Pourquoi le pouls baisse-t-il lorsque l\'on s\'allonge ?

3 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Pourquoi le pouls baisse-t-il lorsque l\'on s\'allonge ?

Pourquoi le pouls baisse-t-il juste après que l'on se soit allongé ?

D. Zeliszewski
Le pouls est le battement que l’on perçoit quand on pose les doigts sur une artère. Pour comprendre ce qui influence ce pouls, il faut rappeler quelques notions sur la circulation sanguine. Le cœur assure la circulation du sang dans tout l’organisme grâce à une succession de contractions et de relâchements. Chacune de ses contractions permet d’expulser le sang dans les artères ce qui provoque une forte pression sur les parois des vaisseaux sanguins. Le pouls est le résultat de la propagation de cette pression le long des artères. Puis le relâchement du cœur permet son remplissage à partir des veines, appelé retour veineux. Donc chaque battement perçu (gonflement de l’artère) correspond à une contraction du cœur et reflète la fréquence cardiaque.
Or le travail du cœur doit être régulé en fonction de l’activité du corps, pour assurer à chaque partie du corps un apport sanguin adapté à ses besoins. Ainsi, des régulations nerveuses et hormonales peuvent modifier soit la fréquence cardiaque soit le volume de sang éjecté du cœur à chaque contraction, ces deux facteurs influençant à leur tour le débit sanguin.
Deux phénomènes peuvent expliquer pourquoi la fréquence des battements cardiaques, et donc du pouls, diminue quand on s’allonge. Tout d’abord il est logique de penser qu’en position de repos, les besoins de l’organisme diminuent, donc la fréquence cardiaque est diminuée de façon à diminuer le débit sanguin. De plus, dès qu’on s’allonge, l’action de la pesanteur sur le sang est annulée, le retour veineux du sang est donc brusquement facilité. Il en résulte une augmentation du remplissage du cœur qui est contrecarrée par une contraction ventriculaire plus intense, donc une augmentation du volume de sang éjecté du cœur. Par contrôle réflexe, la fréquence cardiaque est diminuée. Le pouls est donc plus lent mais ce phénomène est variable selon les individus et surtout transitoire.

D. Zeliszewski

Bonjour.
Une partie de la régulation du rythme cardiaque repose sur des récepteurs sensibles à la pression artérielle situés notamment dans la paroi de l'aorte et des artères carotides. Lorsque ces récepteurs détectent une augmentation de pression, toutes autres conditions étant égales par ailleurs, ils sont à l'origine d'un ralentissement réflexe de la fréquence cardiaque permettant de ramener la pression artérielle à sa valeur initiale.
Or, lorsque l'on s'allonge, le coeur ayant moins besoin de lutter contre la pesanteur pour faire monter le sang vers le haut du corps, son activité provoque alors une augmentation de la pression artérielle. Celle-ci est immédiatement détectée par les récepteurs évoqués ci-dessus qui déclenchent alors un ralentissement réflexe du rythme cardiaque.