Des robots parmi les hommes

Séquence 4 : les robots sont-ils intelligents ?
Auteurs : Fatima Rahmoun(plus d'infos)
Emmanuelle R.(plus d'infos)
Elodie Gréa(plus d'infos)
Katia Allegraud(plus d'infos)
Résumé :
L’évolution des sciences et des techniques pose un certain nombre de questions d’ordre éthique ou métaphysique. Un atelier philosophie est proposé pour clore ce module afin de sensibiliser les élèves à cette dimension trop souvent oubliée des disciplines scientifiques et technologiques. Durée : 1 heure en 2 fois (45 minutes + 15 minutes) pour que l’enseignant puisse transcrire les enregistrements.
Publication : 15 Janvier 2015
Objectif :
Réfléchir collectivement sur un thème. Favoriser l’expression de la pensée de l’élève.
Matériel :
Pour la séance 1 :
  • Un appareil permettant un enregistrement audio
  • Un chronomètre
  • Un « bâton de parole » (ex. stylo).
 
Pour la séance 2 :
  • La transcription des paroles d’élèves.

Avertissement

Différentes méthodes existent pour mener un atelier philosophique avec des enfants. Celle qui est utilisée ici est la méthode AGSAS-Lévine© qui est présentée dans l’ouvrage L’enfant philosophe, avenir de l’humanité ? de Jacques Lévine paru chez ESF Éditeur.

Séance 1 : formuler sa pensée

Durée : 45 minutes.
 
Cette première partie nécessite de modifier la disposition du mobilier de la classe : un espace de parole est aménagé en plaçant les chaises en cercle (les tables sont repoussées contre les murs de la salle). Les élèves prennent place sur les sièges ; le professeur, lui, reste à l’extérieur du cercle. Ce positionnement reflète son attitude pendant toute la durée de l’atelier au cours duquel il n’interviendra pas.
 
Que les élèves aient déjà expérimenté ce type de travail ou non, l’enseignant explique ou fait rappeler aux élèves le déroulement et les règles inhérentes à l’ « atelier philo » :
  • l’enseignant énonce le thème de l’atelier et chacun réfléchit pendant une minute à sa réponse. Puis, les élèves disposent de 9 minutes pour s’exprimer sur le sujet, temps au cours duquel le professeur ne prend pas la parole. Un dispositif d’enregistrement est placé au centre du cercle car l’ « atelier philo » sera ensuite transcrit (sans indiquer les prénoms des personnes qui s’expriment) et distribué à chacun. 
  • Les élèves sont libres de dire ce qui leur passe par la tête, tout en essayant de prendre de la hauteur par rapport au sujet. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. L’ « atelier philo » est l’occasion de penser par soi-même, d’observer le cheminement de la pensée.
  • On ne peut s’exprimer que lorsqu’on a le « bâton de parole ». Celui-ci passe de main en main et il n’est pas obligatoire de dire quelque chose quand il arrive jusqu’à soi. Si l’élève n’a pas envie de parler, il le transmet à son voisin.
  • Une des règles fondamentales est le respect de la parole d’autrui. On a le droit de ne pas être d’accord avec quelqu’un, mais on n’a pas le droit de se moquer ou de juger ce qui a été formulé, ni de parler avec vulgarité. On doit écouter ce que disent les autres.
Une fois ces règles énoncées, le professeur peut demander si certains élèves ne se sentent pas capables de les respecter, auquel cas ils sont priés de sortir de l’espace de parole. Ils ne seront alors pas autorisés à intervenir pendant l’atelier.
 
L’enseignant annonce le thème de l’atelier : les robots sont-ils intelligents ? Pendant que les élèves réfléchissent quelques instants, le dispositif d’enregistrement audio est déclenché. Le professeur demande qui veut commencer et donne le « bâton de parole » à l’élève qui souhaite s’exprimer en premier, puis sort de l’espace de parole.
Le bâton passe de main en main. Chacun parle à son tour s’il le désire jusqu’à ce que le temps imparti soit écoulé.
Enfin, l’enseignant demande si les élèves qui ne se sont pas exprimés pendant l’atelier souhaitent le faire, puis si certains veulent donner leur ressenti par rapport au déroulement de l’atelier : qualité de l’écoute, intérêt de ce qui a été formulé, etc.

Séance 2 : se ré-écouter/ré-entendre

Durée : 15 minutes.
 
Pour préparer cette séance, le professeur aura préalablement transcrit les paroles d’élèves et en aura imprimé un exemplaire par personne. 
 
Ce document est distribué aux élèves qui le souhaitent, qui le collent alors dans leur « cahier de cours ». Puis, l’enseignant lit pour la classe la transcription de ce qui a été dit, tout en ayant précisé que, si des éléments manquent à cette transcription, ce n’est pas parce que ce n’était pas digne d’intérêt, mais parce que ce n’était pas audible sur l’enregistrement. 
Il est important de ne pas faire de commentaire sur ce qui a été élaboré par le groupe après la lecture.  
 
Voici, à titre d’exemple, la transcription de la même séance sur le thème de l’intelligence des robots menée avec deux classes différentes :
Remarque : certains professeurs passent la bande audio à la classe.