Actions phares 2016

Quand le vivant inspire les chimistes

18 et 19 janvier 2016

Pour la seconde année consécutive, le Collège de France a accueilli une action de formation de professeurs et de formateurs du second degré, sur le thème de la bioinspiration et du biomimétisme en chimie. Cette action, co-conçue et co-animée par l'équipe du laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris et par le Centre National du réseau des Maisons pour la science, a été soutenue par le programme européen AMGEN teach.

 

Le programme de deux journées permettait aux participants de se familiariser avec la démarche biomimétique et la démarche bioinspirée, sur l'exemple de l'étude de structures biominéralisées telles que l'os ou la nacre.

Au cours de mises en situation d'investigation, il s'agissait de déterminer aussi précisément que possible la nature et la structure d'une carapace de crabe. Pour relever ce défi, les participants gagnaient à mettre en commun leurs compétences complémentaires de professeurs de sciences de la vie et de la Terre, de physique-chimie et de technologie. Leur approche combinait expérimentation et modélisation.

Des ateliers leur permettaient d'aller à la rencontre des chercheurs dans leur laboratoire, et de se rapprocher ainsi de la science vivante : comment les chercheurs étudient-ils les matériaux biominéralisés ? Avec quelles méthodes, avec quels outils ? Pour répondre à quel type de questions de science fondamentale ? Avec quelles applications pratiques ?

Une démarche de recherche interdisciplinaire a été présentée au cours d'une conférence de Nadine Nassif sur la démarche biomimétique pour la production d'os artificiel bio-compatible.

Enfin, les participants ont fait le point collectivement sur l'ensemble des notions abordées au cours des deux journées, avant de réfléchir à la transposition à leur pratique professionnelle en classe ou en formation de professeurs.

Cette action, plébiscitée par les participants, sera reconduite en 2017.

 

    

Conception d'un dispositif expérimental permettant de

mettre en évidence la nature carbonatée d'une carapace de crabe.

Observation d'un fragment de pince de crabe à l'aide d'une loupe.

La baie du Mont Saint-Michel :

un littoral fragile soumis à la pression de l'Homme

30 et 31 mai 2016

Une vingtaine de professeurs des écoles et de collège de toute la Bretagne sont partis à la découverte du littoral, dans le cadre d'une action de développement professionnel co-organisée par la Maison pour la science en Bretagne et ses partenaires. Cette action comportait une journée en immersion sur le terrain, dans la baie du Mont Saint-Michel, et une journée d'étude à l'Université de Rennes 1. Elle impliquait des formateurs de la Maison pour la science, de l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE), ainsi que des chercheurs de l'Université Rennes 1 et de l'Université de Caen et s'inscrivait dans le plan de formation des professeurs de l'Académie de Bretagne.

Le terrain, source de questionnement

Au cours de la première journée de l'action, les participants ont mené leurs propres observations du site de la Baie du Mont Saint-Michel pour aborder de façon très concrète la question de la dynamique du littoral et de l'influence de l'Homme sur cette dynamique. Cette entrée par le terrain a permis de soulever de nombreuses interrogations sur l'origine des structures morphodynamiques observées, sur les durées impliquées dans leur mise en place et leur évolution et sur leurs interactions.  Les participants, sous la houlette de chercheurs en morphodynamique côtière, se sont interrogés sur la notion de milieu "naturel" et sur les conséquences passées, présentes et futures des interactions entre l'Homme et son milieu.

Analyse de cartes et de photos aériennes

à la pointe de Champeaux

Creusement d'une tranchée d'observation

au Gué de l'Epine

De quel phénomène ces structures morphodynamiques

sont-elles la signature ?

Approches expérimentales et modélisation au laboratoire

La deuxième journée a permis de prendre du recul sur les observations de la veille, grâce à :

- des modélisations analogiques sur l'hydrodynamique sédimentaire littorale, notamment à l'aide d'un "canal à houle"

- la présentation de démarches de recherche par des scientifiques des Universités de Rennes 1 et de Caen

- un atelier sur la confrontation entre données expérimentales et de terrain, et son intégration à une démarche de classe

 

Cette action, qui offre aux enseignants l'occasion d'interagir directement avec les chercheurs tout en découvrant des activités transposables en situation de classe, sera reconduite en 2017.

 

Partenaires du projet

Fondation La main à la pâte Académie des sciences