Outils pour l’amélioration d’un enseignement des sciences fondé sur l’investigation

2. L’Outil d’Autoévaluation des enseignants


Chapitre écrit sous la coordination de : Wynne Harlen

L’Outil d’autoévaluation des enseignants fournit aux enseignants les moyens d’identifier les aspects de l’enseignement fondé sur l’investigation sur lesquels ils doivent travailler. Le formulaire offre une série de questions que l’enseignant peut se poser à l’occasion d’une séance de sciences donnée. 

 

2.1 Qu’est-ce que c’est ?

L’Outil d’autoévaluation des enseignants fournit une liste d’indicateurs pour juger de l’implantation de l’enseignement des sciences fondé sur l’investigation par l’autoanalyse des pratiques de classe. Les indicateurs, ou critères, sont illustrés par des questions que les enseignants peuvent se poser à eux-mêmes à propos d’une séquence d’activités scientifiques qui avait pour but de permettre aux élèves d’apprendre par l’investigation. Une des raisons importante d’entreprendre cette autoévaluation est qu’elle fait prendre conscience aux enseignants de certains aspects pertinents du travail des élèves qui pourraient autrement passer inaperçus et ne pas recevoir l’attention qu’ils méritent. Le temps qu’un enseignant peut consacrer à interagir avec un élève pendant une séance d’une heure est d’environ trente secondes, il est donc essentiel que ce temps soit utilisé au mieux, pour identifier et répondre à ce qui est  significatif dans  les actions et paroles des élèves qui se rapportent à leur apprentissage scientifique, et en particulier à leur apprentissage par l’investigation. 

L’Outil d’autoévaluation des enseignants comprend un ensemble d’instructions pour préparer l’autoévaluation et un formulaire qui se trouve en ANNEXE 2

 

L’ANNEXE 2 présente l’Outil d’autoévaluation des enseignants. Lisez les instructions attentivement pour préparer l’autoévaluation avant d’utiliser le formulaire. 

 

2.2 Instructions d’utilisation : préparer l’autoévaluation 

 

2.2.1 Quelques prérequis à l’investigation

Il y a de nombreux aspects de la pratique en classe qui indiquent une bonne pratique de l’enseignement des sciences sans pour autant être directement lié à l’enseignement par l’investigation. L’outil serait très long si tous ces aspects étaient inclus ; cela affaiblirait l’attention particulière portée à l’investigation. Ces aspects généraux mais importants de bonnes pratiques sont listés ici et les enseignants doivent vérifier qu’ils sont bien en place avant de se tourner vers les éléments qui témoignent de la pratique fondée sur l’investigation :  

fournir aux élèves le matériel et les équipements appropriés pour les activités et adaptés à leur âge ; 

fournir l’accès à des sources secondaires d’information telles que livres, ordinateurs, affiches ;

aménager la classe pour que les élèves puissent travailler en groupes bien organisés

planifier  la séance afin qu’il y ait suffisamment de temps pour discuter les idées des élèves, clarifier la question sur laquelle on enquête, collecter les données, discuter ce qui a été fait et découvert ;

enseigner les techniques d’utilisation du matériel de façon sûre et efficace, y compris les instruments de mesure;

fournir des cahiers ou des classeurs, selon l’âge des élèves, pour que les élèves puissent prendre des notes ;

aider les élèves à s’exprimer avec les termes et représentations scientifiques adaptées ; 

encourager la tolérance et le respect mutuel en classe et pendant les discussions; 

afficher le travail des élèves dans la salle de classe. 

Les enseignants doivent s’assurer que ces aspects de la pratique sont en place comme base de l’enseignement fondé sur l’investigation, puisque leur absence peut entraver les activités liées à l’investigation. 

 

Vérifiez que ces prérequis sont en place avant d’utiliser le formulaire en ANNEXE 2

 

2.2.2 Se familiariser avec les critères

Avant d’utiliser cet outil, il est important de l’étudier et de se familiariser avec les critères. Cela permettra à l’enseignant de se concentrer sur des aspects spécifiques du comportement des élèves qui sont significatifs dans l’apprentissage par l’investigation, plutôt que sur des points sans importance. 

