tétrapodes car ils ont quatre pattes … enfin presque … ils avaient quatre pattes … L’étude des embryons de serpents montre qu’ils possèdent des pattes qui disparaissent ensuite au cours du developpement. Certains serpents, comme les boas, peuvent présenter de petites pattes arrières qui ne servent pas à se déplacer.

Vestiges de pattes chez un python


Radiographie d'un boa

Un boa dans un zoo était très célèbre car il avait des pattes arrières, molles qui ne lui permettaient pas de marcher. Vous en trouverez l'illustration dans : Classer les animaux au quotidien, Cycles 2 et 3., CHANET, B. et F. LUSIGNAN, Collection « Au Quotidien », SCEREN-CRDP de Bretagne, 96 pages + cédérom, février 2007. C’est dans la fiche associée à l’exercice « Sur les bords du Nil ».
Sur le fond, le caractère « 4 pattes » est un caractère simple pour identifier les vertébrés tétrapodes. Les serpents ont ensuite au cours de leur évolution perdu ce caractère. C'est un cas de reversion. Les vertébrés tétrapodes sont définis sur d’autres caractères plus compliqués (structure du crâne et des vertèbres …). Mais il y a un caractère très simple qui les définit  : ce sont les seuls à avoir un cou.
Vous me direz, les baleines n’ont pas de cou ! Et bien si … certaines baleines, comme le bélouga, ont une tête mobile et donc un cou. Et les autres baleines ont des vertèbres cervicales, celles du cou, même si elles ne peuvent pas bouger leur tête.
Merci pour votre question
Bruno Chanet

Questions sur la classification Oui

Bonjour,
Merci pour vos questions.
1. Oui, un papillon a un squelette ! Un squelette externe, présent à l'extérieur du corps ainsi qu'une blatte, une araignée, un scorpion, une puce, une crevette, une langoustine ...
Pensez-bien que quand vous mangez des individus de ces deux dernières espèces, vous les décortiquez, avant de consommer leur chair ! Vous enlevez le squelette externe afin d'avoir accès aux muscles, qui eux sont à l'intérieur .... Un boucher avec des quartiers de porc, mouton, boeuf ... fait l'inverse ... car là le squelette est à l'intérieur et la chair à l'extérieur ...
Dès lors, qu'est-ce qu'un squelette ? Quelque chose de dur soutenant le corps. Dans la diversité du monde animal, il peut-être interne, externe, composé de calcaire, d'os, de cartilage ou même de silice ...
2. Dauphin et poisson ont chacun une queue terminée par une nageoire, la nageoire caudale. Horizontale et composée de muscles, chez le premier. Verticale et constituée de rayons chez le second.
A ce sujet, en sciences, on évite de parler de poissons. Voir le dossier sur la classification moderne sur le site.
3. Les écailles sont un sujet très complexe car, au sein des vertébrés, il y a plusieurs types d'écailles, différents par leur origine tissulaire. Et là, nous quittons les objectifs de connaissances des cycles 2 et 3. Je vous conseillerais de dire à vos élèves que c'est complexe et que pour l'instant, "retenez d'autres caractères plus simples".
La peau des vertébrés comprend plusieurs couches superposées, dont le derme et l'épiderme.
Requins et raies ont des écailles formées par le derme et l'épiderme de leur peau.
Les poissons osseux (truite, carpe, sole, brochet ... ) ont des écailles formées par le derme de leur peau.
Lézards, tortues, serpents, crocodiles, oiseaux (regardez les pattes d'un poulet) et mammifères (regardez la queue d'un rat !) ont des écailles formées par l'épiderme de leur peau.
Il est possible de classer ces organismes sur ces types d'écailles mais, c'est complexe.
Les piquants du hérisson sont des structures particulières, formées par l'épiderme.
Ces points sont abordés dans : Classer les animaux au Quotidien, Chanet & Lusignan (2007), CRDP de Rennes.
Bon courage.
Bruno Chanet
 

