Les troubles spécifiques de l'apprentissage - Lectures et approfondissements

Rapports

"Lire, écrire, compter, ces apprentissages sont la base du cursus scolaire. Un enfant connaissant des difficultés en ces domaines court un risque accru de marginalisation, voire de stigmatisation, et une difficulté ultérieure d’insertion sociale. Les principaux troubles des apprentissages scolaires sont la dyslexie (trouble spécifique de la lecture), la dyscalculie (trouble spécifique du calcul) et la dysorthographie (trouble spécifique de l’expression écrite).

________________________________________________________

Livres

  Dehaene, S. (dir.) (2011). Apprendre à lire. Des sciences cognitives à la salle de classe. Editions Odile Jacob

 

  Dehaene, S. (2007). Les neurones de la lecture. Editions Odile Jacob

 

  Dehaene, S. (2010). La bosse des maths. Editions Odile Jacob

 

  Ecalle, J., Magnan, A., & Ramus, F. (2007). L'apprentissage de la lecture et ses troubles. In S. Ionescu & A. Blanchet (Eds.), Nouveau cours de psychologie. Psychologie du développement et de l’éducation (Vol. coordonné par J. Lautrey). Paris: PUF.

 

  Fayol, M. (2013). L'acquisition du nombre. PUF

 

  Huron, C. (2013). L'enfant dyspraxique. Editions Odile Jacob

 

  Spenger-Charolles, L., Colé, P. (2013). Lecture et dyslexie. Dunod

 

________________________________________________________

Articles disponibles en ligne.

  • Wilson, A.  (2004). Dyscalculie, le sens perdu des nombresLa Recherche, n° 379
  • Wilson, A.  (2006). La Dyscalculie développementale : l'approche neurocognitive.  Annales de la Fondation Fyssen, N° 20

 


Sites web

   Mon cerveau à l'école, des pages à consulter, rédigées par des scientifiques impliqués dans la recherche sur les troubles de l'apprentissage:

 

  • Les dys: " Une proportion non négligeable d’enfants présente des troubles d’apprentissage qui peuvent compromettre leur vie professionnelle. Le plus connu – et le mieux étudié – de ces troubles est la dyslexie, qui concerne la lecture. Quelles en sont les causes ? Y a-t-il des remèdes ? Les sciences cognitives peuvent non seulement aider à comprendre comment le cerveau apprend ou n’apprend pas, mais aussi contribuer au développement de stratégies pédagogiques adaptées à ces enfants en difficulté."
  • La dyslexie: "On considère qu’en France, environ 5 à 15 % des enfants ont des difficultés disproportionnées à apprendre la lecture. Sont-ils tous dyslexiques?"
  • La dyspraxie: "Qu’est-ce que la dyspraxie ? La dyspraxie ou trouble de la coordination motrice d’origine développementale se définit par une réduction des performances dans les activités de tous les jours qui requièrent une coordination motrice, inférieures à celles attendues pour un enfant du même âge et de même intelligence."
  • La dyscalculie "La dyscalculie est une difficulté d’apprentissage du calcul. Ce trouble se caractérise notamment par : la présence de difficultés dans le calcul alors que l’intelligence est normale ; l’association éventuelle de ces difficultés à d’autres troubles de l’apprentissage (comme la dyslexie, la dyspraxie…)."
  • mais aussi Lecture et cerveau & Le calcul   

________________________________________________________

 

     

Des jeux-entrainement, développés par les chercheurs de l'Unité de Neuroimagerie cognitive INSERM/CEA à Neurospin

________________________________________________________

 

  Le cartable fantastique  

Ce site est né en septembre 2009 de la collaboration entre une enseignante de CE1 et une chercheuse en sciences cognitives. Il rassemble l'ensemble des documents qu'elles ont élaborés quotidiennement pour Manon, petite fille de 7 ans, dyspraxique, élève de CE1, scolarisée en classe ordinaire. L'aventure s'est ensuite poursuivie en CE2 puis en CM1 et CM2. Manon est actuellement en sixième.

A partir des supports proposés à l'ensemble de la classe, des adaptations sont mises en place pour permettre à Manon d'acquérir les mêmes compétences scolaires que ses camarades sans être gênée par ses difficultés visuelles et motrices. Manon utilise en classe un ordinateur. Elle n'a pas d'auxilliaire de vie scolaire. Toutes les adaptations sont donc conçues pour qu'elle puisse faire les exercices de façon autonome sans aide spécifique.

________________________________________________________

CERENE

"L'enfant en difficulté à l'école doit toujours pouvoir s'appuyer sur ses compétences, sur ses points forts. Il peut être en échec dans certaines disciplines, ou au cours de certaines tâches dans le cadre scolaire ou à la maison. Mais il peut certainement mobiliser des aptitudes pour dépasser ou contourner ses difficultés. Souvent, les parents notent même que leur enfant en difficulté scolaire est vif, pertinent, plein de créativité et de curiosité. On s'interroge même sur une éventuelle précocité. L'enfant s'ennuie à l'école, est agité, désordonné ou passif. Au delà de ces compétences bien réelles, l'enfant est néanmoins en panne à l'école. Il est important de comprendre finement pourquoi il en est ainsi et comment l'aider. Outre ses compétences voire même ses talents particuliers, on doit évaluer les diverses voies de traitement de l'information par l'enfant." 

 

 


Juin 2015

Elena Pasquinelli, Fondation La main à la pâte / Institut Jean Nicod (Département d'études cognitives, ENS Paris)


 

⇒ Revenir au dossier Les troubles spécifiques de l'apprentissage

Partenaires du projet