Dans quelle mesure les enfants de CP/CE1 peuvent-ils concevoir une classification scientifique permettant d’approcher la classification phylogénétique, en étudiant la faune de leur nouvelle mare pédagogique ?

 

Le prix CAFIPEMF, créé en 2007 sous l’égide de l’Académie des sciences, récompense un lauréat du certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître formateur, pour le mémoire qu’il a rédigé et soutenu en vue de son admission, à condition que ce mémoire porte sur l’enseignement rénové des sciences.

Le jury du prix CAFIPEMF s’est réuni le 28 novembre 2013 sous la présidence d’Yves Meyer, membre de l’Académie des sciences. Il a résolu de décerner le prix CAFIPEMF 2013 à Madame Fabrina Duhal Mengès,

 

Pour le dossier qu’elle a présenté au certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître formateur, Madame Duhal Mengès a choisi de travailler sur un sujet ambitieux, dont témoigne le titre de son mémoire : Dans quelle mesure les enfants de CP/CE1 peuvent-ils concevoir une classification scientifique permettant d’approcher la classification phylogénétique, en étudiant la faune de leur nouvelle mare pédagogique ?

Mme Duhal Menges présente un travail structuré où elle décrit clairement, étape par étape, son cheminement pédagogique, caractérisé notamment par un aller et retour continuels entre l’observations de la mare par les enfants et le travail de la classe, et illustré par de nombreux exemples de productions d’élèves, tous très pertinents car ils permettent de comprendre la progression menée par l’enseignante. Cette dernière a su remarquablement rendre compte de ses pratiques en ponctuant sa présentation de phases d’analyse et de bilan, et en la complétant par des annexes appropriées.

 Issue d’une formation non scientifique, Madame Duhal Menges maîtrise parfaitement les compétences disciplinaires visées dans le cadre de son mémoire ; elle a su faire évoluer les représentations proposées par les enfants pour trier et ranger les espèces jusqu’à une véritable classification scientifique, en identifiant avec justesse les difficultés que ses élèves ont rencontrées, en les analysant avec pertinence au regard des éléments théoriques que ses lectures lui ont apportés et en proposant des pistes concrètes pour y remédier. Les principes de La main à la pâte sont parfaitement intégrés et mis en œuvre dans la classe.

Ce travail remarquable propose une démarche explicite pour aborder la classification animale à l’école. Il peut constituer une ressource pour la formation en sciences mais bien au-delà : cette démarche de classification est en effet transférable à d’autres domaines disciplinaires.

Il méritait donc d’être distingué comme il se doit.

Mémoire (pdf)

Annexe 1 (pdf)

Annexe 2à 9 (pdf)

Annexe 10 à 11 (pdf)