Espèces exotiques et espèces envahissantes

3 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Espèces exotiques et espèces envahissantes

Cher consultant,
Nous avons créé au sein de l'école deux jardins pédagogiques.
Outre le plaisir de jardiner, de faire son propre compost et bien d'autres, nous nous sommes intéressés à la plantation de différents légumes. Ainsi, avec quelques collègues, nous nous sommes rendus chez Nature et Découverte et y avons acheté des graines bio, présentant des légumes surprenants comme du maïs multicolore et du concombre cornu d'Afrique.
Les élèves ont fait leur semis, puis sélectionné les pousses les plus prometteuses et enfin planté les dites pousses dans nos jardins.
En parallèle de nos essais, nous nous rendons une fois par trimestre dans un jardin communal afin de découvrir d'autres espèces et d'entendre le savoir de terrain du jardinier.
C'est lors d'une de ces rencontres au jardin (en l'occurence jeudi dernier) que le jardinier nous a présenté la coccinelle asiatique dévoreuse vorace de pucerons mais aussi hélas des larves de nos coccinelles européennes.
Il nous a expliqué que l'homme a utilisé cette coccinelle asiatique comme insecticide bio mais que maintenant c'est la cause de la disparition de notre bonne vieille cocinelle à 7 points.
Emotion importante chez les élèves : et pourquoi les hommes ont tué nos coccinelles ? Pourquoi on ne fait rien ? Bref, l'ambiance était à la culpabilité !
De retour en classe, un de mes élèves m'a demandé si en plantant des concombres d'ailleurs nous ne risquions pas de faire également des bétises.
Et là je me suis senti assez démuni...
Quand des graines sont en vente dans un pays sont-elles obligatoirement conformes à l'écosystème de ce pays ? Fait-on des tests au préalable avec les espèces locales ? Partons-nous plutôt du principe que tant pis pour la locale et que c'est la loi de la jungle ? Et si on ne veut  plus planter que des espèces justes locales comment les connaître et les choisir ? Brusquement,  plein de questionnement d'écologie et de déontologie m'apparaissent.
Et je ne sais ou trouver des réponses : en auriez vous quelques unes ou un site à conseiller ?
Merci d'avance pour votre réponse
Fred, maître de CE1

fred

Bonjour
Le problème des espèces exotiques arrivant d'ailleurs avec ces fruits et légumes (ou autres) est bien réel. Certes, la coccinelle asiatique est le phénomène dont on parle le plus actuellement mais il y en a d'autres comme par exemple la mite alimentaire qui envahit nos placards depuis quelques années. Elle arrive dans les sachets d'amandes, de noisettes, etc. (sous forme d'oeufs et/ou larves) et s'y développe à l'intérieur même du sachet non encore ouvert. BIlan : à l'ouverture du sachet, des fils, des sortes de toiles, preuves que l'insecte a colonisé le contenu du sachet.... Il se disperse alors dans les placards et envahit farine, semoule, etc.
Les graines et plantes venant d'un pays exportateur devraient entrer dans le pays importateur en respectant les normes de ce pays. Mais que les normes, difficiles à contrôler, soient respectées, ça, c'est une autre affaire.
http://www.ecologie.gouv.fr/INVAGRAINES-Invasions-de.html

Marie D.

Bonjour.
C'est un exemple comme d'autres des dangers de la lutte "biologique" et des introductions fortuites. On peut penser à l'introduction des lapins en Australie, puis de la myxomatose, etc.
En général, l'introduction de nouvelles variétés, comme celle de nouveaux médicaments, fait l'objet de procédures rigoureuses, mais plutôt en rapport avec l'intérêt agronomique de la nouvelle variété, pas des risques pour l'écosystème naturel local. C'est ainsi que les invasions biologiques peuvent se faire.
En matière de forêts, seule l'origine des graines est réglementée (elles doivent être récoltées dans des peuplements identifiés et porter un certificat d'origine), pas leur utilisation. Rien n'empêche un propriétaire de planter des arbres non adaptés à leur nouvel environnement, si ce n'est son savoir faire (le fait qu'il ait été éduqué), et la politique locale concernant les forêts (certaines régions proposent des aides financières pour l'utilisation des variétés adaptées et pas pour les autres variétés disponibles dans le commerce).
Cordialement
Bruno Fady