Dissection

5 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Dissection

Je souhaiterais savoir quelles sont les lois qui régissent actuellement la dissection à l'école primaire ?

bonjour,
A ma connaissance pas de loi, à l'ESPE on nous dit qu'il faut le faire mais y préparer les élèves (je suis PES cette année) et je l'ai même réalisé en classe sans problème.
Au concours j'ai eu la question et j'avais répondu que des site institutionnel le proposait et que l'on pouvait se référer au conseiller pédagogique si on avait un doute la réponse avait convenu.

bonjour,
il existe une loi depuis 2016 (je crois) qui n'autorise la dissection que dans certaines situations.
J'ai retenu de cette loi ... qu'il est autorisé de réaliser une dissection sur les organes et les animaux entiers achetés en boucherie (par exemples)
Lors d'une visite de mon tuteur, j'ai présenté une séance sur l'appareil respiratoire à partir de photos d'une dissection d'un lapin que j'avais réalisée chez moi (par crainte de la réaction des élèves, j'avais préféré cette option).
Elle a été choquée que je me sois autorisée à présenter ces photos qui montraient étape par étape cette dissection.

Bonjour,
Sans avoir la réponse juridique à la question posée, je me permets un bref commentaire.
La question de la dissection de petits animaux "en vrai" au lycée repose la question des représentations que nous nous faisons de ces mêmes animaux. Le cas des souris est assez instructif tant cette espèce peut avoir d'images différentes.
Une grande animalerie européenne pour animaux de compagnie affiche sur son site : "Une grande part des rongeurs que nous vendons le sont pour nourrir les reptiles mais d'autres deviennent des animaux de compagnie" (ma traduction, c'est écrit en anglais). Au Royaume-Uni et en 2008, ce sont 28 tonnes de souris congelées qui ont été vendues pour nourrir les reptiles de compagnie (varans, serpents). Il y a donc plusieurs façons d'aimer les souris.
De même si on ne les aime pas beaucoup : tapette, anticoagulants...
Sans parler des souris utilisées dans la recherche et du débat autour de l'expérimentation animale.
Le débat autour des dissections prend-il d'abord en compte le point de vue des souris, celui des élèves, celui des enseignants, celui que chacun pense avoir des autres acteurs ?
Pas simple,
Cordialement,
François Moutou

Bonjour, voici le lien vers la toute récente circulaire du 8 juillet 2016 à propos des dissections animales en classe et dont je vous copie le texte ci-dessous:

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=104634

"La présente circulaire fixe les nouvelles règles relatives à la pratique des dissections d'animaux morts dans les activités d'enseignement au collège et au lycée.

Dans le cadre des travaux pratiques de sciences de la vie et de la Terre (SVT) et de bio-physiopathologie humaine (BPH) dans la série sciences et technologies de la santé et du social (ST2S), et plus généralement dans toutes les classes jusqu'au baccalauréat, des dissections ne peuvent être réalisées que :
- sur des invertébrés, à l'exception des céphalopodes ;
- sur des vertébrés ou sur des produits issus de vertébrés faisant l'objet d'une commercialisation destinée à l'alimentation.
Par conséquent, il n'est plus procédé à des dissections d'animaux morts élevés à seule fin d'expériences scientifiques.
Les formations supérieures des lycées et notamment les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) et technologie et biologie (TB), qui préparent aux concours d'entrée des écoles vétérinaires, ne sont pas concernées par ces restrictions.
Les inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux des disciplines scientifiques concernées, dans le cadre de leur mission de formation et d'accompagnement des enseignants et en relation avec l'inspection générale de sciences et technologies du vivant, de la santé et de la Terre (STVST), apporteront aux enseignants toutes les précisions nécessaires quant aux alternatives à privilégier.

La ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Najat Vallaud-Belkacem"