Le formulaire en ANNEXE 2 comporte trois sections : 

Section A: Le rôle de l’enseignant: inclut des questions sur: 1) l’exploitation des idées des élèves; 2) le soutien aux investigations réalisées par les élèves eux-mêmes; 3) l’accompagnement pour l’analyse et des conclusions. 

Section B: Les activités des élèves: inclut des questions sur: 4) la mise en œuvre des investigations; et 5) le travail en groupe. 

Section C: Les notes des élèves: inclut des questions sur: 6) toutes notes que les élèves prennent sur leur travail; 7) les traces écrites des élèves. 

A côté de chaque question, on trouve des exemples de ce que les questions peuvent signifier en termes de bonnes pratiques d’enseignement fondé sur l’investigation. Les enseignants doivent veiller à consacrer suffisamment de temps à lire les items et les exemples et à en parler avec leurs collègues. Ils pourront trouver utile de discuter des questions avec leurs pairs et d’échanger d’autres exemples de bonnes pratiques, différents de ceux fournis dans l’outil. 

 

Consacrez du temps à lire les questions et les exemples du formulaire en ANNEXE 2 et à en parler avec vos collèges avant d’utiliser le formulaire. 

 

2.2.3 Collecter des indications pendant les cours

Il peut s’avérer très difficile de travailler à l’amélioration de tous les aspects en même temps par l’autoévaluation, en particulier pour les enseignants qui découvrent le travail fondé sur l’investigation. Ainsi, après s’être familiarisés avec l’ensemble des questions, certains enseignants peuvent souhaiter sélectionner un certain nombre de questions se référant aux aspects de leur pratique qui nécessitent le plus d’attention et qui sont pertinentes pour leur travail et les progrès des élèves. Pendant la séance, ou les séances de la séquence au cours desquelles des travaux basés sur l’investigation sont prévus, l’enseignant procèdera aux observations et à la récolte des indications pendant le travail, tout en gardant à l’esprit ces quelques questions. 

Les réponses sont enregistrées sous la forme « oui », « non », « Non applicable » (NA)

OUI signifie que la pratique a eu lieu et qu’elle était pertinente dans le contexte de l’observation. 

NON signifie que la pratique n’a pas eu lieu, ou seulement rarement, alors qu’elle était pertinente dans le contexte de l’observation. 

NA signifie que la pratique n’est pas pertinente dans le contexte de la session observée. Il peut y avoir de nombreuses raisons contextuelles pour choisir « NA ». Par exemple : 

o L’item n’est pas pertinent dans le cadre de la séance observée. Par exemple, les items 4e – 4i, qui concernent la mise en œuvre d’un protocole expérimental, ne sont pas pertinents pour une séance dans laquelle les élèves ont conçu un protocole expérimental et établit des hypothèses mais n’ont pas mené l’expérience à proprement parler. 

o L’item n’est pas pertinent pour le type d’activité d’investigation observée. Par exemple, les items 2e et 4d, qui concernent le test témoin, ne sont peut-être pas pertinents dans une activité d’investigation qui ne requiert que de l’observation. 

 

Il est important de noter, autant que possible, les raisons qui ont conduit à donner chacune des réponses puisque celles-ci sont susceptibles d’indiquer la nécessité d’une action. Prendre de courtes notes pour garder une trace de certains évènements peut s’avérer utile. 

Il y a plusieurs façons de collecter des informations. Certains enseignants souhaiteront discuter directement avec des groupes d’élèves ou écouter leurs discussions, pour connaitre leurs idées et opinions sur leurs activités. D’autres préfèreront noter les discussions ou les rapports des groupes présentés devant toute la classe. Après la séance ou les séances de la séquence, les enseignants pourront consulter les traces écrites des élèves, leurs propres notes et les souvenirs ou notes sur les évènements et se servir de ces informations pour réfléchir à la séance et répondre aux questions du formulaire.  

