Fiche synthétique. Les troubles spécifiques de l'apprentissage

 


Les troubles spécifiques de l’apprentissage, affectant une fonction précise (ou parfois plusieurs) du développement cognitif, la lecture ou la coordination motrice par exemple, ont en commun : 

  • de se manifester, de façon durable, chez des enfants ayant une intelligence et un comportement social normaux et ayant reçu un enseignement approprié ; 
  • de survenir dans tous les milieux sociaux et dans toutes les cultures ; 
  • de ne pas être expliqués par une déficience intellectuelle et ni par une pathologie neurologique ou sensorielle ; 
  • d’avoir des répercussions éventuellement importantes sur la vie quotidienne, la scolarité et la vie professionnelle ;
  • d’être expliqués par un disfonctionnement cognitif cérébral, très probablement d’origine génétique, dont l’impact dépend de l’environnement (interaction gène-environnement).

 

Qu'est-ce qu'un trouble spécifique de l'apprentissage ?

 

Un enfant ayant un trouble spécifique de l’apprentissage est un enfant normalement intelligent qui se trouve en difficulté à l’école lors d’apprentissages que d’autres élèves du même âge réussissent plus précocement ou plus facilement que lui. Cette difficulté peut retentir sur la confiance en soi de l’élève et aboutir à ce qu’il ne veuille plus aller à l’école. 

Ces troubles sont accompagnés d’anomalies cérébrales que les techniques d’imagerie cérébrale et d’enregistrement de l’activité électrique du cerveau mettent en évidence.

 

Quels sont les troubles spécifiques de l'apprentissage ?

 

Ils comprennent les troubles de la lecture (dyslexie), les troubles de la coordination motrice (dyspraxie), les troubles des activités numériques (dyscalculie), les troubles du langage oral (dysphasie), ainsi que certains troubles de l’attention.

Chacun de ces troubles a des caractéristiques propres : la façon dont il se manifeste, ses signes en imagerie cérébrale et la (ou les) prise(s) en charge à mettre en oeuvre. 

 

Est-ce qu'on peut présenter plusieurs troubles spécifiques de l'apprentissage ?

 

Il est fréquent que ces troubles s’associent chez un même enfant : on estime que dans près de 40 % des cas, un enfant a plus qu’un trouble spécifique des apprentissages. La dyslexie ou la dyscalculie sont fréquemment associées à des troubles de la coordination motrice ou de l’attention. Dans la moitié des cas, une dysphasie est associée à un risque de dyslexie.

 

Sont-ils fréquents ?

 

La prévalence (la proportion d’individus dans la population qui souffrent d’un trouble défini à un moment donné) des troubles spécifiques de l’apprentissage dans la population scolaire n’est pas facile à estimer précisément, en raison des autres causes de difficultés d’apprentissages qui ne sont pas toujours éliminées et du manque relatif actuel de critères mesurables concernant ces troubles. On estime généralement que 5 à 12% d’enfants souffrent de troubles spécifiques de l’apprentissage en France.

 

Pourquoi est-ce important de les connaître ?

 

Les troubles spécifiques de l’apprentissage ne sont pas en cause dans toutes les difficultés scolaires. Mais reconnaître et comprendre les troubles spécifiques de l’apprentissage est important pour permettre aux enfants qui en souffrent de s’épanouir à l’école et d’apprendre en dépit de leurs difficultés.

 

 

 


Juin 2015
Le texte présenté a été rédigé par Anne Bernard-Delorme, docteur en médecine, ancien chercheur à l'Inserm, membre de la Fondation La main à la pâte

 

⇒ Revenir au dossier Les troubles spécifiques de l'apprentissage

Partenaires du projet