Démarche d'investigation, démarche dite OHERIC et éveil scientifique ...

4 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Démarche d'investigation, démarche dite OHERIC et éveil scientifique ...

Bonjour,

Jeune enseignate en cycle 2 et après avoir navigué de nombreuses fois sur le site pour m'inspirer en science, je suis face à cette question sans réponse : quelles sont les différences entre la démarche d'investigation, la démarche dite OHERIC et ce que l'on pourrait appeler l'éveil scientifique ? Merci pour votre réponse.

 

Un petit point historique concernant l'éveil scientifique : entre 1969 et 1995, les expérimentations du " tiers temps pédagogique " aboutissent à une répartition des matières de l'enseignement primaire en trois partie, l'une est consacrée aux matières fondamentales, l'autre à l'éducation physique , la troisième aux disciplines d'éveil incluant les sciences.

Louis Legrand , 1970 : " le but n'est plus d'apprendre des connaissances, mais d'amener l'enfant à construire ses connaissances en partant de ses besoins et de ses intérêts, ainsi se construira une méthode "

Voir : Sciences à l'école : quelle histoire !

53_pNoiresIMPcor.pdf

 

Même si le terme éveil scientifique est beaucoup utilisé (dans le langage courant, dans le monde des associations d'éveil scientifique et sur le net) ,on parle dans les programmes de l'école de " découverte du monde " ou de sciences et technologie " et cette nuance me semble fondamentale.

Découverte du monde : lire l'introduction du Document d'accompagnement des programmes 2002, spécifique à la maternelle :  decouvrir_%20monde.pdf

Tout à fait intéressant également pour le cycle 2

 

La démarche OHERIC (voir " Une didactique pour les sciences expérimentales, André Giordan ", page 49 ).

Je reprends les propos d'André Giordan : La démarche expérimentale est très souvent défigurée en classe et proposée au travers d'un schéma simplifié OHERIC (Observation, Hypothèse, Expérience, Résultat, Interprétation, Conclusion)...rien n'est plus faux de concevoir la démarche expérimentale ainsi. Idéalisé, trop beau pour être vrai, c'est une reconstruction par la pensée à posteriori du travail du chercheur.

D'autre part toute démarche expérimentale peut être caractérisé par trois moments : une QUESTION, une hypothèse et une argumentation. Une démarche expérimentale est une tentative de réponse à une QUESTION !

 

La démarche d'investigation (voir sa définition dans l'introduction du " Document d'application des programmes : Pourquoi et comment enseigner les sciences et la technologie à l'école ? Quels sont les compétences à acquérir en fin de cycle 3 ? "2000), page 6

da1_cycle3.pdf

Au cours d'une démarche d'investigation, on cherche à répondre à une question. Pour cela il s'agit de mettre en place une ou des investigations (recherches) .Ces investigations peuvent être diverses : observation, recherche documentaire, enquête ou visite, modélisation ou mise en place d'une expérience.

La démarche expérimentale est une démarche d'investigation.

 

Le maître met en place à partir du monde réel sensible une situation de départ qui suscite la curiosité des élèves et déclenche leurs questions. Il prend en compte leurs idées préalables. L'exploitation du questionnement nécessite un travail de formulation, tant du point de vue de l'expression française que de celui du contenu précis de la question. Le maître joue à ce niveau un rôle de filtre. En justifiant ses choix, il guide la classe vers l'exploitation des questions, que l'on peut qualifier de "productives", qui satisfont à deux critères :

- elles débouchent sur des expériences, des réalisations ou des observations sans danger matériel, ne soulevant pas d'objections éthiques, réalisables avec les moyens locaux et complétées le cas échéant par une recherche documentaire, pour laquelle la classe dispose de ressources accessibles au niveau des élèves (encyclopédies, cédéroms, sites Internet sélectionnés par le maître) ;

- elles conduisent, à la suite de l'étude précédente, à une connaissance nouvelle, comprise dans les objectifs du programme, assimilable par les élèves, et dont l'accord avec le savoir constitué est assuré.

Les questions des élèves ne peuvent cependant pas être le seul point de départ possible pour une activité scientifique.  Etc ...

Maryvonne STALLAERTS
Ex - Formatrice ESPE de Bretagne
UNIRèS, Réseau des universités pour l'éducation à la santé
http://plates-formes.iufm.fr/education-sante-prevention/

Je vous conseille de lire le livre "Enseigner l'expérimental en classe "(G.De Vecchi) qui clarifiera ces notions , en complément des réponses que vous avez déjà reçues.

Colette Schatz

Dans un livre  intitulé " Etudes sur l'histoire de l'enseignement des sciences physiques et naturelles" (Année 2001 -  n° 49 des cahiers d'histoire et de philosophie des sciences), on y trouve un article,  écrit par Edith SALTIEL qui s'intitule "les leçons de choses et la main à la pâte" (table des matières p.111), qui peut en partie répondre à votre question.