« Un jardin à l'école » .2. Une girouette pour quoi faire ?

Emmanuel Davidenkoff  : On a déjà parlé de ce jardin tout à fait extraordinaire qu'avait construit l'école l'année dernière qui lui avait valu un prix la « Main à la Pâte » de l'Académie des sciences. Votre classe avait une mission très particulière : protéger ce jardin des intempéries. Comment s'y prend-on ?

Marie-Anne Letertre : On est parti sur le vent. Qu'est-ce que le vent ? D'où vient-il ? Certains ont proposé de regarder les vagues du canal, de regarder les cheveux d'une fille, d'utiliser une girouette. Chaque binôme d'élèves a présenté son expérience et l'a vérifiée. A partir de là on a éliminé les expériences qui n'étaient pas valables soit parce qu'elles ne montraient pas d'où vient le vent, soit parce qu'elles dépendaient trop des sensations de chacun, ou n'étaient pas efficaces en cas de vent léger. On est tous tombé d'accord que la girouette était l'instrument le plus efficace.

E.D.  : De là nouveau défi : fabriquer la girouette.

M.-A.L.  : Voilà. On a regardé ce qui était nécessaire comme la flèche pour indiquer la direction, le gouvernail et un point de rotation.

E.D.  : Alors vous installez cette girouette là où le futur jardin va se trouver. Est-ce que vous avez réussi à protéger les plantes, et les fleurs notamment, du vent ?

M.-A.L.  : On a placé les fleurs un peu fragiles à l'abri du vent dominant.

E.D.  : Alors est-ce que les enfants cette année sont fiers de voir ces plantes qu'ils ont protégées croître et embellir ?

M.-A.L.  : Ah oui ! A chaque récréation ils s'y promènent. Ils enlèvent les mauvaises herbes. Ils prennent des relevés encore dans le jardin au niveau de la météo.

E.D.  : Alors même que vous ne leur demandez rien.

M.-A.L.  : Oui, cela devient vraiment naturel, c'est un vrai plaisir pour eux.

 

Ce travail a obtenu un prix « Main à la Pâte » remis à l'Académie des sciences le 1/02/2005.