Surmonter la difficulté d'abstraction en astronomie

2 messages / 0 récent(s)
Dernier message
Surmonter la difficulté d'abstraction en astronomie

Bonjour,
* Quand on parle de difficulté d'abstraction en astronomie: de quelle nature est-elle? Comment le langage, le schéma, le dessin, la maquette, la modélisation... peuvent-ils permettre de surmonter cette difficulté?
* Comment expliquer l'intérêt des enfants pour l'astronomie? Et quelle est la place de l'intérêt et de la motivation dans la pédagogie?

Bonjour,
sur les difficultés liées à l'abstraction :
Le problème principal réside dans le fait que l'on se place dans une perspective de modélisation d'un système dans lequel nous sommes inclus lorsque nous observons les phénomènes; je prendrai l'exemple du Système Terre-Soleil.
Le modèle à construire doit rendre compte de ce que l'on observe... mais il n'y a pas qu'un seul modèle possible : le mouvement relatif diurne apparent Terre-Soleil perçu sur la Terre peut tout aussi bien être modélisé au niveau de l'élève par la rotation de la Terre sur elle-même ou par la rotation du Soleil autour de la Terre. Il n'y a pas d'approche expérimentale qui permette de trancher, du moins dans le cadre de la classe : il faut donc avoir recours aux documents scientifiques pour trancher... mais rappelons-nous qu'il y a 600 ans les documents scientifiques de l'époque ne tranchaient pas dans le même sens que maintenant !!!
Pour essayer de comprendre les modèles possibles, on doit passer par leur représentation et leur manipulation sous forme de maquette : on trouve ici un autre obstacle car ce passage suppose que l'enfant est capable de se décentrer. En effet, il faut passer du niveau de l'observation réelle telle que nous la faisons... mais de la Terre, à une observation simulée telle que nous pourrions la faire .... mais si nous étions dans l'espace. Ce pas est difficile à franchir pour l'enfant. Pour l'aider à "changer son point de vue" et donc à passer d'une vision "relative" (lorsqu'il observe sa réalité) à une vision "objective" (lorsqu'il s'imagine dans l'espace pour observer l'ensemble Terre-Soleil), il faut proposer une suite d'activités qui s'appuient d'abord sur l'observation réelle raisonnée vécue par l'enfant, sur la prise de conscience par un vécu corporel de la relativité des mouvements, pour arriver à la manipulation d'objets représentant la réalité et permettant donc de s'en abstraire ( rôle du travail sur maquette : boules de polystyrène et sources lumineuses) . Le schéma n'interviendra qu'après toutes ces étapes comme élément d'institutionnalisation du savoir. Pour ces ensembles d'activités, voir par exemple "l'astronomie est un jeu d'enfant" ou "à l'école de l'univers".

sur l'intérêt des élèves pour l'astronomie et sur la place de la motivation en général :
La motivation de l'enfant est considérée comme un élément favorisant ses apprentissages ; elle permet en effet à l'enfant de leur donner du sens et un but. Il se sent alors impliqué et s'approprie les problèmes et les situations proposées par le maître. Le travail du maître consiste donc en partie à créer des situations de départ qui permettront à l'enfant de faire sien le problème posé, et donc de s'investir dans les apprentissages nécessaires pour le résoudre.
L'intérêt pour l'astronomie constitue en effet un élément de motivation des élèves pour rentrer dans cette partie du programme... mais tout l'art du maître consiste à ne pas décevoir les attentes et à maintenir tout au long de la progression l'intérêt initial.
Quant à l'origine de l'intérêt des élèves pour ce sujet, je pense qu'on peut la trouver dans le besoin d'expliquer le monde qui l'entoure ; les phénomènes astronomiques sont des éléments forts de celui-ci et toutes les civilisations ont produit des légendes pour tenter d'expliquer ce qui n'était pas accessible à un connaissance sensible. De plus, l'espace occupe une place importante dans l'environnement audiovisuel (situations réelles ou de fiction) et l'enfant est déjà fortement sensibilisé à ce domaine qui reste bien souvent mystérieux et magique. Est-ce suffisamment clair ?
Amicalement.

Michel Ouliac
ex-formateur IUFM