L’habit ne fait pas que le manchot en Antarctique

Auteurs : Travail collectif(plus d'infos)
Résumé :
[Témoignage] Les élèves sont amenés à construire un projet pédagogique en suivant l’odyssée d'une enseignante à la base Dumont d’Urville en Antarctique.
Publication : 1 février 2018
Objectif :
La machine humaine thermique n’étant pas suffisante pour vivre dans des conditions de températures extrêmement basses, comment les vêtements ont-ils été conçus pour permettre de compenser les risques d’hypothermie et de gelures.
Copyright :
Creative Commons France. Certains droits réservés.

 

Suivant l’odyssée en Antarctique d’Annabelle Kraemer, enseignante de SVT, les élèves de CE2-CM1-CM2 de Madame Corinne WALLIANG à Willer-sur-Thur se sont demandés si la machine humaine thermique était suffisante pour vivre dans des conditions de températures extrêmement basses.

Ils ont ensuite étudié la conception des vêtements qui permettent de compenser les risques d’hypothermie et de gelures. Riche et cohérent, ce projet a permis d’une part, d’aborder les phénomènes traduisant l’activité externe de la Terre, les phénomènes météorologiques et climatiques, les évènements extrêmes, et d’autre part de décrire les principales caractéristiques de certains matériaux, et d’en identifier l’impact environnemental.

Les élèves se sont inscrits dans cette aventure scientifique et humaine en se questionnant, en questionnant des chercheurs, en observant, en manipulant, en expérimentant, en se documentant, en collaborant pour mieux comprendre le monde qui les entoure.

Ce projet a obtenu un 2nd Prix de La main à la pâte en 2017 :