Comment faire pousser du soja ?

Emmanuel Davidenkoff  : Votre école et vos classes ont participé cette année à un évènement dont nous avions déjà parlé et qui est tout à fait exceptionnel en France , un congrès de jeunes chercheurs, qui est organisé chaque année en Ille et Vilaine. Est-ce qu'on peut présenter ce congrès d'un mot ?

Dominique Herbert : Il s'agit d'un congrès qui réunit des enfants sur un sujet commun. Cette année le sujet commun portait sur la biologie végétale avec un défi préparé en classe : « faire pousser un plan de soja le plus haut possible ».

E.D.  : Ce défi comment vos élèves l'ont-ils préparé ?

D.H..  : Chaque groupe s'est vu remettre un plan de soja tout juste germé. Ils ont donc mis en place un protocole expérimental. La plus grande difficulté pour les enfants c'est encore d'isoler les paramètres. Par exemple ils n'ont pas forcément fait varier le même paramètre : s'ils ont mis un plan à l'extérieur, ils n'ont pas forcément pensé à mettre le même plan dans les mêmes conditions à l'intérieur.

E.D.  : Tout le monde se retrouve après comme dans un vrai congrès de vrais chercheurs. On va confronter les résultats. Comment ça se passe ?

D.H.  : On a choisi des délégués qui vont rapporter les expériences mises en place dans les classes et les premières conclusions.

E.D.  : Qu'en est-il sorti pour notre plan de soja qu'il faut faire grimper le plus haut possible ?

D.H.  : C'est que ce qui était prépondérant c'était la chaleur et la lumière. Mais à l'issue du congrès ils n'ont pas réussi à se mettre d'accord si l'un ou l'autre des deux facteurs était plus important.

E.D.  : Et après ?

D.H.  : De retour en classe ils se sont remis à la tâche, ont élaboré de nouveaux protocoles et là quelques enfants ont permis de conclure en disant que c'était le facteur lumière qui avait été prépondérant dans la pousse du soja.