Eclairage scientifique

Éclairage scientifique


Qu’est-ce que l’esprit scientifique ?

Les enfants sont des scientifiques en herbe

Depuis notre naissance, observer nous permet de découvrir le monde autour de nous. Dotés d’une curiosité naturelle, nous sommes servis dans notre démarche de découverte de la réalité par une variété de capacités et de modalités : de l’exploration, plus ou moins raisonnée et planifiée, au tâtonnement et à l’essai-erreur, jusqu’à des formes élémentaires d’expérimentation. Spontanément, nous cherchons à relier les phénomènes que nous observons. Nous comprenons que les uns permettent d’expliquer les autres : nous raisonnons en termes de causes et d’effets. Dans notre vie quotidienne, nous apprenons à identifier des problèmes, à inventer des solutions, qu’elles soient d’ordre technique ou conceptuel.
La démarche de découverte et d’expli­cation n’est pas une entreprise solitaire que l’enfant (et l’adulte) conduit isolé des autres individus. Bien au contraire, son entourage constitue une source d’information et de connaissance, que l’enfant sollicite sans cesse pour répondre à ses questions. Les membres de l’entourage représentent aussi des partenaires de discussion avec lesquels il peut échanger des arguments.
L’enfant est ainsi préparé à évaluer ses sources, d’abord par leur familiarité, puis sur la base de leur cohérence et du consensus qu’elles obtiennent par le groupe. Il fait donc confiance, mais exerce aussi sa vigilance par rapport aux arguments qui lui sont donnés. Il exploite ensuite les connaissances obtenues pour construire ses opinions et se prépare à argumenter pour les défendre.
 

Des difficultés naturelles

Pour autant, l’ensemble de ces pratiques n’est pas exempt d’erreurs. De l’enfance à l’âge adulte, nous partageons les mêmes difficultés : nos observations sont subjectives et nos intuitions peuvent être trompeuses. Combien de fois avons-nous tiré des explications fermes à partir d’observations sommaires ? Combien de fois avons-nous imaginé détenir une conclusion définitive à partir de quelques faits ? Combien de fois encore avons-nous pensé posséder une preuve solidement établie, pourtant appuyée par des anecdotes uniquement ?
Notre vigilance « naturelle» n’est pas suffisante pour nous protéger, enfants et adultes, des pièges du raisonnement – de celui des autres comme du nôtre. Elle n’est pas suffisante non plus pour créer un filtre toujours efficace face à l’information qui parvient à nos oreilles. Campagnes publicitaires convaincantes, arguments fallacieux séduisants… qui peut prétendre ne s’être jamais « fait avoir » ? D’autant plus que, dans un monde hautement connecté où l’information circule dans toutes les directions, nos mécanismes de vigilance sont mis à rude épreuve…
Si nous partageons tous les mêmes étonnantes capacités de raisonnement et de connaissance, nous partageons donc aussi les mêmes limites.
 

Bâtir sur des bases naturelles pour les dépasser

Au cours de son histoire, l’Homme s’est doté de méthodes, d’outils et d’institutions permettant de dépasser – du moins en partie – les limites de nos raisonnements et d’atteindre un degré de plus en plus important d’objectivité, de précision, de capacité à séparer le bon grain de l’ivraie : il a développé des pratiques scientifiques. Au cours des siècles, les sciences sont devenues hautement spécialisées, constituées d’un ensemble de disciplines et de professions différentes et complémentaires. Leurs outils leur sont propres, loin de notre quotidien. Leur raisonnement nous échappe souvent. Certaines des connaissances et concepts sont à la portée des experts seulement…
Ce serait pourtant une erreur de penser que les compétences de base des sciences sont réservées à une élite d’experts. Bien au contraire, c’est à la portée de chacun et dans l’intérêt de tous de les acquérir, de se forger un « esprit scientifique ». Il sera alors possible de les mettre en œuvre dans notre quotidien, favorisant un meilleur vivre-ensemble grâce à des échanges d’opinions et de connaissances plus clairs, fondés et raisonnés.

