Fiche synthétique. Les fonctions exécutives

 


Le système exécutif regroupe des fonctions cérébrales nécessaires pour l’accomplissement des tâches complexes, nouvelles ou non routinières.

Ce système de concentration volontaire permet se fixer un objectif, d’établir des priorités et de les planifier, de résister aux impulsions, de filtrer les distractions, de focaliser l’attention sur l’activité à accomplir en élaborant des stratégies nouvelles de façon flexible et en s’adaptant à des situations inhabituelles. Il coordonne et module des stratégies pour atteindre le but fixé, comme un chef d’orchestre coordonne et module le jeu de ses musiciens pour obtenir l’interprétation qu’il souhaite. 

Chez l'enfant, les fonctions exécutives jouent un rôle important au cours de la vie scolaire, mais aussi dans la vie de tous les jours, sociale et émotionnelle.

Les fonctions exécutives impliquent l’activation de plusieurs régions du cortex cérébral, notamment le cortex préfrontal.


 

Quelles sont ces fonctions exécutives ?

Trois fonctions exécutives principales sont habituellement décrites. Elles agissent ensemble de façon harmonieuse et ne sont pas dissociables dans les situations de la vie de tous les jours. 

            1) la mémoire de travail : il s’agit de mettre à jour, au fur et à mesure de la progression de l’action, la représentation mentale de la situation, en prenant en compte les informations pertinentes et l’intervention éventuelle d’informations nouvelles.  

            2) le contrôle inhibiteur ou exécutif : il permet de donner la priorité à des stratégies cognitives et de focaliser l’attention sur les informations appropriées. Il s’agit d’inhiber les automatismes non pertinents pour la résolution de la tâche; d’arrêter une réponse qui se révèle impropre ; de lutter contre des distractions et de contrôler son attention ; de résister à l’impulsivité et aux réponses émotionnelles ; ou encore de bloquer des processus rapides et automatiques en faveur de processus de raisonnement plus lents et réfléchis.

            3) la flexibilité attentionnelle, cognitive ou mentale : il s’agit de changer volontairement de règle au cours d’une tâche ou de jongler entre deux (ou plusieurs) tâches en focalisant l'attention alternativement sur l'une ou l'autre.

 

Comment étudier les fonctions exécutives ?

Les tests de psychologie expérimentale permettent de révéler les processus cognitifs et les stratégies mis en jeu par les participants dans la résolution d’une tâche en mesurant et analysant les temps de réponse et le nombre d’erreurs. La tâche est le plus possible spécifique d’une fonction exécutive à l’exclusion des autres.

 

Les fonctions exécutives évoluent-elles au cours de la vie ?

Les fonctions exécutives se développent progressivement de la naissance au début de l'âge adulte. Les variations interindividuelles de vitesse et de degré de développement sont grandes, d’autant plus que les enfants sont plus jeunes. Ce développement dépend de la maturation cérébrale physiologique et il est influencé par des facteurs extrinsèques comme l’environnement familial et scolaire, les conditions socio-économiques... 

 

Les fonctions exécutives sont-elles importantes à l’école ?

Un bon fonctionnement du système exécutif conditionne la réussite scolaire.  Comme les fonctions exécutives ont une portée générale, elles sont mises en œuvre dans de nombreuses situations à l’école : lors des apprentissages bien sûr, mais aussi dans la participation aux travaux en groupe, aux débats...

 

Les fonctions exécutives permettent-elles de trouver la bonne réponse ?

La capacité à trouver la bonne réponse à un problème peut dépendre non seulement de la capacité à utiliser la bonne règle logique, mais aussi de la capacité à inhiber les stratégies plus rapides qu’il ne faut surtout pas utiliser pour résoudre le problème. Il arrive que la formulation du problème ou le matériel utilisé en classe complique l’inhibition des stratégies trompeuses et entrainent des erreurs systématiques chez la plupart des enfants.  

Un exemple est la tâche de conservation du nombre où l’enfant avant 7 ans répond, à tort, qu’il y a plus d’objets dans la rangée la plus longue. Sa réponse rapide est due à l’observation qu’il a faite maintes fois pendant son enfance que généralement plus un alignement d’objets est long, plus il y a d’objets dans cet alignement. « Longueur-égale-nombre » permet de trouver rapidement la bonne réponse dans beaucoup de situations, mais pas dans toutes et en particulier pas dans la tâche de conservation du nombre. La réussite de cette tâche tient plus à la capacité de l’enfant à inhiber « longueur-égale-nombre » qu’à activer la stratégie lente et coûteuse, mais qui donne toujours la bonne réponse, de comptage des objets. 

 

Peut-on favoriser le développement des fonctions exécutives chez l’enfant ?

Il est important de connaitre les fonctions exécutives et leur développement pour mieux comprendre certaines difficultés face à certains apprentissages et pour soutenir leur développement naturel.

Il n’y a pas une solution unique pouvant favoriser le développement du contrôle exécutif, mais il est possible d'ajuster les situations éducatives en vue de cet objectif. Des programmes d'intervention, spécifiquement axés sur les fonctions exécutives, peuvent être intégrés dans des activités de la classe, plus particulièrement en maternelle : ils incluent apprentissages en petits groupes, jeux avec des règles à respecter, ... Cependant, l’existence d’un lien causal entre ces interventions et les effets observés sur les fonctions exécutives restent à prouver complètement.  

Les enfants qui ont un contrôle exécutif faible peuvent paraître obstinés et difficiles, ne faisant pas l'effort de suivre les règles ou de contrôler leurs réactions. L'approche cognitive aide à prendre une attitude distanciée et à envisager des méthodes favorisant le développement du contrôle exécutif. 

 

 

 


Dernière mise à jour 14-12-2015

Fiche rédigée par Anne Bernard-Delmorme, membre de l'équipe La main à la pâte


 

 


⇒ Revenir à la page principale du Dossier Fonctions exécutives

Partenaires du projet