Comment aborder le classement de divers animaux ? Oui

Bonjour.
Je vous conseillerais les choses suivantes :
1. Choisir 4-5 espèces, pas plus, par thème.
2. Faire observer les animaux choisis par les élèves.
3. Attirer leur attention sur ce qu’ils ont (et PAS sur les absences de caractères) : poils, ailes, pattes, cornes.
4. Ensuite, sur des planches où les 4-5 animaux sont visibles, faites les regrouper les animaux en fonction de ce qu’ils ont. De la sorte, les enfants pratiqueront, sur le fond, la même méthode que des scientifiques en recherche, mais avec d’autres données (que les molécules, chromosomes, etc.) et d’autres espèces.
5. Faites colorier d’une même couleur les animaux d’un même groupe (mammifères, oiseaux …) ou, avec des GS, faites entourer les animaux d’un même groupe (attention à la mise en page !).
Vous avez des exercices téléchargeables à ce sujet à l’adresse suivante :
http://www.perigord.tm.fr/~ecole-scienc/pages/activite/monde_vivant/Telechargements/SoMod.htm
Bonnes activités
Bruno Chanet (Brest)
 

Comment classer les animaux ayant des défenses ? Oui

Bonjour,
les canines sont des dents présentes chez tous les Mammifères possédant des dents !!
Les baleines à fanons n'en ont pas, par exemple.
Le groupe des Carnivores est scientifiquement défini par les carnassières (prémolaire 4 supérieure et molaire 1 inférieure coupantes et se faisant face). Mais, il peut être plus facilement défini sur la présence de crocs ... ( vous avez des
canines, pas des crocs ... ) en prenant soin de ne pas montrer des dents de babouins en crocs également. Mais là, c'est une convergence, car tous les autres caractères montrent qu'il n'est pas apparenté aux Carnivores.
Donc, avec des élèves, on ne classe pas l'intégralité du vivant, on choisit les espèces à classer. Sinon, on ne s'en sort
pas. Le but est de faire réfléchir les élèves, de leur faire acquérir une démarche, pas d'en faire des dictionnaires. Vous pouvez consulter utilement :
Classer les animaux au quotidien, Cycles 2 et 3.
B. CHANET et F. LUSIGNAN
Collection « Au Quotidien », SCEREN-CRDP de Bretagne, 96 pages +cédérom, février 2007.

En effet, le fait, qu’en langue française, le mot carnivore ait deux sens vient compliquer l’affaire. Cf. une fiche complément dans l’ouvrage susnommé. Carnivores, en tant que groupe, rassemble les animaux possédant des canines en crocs, et carnivore, en tant qu’adjectif, signifie qui mange de la chair …. Donc le Diable de Tasmanie est un Marsupial carnivore et le panda … un Carnivore herbivore …
Les défenses des éléphants sont des ... incisives !!! et celles de la mâchoire supérieure. Je viens de vérifier dans plusieurs références.
Un sanglier a des défenses ( des canines) pas des crocs …. D’une manière générale défenses = dents proéminentes sortant de la bouche, qu'elles soient des canines ou des incisives.
A vos élèves, vous pouvez dire que des canines en crocs définissent les Carnivores au sein des Mammifères, même si d’autres animaux (babouins … ) ont également développé des dents similaires. Ce ne sont pas, dans ce cas, des Carnivores, car ils possèdent d’autres caractères qui les rapprochent d’autres animaux : comme vous l’avez fait avec les sabots du sanglier, ou pourriez le faire avec le pouce opposable du babouin.
En vous remerciant pour votre question.
Bruno Chanet

Enseigner la classification Oui

- Si les mammifères ont des poils, quid du dauphin ?

Un dauphin a des poils, très, très courts et peu certes, mais des poils : en avant des membres antérieurs, dans les oreilles, ainsi que des moustaches. Les fanons de ses cousins les baleines sont des poils de moustache agglomérés.

- S'il n'y a plus de poissons, qu'y a-t-il ?

Rien, les ex-poissons sont agglomérés dans d'autres groupes. Vertébrés, vertébrés tétrapodes ... En revanche, avec un adjectif ou un nom substantivé, le mot poisson décrit un groupe rassemblant tous les descendants d'un ancêtre commun  : poissons cartilagineux, poissons osseux, poissons à nageoires rayonnées ... Vous pouvez consulter à cet effet : "Classer les animaux au quotidien, Cycles 2 et 3". Chanet, B. et Lusignan F. Collection « Au Quotidien », SCEREN-CRDP de Bretagne, 96 pages +cédérom, février 2007.
- Les termes ovipare / vivipare, même s'ils ne servent plus à classer, ont du sens. Doit-on les utiliser ?

