« Un jardin à l'école » .5. Comment fabriquer un épouvantail ?

Emmanuel Davidenkoff  : On va parler de la fabrication d'un épouvantail avec des matériaux de récupération. Vous avez en fait marié à la fois les sciences et les arts plastiques. Au départ vous leur avez demandé de regarder une poubelle et ce qu'il y avait dans une poubelle.

Myriam Bouridah  : Oui ce qui a engendré des activités de tri. Ils se sont posé la question « pourquoi trie-t-on et que deviennent ces déchets ? ». Ils se sont renseignés et ils se sont rendu compte qu'on triait pour recycler d'une part mais aussi qu'on pouvait réutiliser.

E.D.  : Vous allez faire les deux avec les enfants et glisser vers les arts plastiques.

M.B.  : On s'est dit pourquoi pas dans un jardin des épouvantails ? Une classe a construit un épouvantail autour des cinq sens, un épouvantail tactile, et une autre un épouvantail alimentaire, à partir des matériaux de récupération pour les deux.

E.D.  : Est-ce que le fait de passer à la fois par les sciences et par l'art fait que des élèves qui sont bons en sciences s'intéressent subitement à l'art et que des élèves qui rentrent plutôt par la sensibilité vont comprendre la procédure scientifique ?

M.B.  : En fait ils ont fait un lien tout naturel. Ils ont compris à la fois la nécessité de trier pour réutiliser, réutiliser en se servant de leur imagination, de leurs sens. Ils ont compris qu'on peut lier les sciences aux arts plastiques et encore au-delà aux autres champs disciplinaires.

E.D.  : Voila ce qui est tout le sens de « la Main à la Pâte » qui permet de faire dialoguer les disciplines, de donner du sens aux apprentissages.

 

Ce travail a obtenu un prix « Main à la Pâte » remis à l'Académie des sciences le 1/02/2005.