Cette procédure n’est pas prévue pour être fréquemment utilisée. C’est une activité occasionnelle pour aider les enseignants à évaluer leur pratique, en particulier quand de nouveaux éléments sont mis en place. Une analyse approfondie des données recueillies de façon occasionnelle est plus importante que celle des recueils plus fréquents qui ne sont analysés que superficiellement. Cependant, la pratique de l’autoévaluation, qui est développée dans cet outil, est un moyen d’approfondir la compréhension de l’enseignement fondé sur l’investigation et des conditions de sa mise en place.  

 

Ne travaillez par sur toutes les questions en même temps: sélectionnez en quelques-unes cohérentes avec votre pratique et avec le type de travail que vous conduisez avec vos élèves. 

 

2.2.4 Réflexion, analyse, action

Le titre de cet outil indique sa fonction principale, qui est de stimuler la réflexion sur l’enseignement et l’apprentissage qui ont eu lieu pendant la ou les séances auxquelles on s’intéresse. Bien qu’aucune évaluation formelle de l’apprentissage n’ait lieu, il est important de réfléchir sur les opportunités que les élèves ont eues de développer leurs idées initiales et d’avancer vers des idées plus scientifiques à propos des objets et phénomènes sur lesquels ils enquêtaient. Y-avait-il dans ce que les élèves ont dit ou noté des signes qu’ils avaient testé leurs idées, qu’ils en avaient élaborées d’autres pour expliquer leurs découvertes de façon plus satisfaisante ? Ont-ils essayé d’appliquer ce qu’ils ont trouvé à d’autres situations similaires dans le but de développer des idées plus générales à partir de cas particuliers ? Ont-ils eu l’opportunité d’utiliser les compétences couramment utilisées par les scientifiques telles que se poser des questions, faire des prédictions, collecter des données, raisonner, tirer des conclusions et discuter les résultats ? Puis, en réfléchissant à l’enseignement, il faut se demander si les élèves ont été encouragés à faire toutes ces choses ? Regarder en détail les notes sur les activités des élèves et le rôle de l’enseignant va aider cette réflexion. 

Répondre « Oui » à un maximum de questions montre une implication dans l’investigation. Cela ne se produira pas pour toutes les séances d’activités, car certaines questions peuvent ne pas être pertinentes. Cependant, quand une question est « Non Applicable », il est important de se demander « pourquoi » ? La raison peut être tout à fait acceptable, notamment si c’est le sujet qui ne s’y prête pas. Mais cela peut aussi indiquer des opportunités ratées d’utiliser et de développer les compétences d’investigation, peut-être parce que le sujet a été enseigné de la même façon depuis toujours, sans qu’on ne réfléchisse à des alternatives qui auraient pu impliquer les élèves plus activement dans l’investigation. 

Quand les actions des enseignants sont semblables à celles des élèves, la répétition de l’item a été évitée, sauf dans les cas où la double réponse aide à une meilleure interprétation. Par exemple, encourager les élèves à exprimer leurs propres idées apparaît dans la Section A du formulaire, sans équivalent dans la section B. D’un autre côté, il y a plusieurs aspects de la pratique qui donnent lieu à une répétition de questions, d’une part dans le rôle de l’enseignant, d’autre part dans les activités des élèves, comme par exemple : 

Rôle de l’enseignant, question 3d: « Avez-vous demandé aux élèves de penser aux raisons ou explications de leurs découvertes ? »

Activités des élèves, question 4i « Les élèves ont-ils proposé des explications pour leurs résultats? »

Si la réponse à la question 4i est « non », alors il est important de regarder la réponse à la question 3d. Elle indiquera si l’action à mener se situe au niveau de l’enseignant et qu’il /elle doit inclure cet élément à l’avenir ou s’il y a d’autres facteurs qui pourraient gêner cet aspect important qui permet aux élèves de donner un sens à ce qu’ils ont découvert par leurs investigations. 

Parfois, le problème vient de la taille de la classe, des contraintes de temps, du manque d’équipement, etc. La solution n’est pas toujours du ressort de l’enseignant, mais il est important de réfléchir à la façon dont une meilleure gestion de la classe peut atténuer les difficultés. Réfléchir à l’organisation et aux interactions peut permettre d’identifier les aspects qui peuvent être modifiés pour améliorer les opportunités offertes aux élèves de pratiquer l’investigation.