Tout à fait, ils sont utilisés pour décrire la biologie des animaux, mais ne servent plus pour classer, car la viviparité existe sous des formes très, très diverses. L'hippocampe, certains requins,  la vache, le kangourou, certaines anémones de mer sont vivipares ... mais pas de la même manière ... pas avec les mêmes organes. Donc, on ne peut les classer ensemble sur cette base, qui demeure importante pour décrire le mode de vie de ces animaux.

- J'ai été un peu déstabilisée par le fait qu'une des séances
proposée pour le cycle 2 sur votre site propose un classement en... vertébrés / invertébrés ! Qui faut-il croire ?
En sciences, on ne croit personne. On écoute les arguments d'autrui. La persistance des invertébrés sur une activité montre que les concepts peuvent avoir du mal à se frayer un chemin.
Merci de vos questions
Bruno Chanet   François Lusignan
Bien cordialement

Hygiène en maternelle Oui

Bonjour

Dans un premier temps, essayez de faire émerger les idées préalables des enfants lorsque l’on parle de santé.
Qu’est-ce que pour eux d’être en bonne santé ?
De quoi a-t-on besoin pour être en bonne santé ?
Vous pouvez alors ensuite faire rechercher aux enfants toutes les actions bénéfiques qu’ils mettent en œuvre pour être en bonne santé et surtout d’y rester.
Par la suite, vous pouvez faire prendre conscience aux enfants « que soigner sa peau (hygiène, maladies...) est une première étape du respect de soi-même et de la relation à l’autre. » Manger-digérer :

A quoi sert de manger ?; qu’est-ce qui est bon pour son corps ? (voir L’enseignement scientifique à l’école maternelle, Maryline Coquidé-cantor, Delagrave)
A partir des repas pris la veille demandez d’établir la liste des aliments consommés en fonction des différents moments de la journée. On peut ainsi repérer la diversité des aliments absorbés, voir aussi la régularité de certains (lait, beurre, pain)
En partant de cette liste, on peut élaborer une fiche d’identité des aliments et se demander l’origine de ces produits. Par groupe, proposer aux élèves de classer ces aliments. Chacun vient expliquer sa démarche. On peut voir que les aliments peuvent se classer selon leur origine. Il sagit de déterminer cette origine avec les enfants pour arriver au classement désiré, c'est-à-dire animal/végétal.
Bien cordialement

Bruno plault

Question d'un utilisateur Oui

Bonjour
Je vous conseille de consulter le site «Apprendre à porter secours
L'enseignement des premiers secours à l'école»
http://www.secourisme-pratique.com/pages/dossiers/ecoles/index.htm
Bien cordialement
Bruno Plault

Utilisation d'un lapin nain en maternelle Oui

Bonjour

Vous avez sur le site de la main à la pâte plusieurs séances sur la présence d'un animal en classe.
Vous pouvez aussi consulter les questions consultants dont plusieurs concernent l'observation d'un animal en classe.
Pour l’enseignant, installer et garder un animal en classe entraînent des responsabilités quant au respect de la vie animale et des règles d’hygiène.
A cet égard, les obligations liées à l’observation directe des animaux sont rappelées par la note de service du 30 avril 1985 :
" L’observation directe de l’animal, de ses mœurs et de son mode de reproduction est facilitée par la pratique d’élevages effectués dans la salle d’enseignement. Cette pratique n’est recommandable que dans la mesure où elle est réalisée dans des conditions satisfaisantes reproduisant au mieux le milieu de vie naturel. En particulier, l’espace offert (cage, aquarium, terrarium) devra être suffisant afin de ne pas rendre la captivité pénible. Un élevage réussi ne se limite pas à la survie des animaux, il doit aussi aboutir à la reproduction, suivie de soins maternels. Enfin, quand il s’agit de petits mammifères (carnivores, rongeurs, ...), la consultation d’un vétérinaire serait nécessaire en cas de doute sur l’origine des animaux ou leur état sanitaire."
Voici quelques activités que vous pouvez mener avec les enfants
: Essayer de voir comment le lapin mange, d'observer ses dents; de voir comment il se déplace.

Vous pouvez consulter le site suivant apportant des renseignements importants:
http://netia59.ac-lille.fr/www/bd/textes41.htm
 
Bien cordialement

Bruno Plault

Pages