Les sciences ont toutes quelque chose en commun

De par leur origine commune, les disciplines scientifiques fonctionnent toutes sur les mêmes principes. Même si chaque discipline possède son vocabulaire, ses outils et ses concepts, toutes reposent sur les mêmes objectifs et tentent de contourner les mêmes écueils. Le biologiste devant sa cellule et le physicien devant sa particule adoptent les mêmes attitudes et une méthodologie fondamentalement similaire pour percer les mystères des systèmes qu’ils étudient.
La pratique des sciences consiste à mettre en œuvre de façon volontaire nos capacités de raisonnement et à rechercher de manière méthodique des faits à l’appui de ce raisonnement (les faits peuvent être soit des observations, soit des résultats d’expérience, soit les deux). Ceci rend la démarche scientifique « lente » par rapport aux outils que l’on mobilise au quotidien. Les sciences prennent leur temps. La patience nécessaire pour mener des observations et parvenir jusqu’aux conclusions en est donc une composante fondamentale. L’exercice volontaire du raisonnement scientifique représente un réel effort qui – guidé par le recours à des méthodes standardisées et des instruments rigoureux – permet aux sciences de dépasser les limites de notre raisonnement quotidien et de se contraindre à s’appuyer sur les faits. De plus, les scientifiques sont contraints de rendre publiques leurs analyses et de faire valider leurs conclusions par des pairs, en les soumettant à l’analyse d’autres scientifiques.
Il est ainsi possible de mettre en avant la méthode scientifique, quelle que soit la discipline utilisée. Ses caractéristiques l’éloignent de notre fonctionnement au quotidien mais c’est précisément en cela qu’elles nous permettent de dépasser nos limites naturelles.

 


Qu’est-ce que l’esprit critique ?

De l’esprit scientifique à l’esprit critique

Cultiver l’esprit scientifique dans la vie de tous les jours signifie acquérir des compétences et des outils qui permettent d’aiguiser et de structurer les capacités naturelles d’observation, d’explication, de tri des informations, d’argumentation et de résolution de problèmes.
Savoir appliquer ces compétences et outils au moment opportun, dans le cadre de la vie de tous les jours, à soi-même ou à des sources d’information, revient à faire preuve d’esprit critique.

Du bon usage de l’esprit critique

L’exercice de l’esprit critique a pour but de nous rendre plus efficaces dans notre capacité à faire face aux défis du quotidien, et non pas de nous rendre plus « négatifs », plus enclins à nous focaliser sur les failles d’un système ou à tout critiquer ! Il s’agit au contraire de chercher à mieux comprendre notre monde, à éviter de nous précipiter vers des conclusions hâtives ou de rester enfermés dans nos opinions : somme toute, il s’agit de chercher à agir avec discernement.
La capacité à exercer son esprit critique est d’autant plus souhaitable que les nouvelles générations sont confrontées à une profusion d’informations, souvent en lien avec des enjeux relatifs aux sciences, et doivent les démêler pour asseoir leurs décisions. Que faire face à ce déluge de données ? L’esprit critique est une boussole nous permettant de les utiliser à bon escient, et il peut se nourrir de la compréhension du raisonnement scientifique, de la façon dont les sciences établissent et affinent les connaissances.

De l’esprit critique au vivre ensemble et au vivre en société

Le passage irréfléchi à l’action a des conséquences importantes non seulement envers notre environnement physique, mais aussi social. Fonder ses relations sur le respect des arguments, des faits, permet de ne pas céder aux stéréotypes, aux catégorisations hâtives, aux sentiments d’appartenance exclusive et donc à l’exclusion.

De l’esprit critique à la formation citoyenne

Agir, prendre des décisions, se forger des opinions éclairées… les enjeux sont majeurs et nécessitent plus que jamais l’encouragement de l’esprit critique. Ainsi, se familiariser avec les méthodes des sciences prépare les élèves à devenir les citoyens de demain : en leur permettant de comprendre ses spécificités et ses apports, notamment face aux grands défis du développement durable et du vivre-ensemble. Néanmoins, ceci n’implique pas qu’à elles seules, les sciences puissent dicter la totalité de nos conduites : des jugements éthiques, par exemple, vont également inspirer nos actions.


De l’esprit scientifique à l’esprit critique, au fil de 5 blocs thématiques

Ce projet propose de travailler autour de l'Esprit Scientifique et l'Esprit Critique au fil de 5 blocs, traversés et approfondis au fil des cycles.
Cliquez sur chaque intitulé pour lire l'éclairage scientifique propre à chacun des 5 blocs :


<< Retour aux contenus

Eclairage pédagogique >>

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte CASDEN